73 fans | Vote

#108 : Le coupable idéal

 

Le meurtre d’un suspect accusé de fraude fiscale fait se poser des questions à Don sur une arrestation précédente. Il demande à Charlie d’aller au-delà des évidences pour vérifier s’il n’a pas envoyé un innocent en prison par erreur.

 

Popularité


4 - 4 votes

Titre VO
Identity Crisis

Titre VF
Le coupable idéal

Plus de détails

108 – LE COUPABLE IDEAL

  


Chez les Eppes.


          Plusieurs agents dont Don et David font une partie de poker avec Charlie dont ce dernier est entrain de les plumer. Charlie apprend que l’équipe de FBI a une équipe de baseball. Il propose son frère car il est très bon batteur mais Don ne veut pas. Son téléphone sonne et il décroche.

 


En ville.


          David et Don rejoignent Terry sur les lieux d’un crime. Un homme de 27 ans est mort. IL s’agit des mêmes circonstances de meurtre que l’affaire qu’à clôturer Don il y a quelques années. Don doute alors de lui et pense avoir mit un innocent en prison.

 


Générique de début.

 


Au bureau du FBI.


          Terry et Don discutent de l’affaire dans le passé. Il y a beau avoir eu les aveux, ils ne restent pas certains qu’ils ont emprisonné le bon individu.

 


Chez les Eppes.


          Don arrive et son père vient à sa rencontre. Don cherche son frère. Charlie arrive et Don lui demande de l’aider dans son affaire mais Charlie ne pense pas avoir le temps. Il est submergé de travail mais Don ne veut pas lâcher l‘affaire. Charlie finit par accepter de jeter un œil sur son affaire. Charlie s’en va et Don se confie à son père qui lui pose des questions qu’à ses doutes sur l’affaire.

 


En ville.


          Don et Terry ont été appelés sur les lieux du meurtre où un policier leur montre ce qu’il a découvert. Une somme d’argent caché derrière une grille. Il retrouve 525 000$. Ils entendent alors de la musique provenant de chez le voisin et vont lui rendre visite pour lui poser quelques questions. IL leur apprend que Trevor Riley a eu une dispute avec l’électricien.
         David retrouve l’électricien, monsieur Salazar et lui pose des questions sur cette dispute. Salazar travaillait au black et Trevor a refusé de le payer donc ils se sont disputés. Mais il faisait du baseball au moment du meurtre.
         Terry et Don interrogent le propriétaire du terrain de baseball qui ne les aide pas beaucoup. Ils veulent vérifier l’alibi de Salazar. Ils réfléchissent.

 


Sur le campus.


          Don et Terry vont voir Charlie dans une des salles de classe de Calsci. Ils discutent de l’affaire en cours et de ce que le cadet aurait pu trouver. Charlie leur explique ce qu’il a trouvé par des schémas et des explications simples. Terry par téléphoner et revient leur dire qu’elle a trouvé quelque chose ce qui a permis entre temps à Don de demander à son frère de plancher sur l’enquête d’il y a un a pour voir s’il n’avait pas fait d’erreur.

 


Au bureau du FBI.


          Ils interrogent alors la petite amie de Riley qui était sa complice mais il le menaçait de ne rien dire.
         Ils montrent ensuite de portrait à Mark Andric qui reconnait avoir vu José Salazar lors du meurtre. Il signe pour attester ce qu’il vient de leur dire.

 


En ville.


          Don et David retrouvent José et veulent lui poser quelques questions Mais il s’enfuit. Les deux agents se mettent alors à sa poursuite. Après lui avoir courut après, les deux agents parviennent à l’attraper et l’arrêtent.

 


Au bureau du FBI.


          Don et Terry interrogent Salazar qui ne démord pas de ce qu’il dit depuis le début. Cet homme lui devait de l’argent. Les agents lui disent alors qu’ils ont un témoin oculaire.
         Don et Terry se posent beaucoup de questions et ne sont plus surs que Salazar soit bien l’assassin.
         Devant le bureau, Charlie avoue à son frère qu’il a 4,9% de chance que l’assassin de cette affaire ne soit pas le même qu’il y a un an et demi.

 


En ville.


          Don est retourné interroger l’homme qu’il a mit en prison il y a un an pour le meurtre d’une femme enceinte. L’homme continue d’avouer qu’il est bien le meurtrier.
         Don et David vont donc voir la femme de l’homme qui se trouve en prison. Mais la femme ne lui dit rien de plus jusqu’à ce que son petit garçon apparaissent. Les deux agents quittent alors les lieux.

 


Au bureau du FBI.


          Charlie arrive et va à la rencontre de Terry. Charlie parvint à convaincre Terry qu’il peut y avoir une erreur lorsque la jeune femme a identifié le meurtrier. Charlie est ravi.

 


En ville.


          Don est chez le mari de la première victime, Lisa, et la tension monte entre les deux hommes car Don pose de nombreuses questions et l’homme ne veut pas rouvrir d’anciennes blessures.

 


Sur le campus.


          Charlie travaille sur le tableau lorsque Larry entre et voit qu’Amita est également là. Il s’aperçoit qu’ils travaillent sur un crime et vient donc en parler avec eux. Il réussit à leur mettre le doute.

 


Au bureau du FBI.


          Terry interroge une femme plutôt âgée. Elle lui certifie qu’elle a bien vu Salazar sur le lieu du meurtre.
         Les agents se rejoignent et n’ont plus tant de preuve que ça mise à par les empreintes. Ils préfèrent les revoir à plusieurs reprises pour en être vraiment sur.
         Un agent devant les moniteurs leur montre que les empreintes de Cliff correspondent bien pour le meurtre de Lisa. Charlie reste sceptique et pose de nombreuses questions à la femme agent. Il propose quelque chose mais ça n’aboutit pas.

 


Chez les Eppes.


          Don joue seul au basket devant le garage en repensant à son affaire. Alan, Larry et Charlie sont à l’intérieur et discute de plusieurs choses. Tout en discutant, Charlie a une idée. Il rejoint Don et joue au basket en lui exposant son idée.

 


En ville.


          Don et David montrent des photos au propriétaire du club de baseball. L’homme confirme avoir vu Salazar sur le cours à jouer. David demande alors à Don s’il ne s’est toujours pas décidé à jouer avec l’équipe du FBI.
         Ils se rendent ensuite dans une école où il trouve un lien entre celui qui est mort et la fille de Lisa. Il fouille le boulot puis vont fouiller l’appartement du professeur de l’école. Ils se rendent ensuite chez le professeur Andric mais il n’y est pas. Ils trouvent tout de même des empreintes sur une vitre.

 


Au bureau du FBI.


          Ils trouvent enfin que les empreintes coïncident. Ils se mettent à le rechercher car deux innocents qui sont en prison.
         Plus tard, David faite des recherches par téléphone alors que Terry et Don font des recherches en discutant ensemble et cherchant sur leurs ordinateurs. Une femme agent vient leur dire qu’ils l’ont retrouvé et qu’un groupe d’intervention est déjà sur place à Washington.
         Par vidéo, ils voient l’homme arrêté mais ce n’est pas Andric. Ils lui demandent comment il a eu la carte de crédit. Ils se sont fait avoir.
         Plus tard, ils sont tous enfermés dans le bureau et réfléchissent lorsque Charlie a une idée et leur explose. Il découvre alors qu’Andric est fan d’opéra.

 


En ville.


          Don est devant l’opéra et il attend de voir si Andric vient. David et Terry sont également là lorsqu’il voit enfin Andric arriver. Il s’aperçoit alors qu’il est surveillé et s’enfuit. Don, David et Terry le poursuivent à pied. Ils parviennent à l’arrêter.

 


Au bureau du FBI.


          Ils l’ont emmené dans les bureaux pour l’interroger. Don a réinterrogé le mari de Lisa qui connaissait Andric. Le bébé qu’elle attendait n’était pas de Jonas mais d’Andric.

 


En ville.


          Don est à la prison et annonce au type emprisonné qu’il y a eu des erreurs et qu’ils tiennent le véritable meurtrier. Il sort donc de prison et sa femme l’attend à la sortie avec leur fils.
         Plus tard, Don est au club de baseball et tape des balles. Charlie vient le voir et ils discutent en même temps qu’il joue. Don est fier de ses performances et a décidé de rejoindre l’équipe du FBI.

 


Générique de fin.

Chez les Eppes

 

Charlie, Don, David et des amis jouent au poker. Charlie est en train de gagner.

David (à Charlie) : Doit-on encore te poser la question?

Charlie retourne son jeu, il a encore gagné.
Les autres : Ah non, c'est pas vrai!

Don : C'est pas ce que vous croyez, je vous promet.

Ami : Tu nous arnaque?

Charlie : C'est seulement la deuxième fois que je joue au poker.

Ami : Ouais.
Charlie : J'avais une chance sur huit de gagner en ayant seulement une paire en main au départ et avec deux cartes qui se suivent, une sur deux de finir avec un full en fonction de celles écartées. J'ai évaluer mes chances, j'ai multiplié par deux, j'ai ajouté un et cette fois en gros, c'était bon.

Alan(apportant des cacahuètes) : Tenez!

David : Mr Eppes, prenez ma place, Charlie nous assassine.
Alan : Ah non, sans moi. La seule fois où on a fait un poker, j'ai compris qu'on ne doit jamais s'assoir à la table d'un matheux.
Charlie : Mais attend, on jouait des capsules de bière.

Alan : Oui, ou sinon j'aurais du partir de chez moi à pied et en slip...tu te souviens?
Charlie : Le hasard tient une place importante là dedans et il n'est pas impossible que j'ai de la chance.

Ami : Marres-toi Sinclair, au baseball rira bien qui rira le dernier.

Charlie : Au baseball? Le FBI a une équipe?

David : Ouais, on joue contre les shérifs, la criminelle, la brigade des stups...
Ami : Eux, ils ont une équipe d'enfer et maintenant que Kraft est à San Diego, on a plus de batteur.

Charlie : Tu oublie Don?

Don : Non, ça ne me dit rien.

Ami(à Don) : Tu sais tenir une batte?
Charlie : Le baseball a faillit financer ses études supérieures comme deuxième base chez les pros, c'est pas rien.
Don : C'était y'a un demi-million d'années, Charlie.
Ami : Super, ta place est toute trouvée.
Don : Non! Désolé, ça m'intéresse pas.
David : Oh Don, s'il te plait, tu dois jouer avec nous!

 

Le téléphone de Don sonne.

Don : Excusez-moi. (au téléphone) Eppes! J'arrive.

 

Chez Trevor Riley

 

Policier : Et ensuite qu'avez-vous fait madame?
Mikelle : J'ai frappé à sa porte et...j'entendais rien...Je suis entrée et...

Terry (à Don qui arrive) : Bonsoir.

Don : Bonsoir Terry.
Terry (désignant la jeune femme) : La petite amie de la victime. Selon le légiste, la mort remonte à huit heures du matin. La victime s'appelle Trevor Riley, 27 ans. Il était recherché pour détournements de fonds.
Don : Circonstances du décès?

Terry : Les mêmes que sur une affaire précédente, tu as clos le dossier il y a un an.

Don : Quoi?

Terry, Don et David entrent dans la pièce où se trouve la victime.

Don (regardant le cou de Trevor) : Il a bien été étranglé, la corde a entaillé la peau...comme dans l'affaire Lisa Bayle.
Terry : Soulèves sa chemise.

Une grosse marque recouvre le dos de la victime.
Don : Je vois, l'assassin a du prendre appui sur son dos.
Terry : Dans l'affaire Bayle aussi.(montrant une corde par terre) et regardes ça.
David : On dirait la corde dont il s'est servit pour le tuer et qu'il aurait enrouler autour de ses gants.

Agent: On pourra peut-être y trouver des traces de son ADN?

Don : Pas s'il portait des gants en latex en-dessous. Cliff Howard a avoué le meurtre de Lisa Bayle. On a retrouvé ses empreintes sur le corps et un témoin l'a reconnu.

Terry : C'est peut-être un copieur qui a suivit l'affaire dans les journaux?
Don : Non, on a jamais rien dit aux journalistes au sujet des gants. J'aurais fait mettre en prison un innocent?

 

Générique de début

 

Au siège du FBI

Don a ressortit le dossier de l'affaire Lisa Bayle.
Don : On a deux victimes et un mode opératoire.
Terry : L'une morte il y a un an et demi et l'autre il y a quelques heures.
Don : Trevor Riley se faisait apparemment passer pour un agent de change. Poursuivit pour détournements de fonds et arrêté deux fois pour chantage.

Terry : Il y a des fichiers comptables plein son ordinateur, un de nos experts va les éplucher. Dans quel domaine le chantage?
Don : Ecoutes-ça, il couchait avec une femme mariée et la menaçait de tout balancer à son mari.

Terry : Quelle classe!

Don : Ouais, un brave homme.
Terry : Don, on avait un dossier solide sur l'affaire Bayle, les empreintes, un témoin oculaire et les aveux.
Don : On la retrouvée dans sa voiture mais je suis toujours presque sûr qu'on la tuée ailleurs. Trevor, lui, est mort dans son appartement. Hormis ce détail, tout le reste correspond parfaitement.

 

Dans la maison des Eppes

 

Don (entrant) : Salut! Y'a quelqu'un?

Alan (arrivant) : Je suis là Donnie.

Don : Salut papa, tu sais où est Charlie?
Alan : Ah ben tiens justement, on en a discuté. Il a dit que l'équipe du FBI cherchait un joueur. Remets-toi au baseball avec eux.

Don : Tu crois vraiment que j'ai que ça à faire. (voyant son frère qui arrive) Oh, oh Charlie!

Charlie : Tu devrais jouer avec eux. C'est débile de gâcher tant d'expériences, il ont besoin de toi.
Alan : C'est exactement...
Don : Papa! (à Charlie) T'as une minute?
Charlie : Pas vraiment, j'ai un séminaire qui commence dans une demi-heure, alors...
Don : Je te demande juste une minute (montrant une clef USB) J'ai la une copie de dossiers comptables qu'on pense qu'ils sont frauduleux. L'ennui c'est que nos experts pataugent dans une énorme affaire de blanchiment et qu'ils ne pourront pas s'y mettre avant huit jours.
Charlie : Je vois. J'aimerais t'aider mais je prépare un intervention sur l'entrelacement des racines de polygones et c'est quelque chose d'assez pointu...
Don : S'il te plait, rends-moi ce service. Y'a 15 mois, j'ai enquêté sur le meurtre d'une femme enceinte. L'assassin est en taule, mais le propriétaire(montrant la clef USB) de l'ordinateur où on les a trouvé, a été tué de la même façon.
Charlie : Et tu penses que les deux sont liés?
Don : Disons que j'essaie de le savoir.

Charlie : Bon d'accord, je vais voir ce qui l'en est.

Don : Merci.
Charlie sort rapidement.

Alan : Don, tu penses que tu n'as pas fait ce qu'il fallait sur la première enquête?

Don : Ben, le dossier était solide, on avait des preuves, mais les similitudes entre les deux affaires sont...vraiment trop flagrantes.

Alan : Et...celui qui est en taule, c'est qui?

Don : Cliff Howard, il avait un casier, cambriolage, vol de voitures. En plus, on a retrouvé le corps près de chez lui.
Alan : Les jurés ont pensés qu'ils tenaient le coupable?

Don : Non, y'a pas eu de procès. Il a plaidé coupable pour éviter la peine de mort.

 

Au domicile de Trevor Riley

 

Agent 1(regardant dans la ventilation) : Quand on a évacuer le corps de Trevor, j'ai remarqué que la grille tenait mal et quand je l'ai enlevée...

Derrière la grille, de nombreuses liasses de billets sont cachées.
Terry : Combien il peut y avoir? Plusieurs milliers de dollars?
Agent 2 : Monsieur! (montrant la cheminée)Il y a d'autres ici.

Cachés dans différents endroits de l'appartement, les agents retrouvent pleins de liasses.
Agent 1 (posant une liasse) : Ce sont les derniers.
Terry : A vue de nez, 525.000 dollars.
Don : Jamais il n'aurait pu expliquer ça à sa banque.
David : Y'a pas de courrier, la ligne de téléphone est coupé et tout son mobilier est en location.

Terry : L'arnaque devait être arrivée à son terme.
Don : Sans doutes.
Ils entendent de la musique.
Don : Ils sont sourds à côté ou quoi?
David : Les voisins!

Don : On va les voir.

 

 

Chez le voisin, Marc Andric

 

Andric : J'étais à l'opéra hier soir, quand ils ont trouvé le corps.
Terry : Il a été tué aux environs de huit heures du matin. Est-ce que vous étiez là?

Andric : Je m'apprêtait à aller en cours. Je les ai entendu se disputer. J'écoutais la musique très fort mais ils étaient encore plus bruyants.
Don : Qui ça "ils"?
Andric : Trevor...et son électricien.

David : Vous pourriez le reconnaitre si vous le voyiez?

Andric : Oui, je crois. C'est un hispanique, chauve...sur sa camionnette, y'avait écrit "électrician connexion".
Terry : Vous êtes enseignant?
Andric : Oui, je donne des cours des cours de musique à Westmore.
Terry : Vous étiez en affaires avec lui, il gérait vos intérêts?

Andric : Non, je savais que Trevor travaillait dans le domaine de la finance...mais, je n'ai pas vraiment les moyens. Vous savez ce que gagne un enseignant?

 

Sur le lieu de travail de Salazar

 

David : Vous êtes vous déjà rendu chez Trevor Riley, Monsieur Salazar?

Salazar : Oui, j'ai vérifié son installation électrique. Les lampes fonctionnaient pas.
David : Hier? Dans la matinée?

Salazar : Y'a deux mois de ça.

David : Avez-vous fait d'autres travaux pour Mr Riley?

Salazar : Pourquoi? Qu'est-ce qui y'a?
David : Rien d'autre, Mr Salazar?
Salazar : ...J'ai installé des prises pour son ordinateur.

David : Votre entreprise n'a aucune trace de ça.

Salazar : Si mon patron l'apprend, je suis viré. J'ai trois enfants, je suis obligé de travailler au noir, mais toujours en dehors de mes heures.

David : Quand avez-vous installé ces prises?

Salazar : J'y suis passé trois fois, la dernière, y'a une semaine. En quoi est-ce que le FBI...

David : Vous ne vous êtes jamais disputé avec Mr Riley...même une seule fois?

Salazar : Quand j'ai eu terminé le travail, ...il a refusé de me payer...On a du discuter.
David : Mais, c'était pas hier matin?

Salazar : Je jouais au baseball hier!...Comme tous les jeudis et tous les mardis.

 

Au club de baseball de Salazar

 

Gérant : Les membres du club défilent toute la journée.
Terry : Ils n'ont pas a s'inscrire?
Gérant : Non, ils ont la combinaison de l'entrée. Ils tapent quand ils veulent entre 6 heures du matin et 11 heures du soir et minuit le week-end.
Don : Vous avez des caméras de surveillance, je pourrais voir les enregistrements.

Gérant : Toutes bousillées! Ca tape dur.

Terry et Don sortent du club.

Terry : Donc Salazar s'est disputé avec la victime et son alibi ne tient pas.

Don : Et en plus, il est évident qu'un électricien a accès au genre de câble qui a servit dans les deux homicides.

Terry : Oui.

Don : Si ça se trouve, il a travaillé chez Lisa Bayle.

Terry : Tu te dis que si on réussit à prouver que Salazar a tué Trevor Riley...
Don : On réussira.
Terry : ...On trouvera un lien entre Salazar et Lisa Bayle...

Don : Je me dis qu'il faut trouver pourquoi on a tué Riley.

Don regarde un batteur frapper et sourit.

 

A l'université

Charlie : Riley avait effectivement monté une escroquerie. Une arnaque pyramidale!

Don : Racontes-nous ce que tu as découvert.

Charlie : Il a envoyé des e-mails aux investisseurs de Smith et Waterson comme si c'était un courriel très officiel.

Terry : Du spouffing!

Charlie : C'est ça! Il prétendait travailler en relation avec Smith et Waterson et il réclamait toutes sorte d'informations comme des codes d'identification ex-catera pour avoir accès à tous leurs comptes.

Don : Attends! Personne ne s'est jamais plaint de s'être fait voler?

Charlie : Mr Riley était un homme extrêmement intelligent, plutôt que de détourner d'un bloc des sommes importantes, ce qui aurait attirer l'attention, il avait trouvé un stratagème...pour y parvenir en douceur. Au début, il a juste voler 2 dollars sur un des comptes, il les a remboursé au bout de quelques jours en volant 2 autres dollars sur 2 autres comptes. Il a pu réapprovisionner le premier compte et a gardé les 2 autres dollars qu'il a fait passer pour des erreurs bancaires. 2 malheureux dollars! Personne n'a recompté.
Terry : Et comment de 2 dollars en arrive t-on à un demi-million?

Charlie : Oui, attendez...bonne question! (prenant une feuille et la pliant) J'ai plié ce papier deux fois, il est quatre fois plus épais qu'il ne l'était, si je parvenais à le plier 50 fois sur lui-même, quelle serait alors l'épaisseur de cette feuille de papier?

Don : Je sais pas...disons au moins 50 centimètres!

Terry : Non, moi je dirais comme un building.
Charlie : Elle irait jusqu'au soleil!

Don : Waouw!

Charlie : C'est une progression géométrique! Bien sûr, on ne peut pas plier ce papier 50 fois...Une jeune lycéenne, Britney Gallivan a démontré comment le plier 12 fois et elle l'a fait avec du vrai papier...Elle a établie un record!

Terry : Ca mesurait combien?

Charlie : Euh, 45 centimètres. C'est le même principe pour ce détournement de fonds, sauf que ça nécessite de doubler le nombre de comptes à chaque niveau. C'est pyramidal! Ca ne dure jamais longtemps parce que arrivé au 19ème prélèvement, Riley a déjà ponctionné 524.288 dollars...

Don : Et qu'il lui fallait deux fois cette somme pour pouvoir continuer...
Charlie : On épuise ses ressources et la pyramide...s'effondre. Le temps qu'elle s'écroule, ce cher Riley est déjà loin.

Don : Tu disais qu'il a sollicité les investisseurs de chez Smith et Waterson, mais comment a t-il réussit à avoir leurs adresses?

Terry : Ca ne devrait pas être difficile à savoir...(sortant) je m'en occupe.

Don et Charlie se retrouvent seuls.
Don : Tu sais l'affaire Lisa Bayle, tu pourrais lire le dossier pour voir si je ne suis pas passé à côté de quelque chose?

Charlie : Quoi? Je ne saurais pas quoi faire d'un rapport d'enquête!

Don : Ce n'est que de la logique! C'est ton domaine. Tu sais repérer les incohérences, non?
Charlie : Ouais.
Don : Ben, c'est pareil que quand un mathématicien établit une nouvelle théorie, il fait appel à ses pairs, n'est-ce pas? Et l'un d'entre eux vérifie sa théorie.

Charlie : Effectivement!

Don : Alors, fais-moi une fleur et vérifie que j'ai pas commis d'erreurs.

Charlie : Y'a quoi comme preuves dans ce dossier?

Don : Pour commencer, on a eu des aveux complets ainsi que des empreintes et en plus un témoin oculaire.

Charlie : Je vais étudier la méthodologie pour chacune d'entre elles.
Don : Super, merci!

Charlie : Pas de problèmes!

Terry(arrivant en courant) : On a peut-être une piste pour les investisseurs de Smith et Waterson. Sa petite amie, Mikelle Peters, travaille dans la société.

 

Dans une salle d'interrogatoire au FBI

 

Terry : Vous avez fourni à Trevor Riley les adresses e-mail de vos clients.
Mikelle : Il avait dit que personne ne le saurait, c'est pas vrai!...Il a dit que si je refusait, il raconterait tout à mes employeurs.

Don : Donc, il vous faisait chanter?...Vous vous rendez compte de ce que vous risquez pour complicité d'escroquerie? Et encore, ce n'est qu'un début.
Mikelle : Il m'a dit qu'il avait découvert, Dieu seul sait comment, que je n'avais aucun diplôme universitaire. J'ai rédigé un faux CV pour obtenir ce travail.
Terry : Il menace de vous balancer et vous continuez à sortir avec lui?

Mikelle : Il était super riche et super généreux avec moi.

Don : Connaissez-vous un certain José Salazar?

Mikelle : Qui?
Don : José Salazar?

Mikelle : Ah oui, l'électricien! Je pense que lui aussi Trevor a voulu l'arnaquer.

Au siège du FBI

 

Le voisin de Trevor Riley , Marc Andric, examine des photos de suspects.


Don : Reconnaissez-vous l'un d'entre eux, surtout prenez votre temps.

Andric réfléchit longuement.

Don : Alors?

Andric : Le deuxième en partant de la droite.

Don : Montrez-le moi.

Andric(montrant la photo de Salazar) : Celui-là.
Don : J'ai besoin de votre signature en-dessous de la photo pour attester que c'est bien l'homme que vous avez vu chez Trevor Riley le matin où il a été assassiné.

Andric signe en dessous de la photo de Salazar.

 

Sur le lieu de travail de Salazar.

 

Don (arrivant) : Bonjour José, nous aurions encore quelques questions à vous poser.

Salazar s'enfuit en courant.
Don(s'élançant à sa poursuite) : Ah non, pas ça!

Pendant que David poursuit le suspect, Don prend une autre direction.
Don : Le lâches pas.
David : Comptes sur moi.

Don parvient à rattraper Salazar et le menotte.
Don : Ne bouges plus!

 

Au siège du FBI

 

Terry et Don interroge Salazar.

Salazar : Il a dit qu'il pouvait y ajouter un zéro.
Terry : A quoi?
Salazar : A mes 8000 dollars. 17 ans d'économies.
Terry : Et vous avez découvert qu'il allait s'envoler avec?

Salazar : Non! Ca vous venez de me l'apprendre. J'ignorais qu'il allait partir.

Terry : On a vos empreintes. On a trouvé le même câble dans votre camion et on a un témoin qui réfute votre alibi.

Salazar : Le matin où on a tué Riley, j'étais au club de baseball. Demandez à n'importe qui.
Terry : C'est ce qu'on a fait. Le gérant ne se souvient pas de vous.

Don : Vous connaissez une certaine Liza Bayle?

Salazar ne répond pas.
Don : Où étiez-vous le 9 avril 2004?

Salazar : A San Diego! J'y ai bossé une semaine entière, à câbler des appartements et je voie pas du tout de quoi vous voulez parler.

 

Plutard,

Don : Je sais pas, tu crois qu'il l'a connaissait?

Terry : Difficile à dire.

Don : Ouais.
Terry : Mais, il a réagi.
Don : Il avait un mobile, un témoin l'a vu sur les lieux du crime, il a menacé la victime et il nous a menti au sujet de son alibi.

Terry : Ouais, tout concorde mais pour l'affaire Bayle, c'est pas suffisant.

Don : Je sais!

Terry : Ca peut être une coïncidence.

Don : Ouais! C'est vrai!...Je le sens pas. Je vais voir si Charlie a trouvé quelque chose de nouveau.

Terry : OK

 

Devant l'immeuble du FBI

 

Don retrouve Charlie.

Don : Est-ce qu'il est possible que ces deux meurtres aient été commis par deux personnes différentes?

Charlie(sortant son carnet de notes) : Attends, selon le FBI et surtout ses statistiques, dans tout le pays, 3 ou 4 personnes meurent garrotées chaque année et environ 5% de tous les crimes commis aux Etats-Unis ont lieu à Los Angeles...A supposer que le deuxième tueur a copier le premier, il y a 4,9% que se soit une concidence.

Don : Je savais que ça serait minime.

Charlie : Tu sais ce que tu vas faire?

Don : Je vais inculper José Salazar du meurtre de Trevor Riley et je vais voir si je trouve un lien avec Liza Bayle et si Cliff Howard est innocent, je le ferais libérer.

A la prison de Fullerton

 

Don rencontre Cliff Howard.
Cliff : Pourquoi je devrais encore tout vous racontez?
Don : Parce que il faut enfin me dire la vérité sur ce qui est arrivé à Liza Bayle.

Cliff : Je vous l'ai déjà dit, je l'ai dit à tout le monde, je l'ai tué et je le regrette.

Don : D'accord! Racontez-le moi encore une fois, Cliff.

Cliff : Il me fallait une voiture, elle était perdue, elle m'a demandé son chemin. J'ai fait comme si je n'entendais rien pour qu'elle sorte de la voiture. Je suis passé derrière elle, j'ai enroulé le cable autour de son cou, j'ai mis mon genou au milieu de son dos...et j'ai tiré comme un malade, elle ne touchait même plus le sol. Ensuite, j'ai mis le corps sur le siège arrière et maintenant, je regrette ce que j'ai fait.

Don : Au début, vous avez niez l'avoir tuée. Vous prétendiez être seul chez vous.

Cliff : J'ai menti.
Don : Est-ce qu'on vous a arraché des aveux?

Cliff : Non.
Don : Vous protégez un complice?

Cliff : Je l'ai tué...tout seul et je le regrette.
Don : José Salazar, ça vous dit quelque chose?

Cliff : Rien du tout.
Don : Et Trevor Riley?

Cliff: Jamais entendu parler.

 

Chez Cliff Howard

 

Don frappe à la porte. La femme de Cliff lui ouvre.

 

Don : Mme Howard, vous vous souvenez de moi, Don Eppes. Voici l'agent Sinclair.

Mme Howard : Qu'est-ce que vous voulez?

Don : Vous poser quelques questions sur votre mari, c'est tout.

Mme Howard les laisse entrer

Mme Howard : Cliff a avoué son crime et il a dit qu'il regrettait. Qu'est-ce que vous voulez de plus?
Don : Je sais, mais il y a autre chose que je dois savoir. Soyez franche avec moi. Est-ce qu'il vous a dit qu'il était innocent de ce crime?

Mme Howard : Agent Eppes, Liza Bayle était enceinte de trois mois, elle venait des beaux quartiers. On habitait juste à côté de là où on a retrouvé son corps. Vous aviez ses empreintes et un témoin l'a vu sur les lieux du crime...
Don : Vous ne répondez pas à ma question.

Mme Howard : Il a suivit les conseils de son avocat, il a avoué. C'est un prisonnier modèle, il exprime du remord et dans 27 ans, il est possible qu'il sorte quand mon fils en aura 30.
David : Mme Howard, on réouvre le dossier concernant son affaire, si vous savez quoi que se soit, il faut nous le dire.

Mme Howard : Excellente idée! Réouvrez, mais Cliff ne peut rien pour vous. Il doit s'en tenir à son histoire, sinon, il perd toutes ses chances de remise de peine.

Mme Howard rentre pour s'occuper de son fils qui l'appelle.

Don(partant) : D'accord...merci.

 

Au siège du FBI

 

Charlie arrive pour voir Don. Il tombe sur Terry.

Terry : Salut Charlie.
Charlie : Bonjour.

Terry : Quoi de neuf?
Charlie : J'aurais aimé en savoir un peu plus sur le témoin de l'affaire Liza Bayle.

Terry : Oui.
Charlie : Il a identifié Cliff Howard de la même façon que le témoin que j'ai vu hier concernant le suspect du meurtre de Trevor Riley?

Terry : Oui, les identifications se passent toujours comme ça, pourquoi?
Charlie prend une serviette et commence à écrire les chiffres entre 1 et 6.

Charlie : Vas-y, choisis un nombre au hasard.

Terry : Trois.
Charlie : Un autre nombre.

Terry : Six.
Charlie : Encore un.
Terry : Je te préviens, c'est le dernier : un.

Charlie : Quand je t'ai demandé de choisir un nombre, les trois fois, tu as choisit entre un et six. Pourquoi dans cet intervalle? Pourquoi pas le 0 ou 3000? Ou le 7?
Terry : Tu les avais pas écrit.

Charlie : Je t'ai pas dit de choisir parmis ceux que j'avais écrit.

Terry : Non, mais j'ai supposé...
Charlie : Exactement! Le témoin aussi suppose qu'il doit choisir une personne parmi celles qu'on lui met sous le nez. Oui ou non? Sa décision repose sur cette supposition.

Terry : C'est une procédure réglementée par une jurisprudence. Le ministère de la justice fait procéder de cette manière depuis des années.

Charlie : C'est pas une raison.

Terry : En quoi c'est mathématique?

Charlie : C'est pas mathématique, c'est logique. Les mathématiciens sont forts en logique.
Terry : Il y a une autre façon de procéder à une identification. On montre les photos une par une et on demande "Est-ce que c'est lui?". Les études montrent que ça évite davantage d'erreurs tout en réduisant le taux de réussite, y compris en présence du coupable.

Charlie : Si jamais l'identification de Cliff Howard s'est déroulé selon la méthode traditionnelle, peut-être que...je veux dire, on peut envisager que le témoin se soit trompé. Oui ou non?
Terry : ...D'accord, je reconvoque le témoin.
Charlie : Merci.

 

Au domicile de Liza Bayle

 

Don rencontre Jonas Bayle, le mari de Liza et lui montre une photo de Salazar.

Jonas : Je n'ai jamais vu cet homme.
Don : Vous êtes sûr? Il est possible qu'il soit venu faire des travaux chez vous.

Jonas :Peut-être, je ne peux pas vous dire, c'est Liza qui s'occupait de ce genre de chose.

Don : J'essaie de découvrir si éventuellement il se pourrait que cet homme ait connu votre femme.

Jonas : Pourquoi?
Don : Vous n'allez pas aimer ce que je vais dire, mais la culpabilité de Cliff Howard est remise en cause.

Jonas : Mais ce salopard a avoué!

Don : Oui, je sais.
Jonas : On ne s'est pas revu depuis un an. La dernière fois c'est quand vous m'avez interrogé pendant 48 heures...
Don : Désolé...

Jonas : J'ai du appeler les pompes funèbres menotté à une table.

Don : Je devais retrouver le meurtrier de votre femme par tous les moyens dont je disposait...

Jonas : Et aujourd'hui, vous voulez réouvrir ces blessures?

Don : Non, c'est pas ça...

Don s'approche d'une photo sur la cheminée.
Don : C'est votre fille? Comment s'appelle t-elle déjà? Paula?

Jonas : Ouais.
Don : Je peux?

Jonas : Je vous en prie.
Don prend le cadre et regarde la photo de Paula Bayle en uniforme de son école.

Jonas : Elle est à l'université maintenant.

Don (reposant la photo) : Vous ne voulez pas savoir la vérité sur la mort de votre femme?

Jonas : Je la connais la vérité, c'est Cliff Howard.

 

Dans le bureau de Charlie à l'université

 

Amita et Charlie travaillent, Larry entre.

Larry : Ah, je vois qu'on est en pleine recherche très exaltante dans le domaine de la criminologie.

Charlie : Exactement. Don croit qu'il a envoyé en prison pour meurtre la mauvaise personne et moi, j'essaye de déterminer si le dossier a une faille.

Larry : Pour remettre en équations les principes de la criminologie américaine?

Charlie : Je développe une application d'analyse statistique concernant les modes d'identification des témoins.

Amita : Et il est clair que la procédure de base des six hommes côte à côte est intrinsèquement faussée.

Larry : Oui, c'est ce que je constate, mais dans le cas particulier sur lequel vous travaillez ici, ce n'est pas le bon suspect qui a été identifié?

Charlie : On en est pas sûr, mais si on en croit nos calculs, le témoin peut très bien identifier la mauvaise personne.

Larry : Oui! Il est certain que c'est possible, mais là, est-ce que c'est vraiment arrivé? Est-ce que vous avez mis au point un test pour le déterminer?

Amita : Non, on étudie la méthodologie en elle-même.

Larry : Pourquoi ne pas étudier l'exactitude et la pertinence de ce résultat?

Charlie : Tu est en train de nous dire qu'on ne devrait pas remettre en cause le mode d'identification traditionnel des suspects de face et ensemble, même s'il ne s'avère pas très fiable?

Larry : Tout ce que je dis, c'est que...je vous engage à mesurer les implications extrêmement soigneusement...parce que...il s'agit là d'un véritable meurtre dont quelqu'un à véritablement été assassiné...Il est vrai que vous avez démontré qu'il y a un risque que l'identification ait pu être erronée...En revanche, vous n'avez pas prouvé qu'elle était éronnée.

 

Au siège du FBI

 

Terry interroge Mme Malloy, le témoin de l'affaire Liza Bayle.

 

Terry : Mme Malloy, est-ce qu'il courait vers vous ou dans la direction opposée?

Mme Malloy : Opposée.
Terry : Et il faisait sombre.
Mme Malloy : Oui, certes, mais il s'est retourné, il mesurait environ 1m80, il portait un sweat seart et un jean.

Terry : Et c'est l'homme que vous avez vu lors de l'identification?

Mme Malloy : Bien sûr qu'il était là, je l'ai même identifier de premier coup.

Terry : Oui! (sortant la photo de José Salazar) Vous reconnaissez cet homme?

Mme Malloy : Oui! C'est l'homme que j'ai vu.

Terry : Oui, merci!

 

Terry retrouve Don et David devant l'immeuble.

Terry : Janice Malloy a identifié Salazar comme étant le meurtrier de Liza Bayle après avoir reconnu Cliff Howard. Ca m'inspire pas vraiment confiance.
Don : Il n'y a jamais eu de contre-interrogatoire du fait qu'il a avoué.

David : Avec un témoin oculaire aussi peu fiable, ses aveux deviennent plutôt douteux. La seule preuve formelle dont on dispose maintenant, se sont ses empreintes.

Don : On va les revérifier et plusieurs fois s'il le faut.

Terry : C'est parti.

 

Au laboratoire d'analyse des empreintes

 

Experte(montrant les empreintes de Cliff Howard sur l'ordinateur) : Voici la comparaison des empreintes de Cliff Howard(montrant un autre écran) avec celles qui ont été retrouvées sur le corps de Liza Bayle...Seuls 25% sont visibles, le reste est indistinct.
Don : Il aurait-il une chance que se ne soient pas son empreinte?

Experte : Non, pas vraiment.(sortant les similitudes sur l'écran) J'ai trouvé 7 similitudes entre celles retrouvées sur le corps et celles de Cliff Howard. Regardez, les mêmes agencements de sillons et là, les mêmes bifurcations. A partir de ça, je dirais que l'empreinte trouvée sur le corps est celle de Cliff Howard.

Don : Ce qui signifie que c'est lui qui l'a tué.

 

Charlie : Comment sait-on que chacun a des empreintes uniques? Comment peut-on en être sûr?

Experte : Parce qu'on n'a jamais vu deux personnes avec les mêmes empreintes.

Charlie : Et on a examiné les empreintes de tout le monde? Sur toute la planète?

Experte : Et bien, c'est une supposition basée sur plus de 100 ans de raisonnement empire...
Charlie : En effet, et est-ce qu'il est fréquent qu'une partie de l'empreinte de quelqu'un ressemble à celle de quelqu'un d'autre?

Experte : Je ne saurais vous le dire. Nous n'avons jamais fait ce genre d'enquêtes au sein de la population.
Charlie : Vous n'établissez pas de taux de probabilité quand vous procédez à une comparaison?

Terry : Ca ne se pratique que pour la recherche d'ADN.

Charlie : C'est vrai, quand les experts établissent une correspondance, ils ne la présentent pas comme sûre. Ils donnent un pourcentage de chance que l'ADN provienne de la même personne.

Mais pour les empreintes pas d'estimations? C'est oui ou c'est non?

Experte : Deux techniciens avant moi ont aussi déterminés que cette empreinte de pouce était celle de Cliff Howard.

Charlie : Quoi! Comment savez-vous que c'est un pouce? Pourquoi pas plutôt l'index gauche, par exemple?
Experte : Parce qu'elle a les arches, les spirales et les courbes d'un pouce. (montrant sur son écran) Vous voyez le centre de cette spirale, c'est comme une horloge et là c'est midi.

Charlie (prenant un cône dans la main) : Quelle est la forme de ceci?

Experte : C'est un cone.

Charlie : Ca dépend d'où on le regarde. D'accord, sous un angle différent, c'est un cercle...ou un triangle...un triangle de Penrose, impossible en réalité...ou un bouchon susceptible d'obturer une ouverture triangulaire...carré...ou ronde. (tournant le cône dans tous les sens) Tout dépend sous quel angle on le considère. Et en l'occurrence, vous supposez que c'est une empreinte de pouce parce que vous l'abordez comme telle, mais il est possible qu'une autre personne ait de l'index gauche (faisant pivoter l'empreinte sur l'écran) une empreinte que, si on la fait pivoter, le quart inférieur présente des similitudes avec celle du pouce de Cliff Howard?
Experte : Ca fait 8 ans que je fais ce travail.

Charlie : Vous êtes meilleure aujourd'hui qu'il y a 8 ans.

Experte : C'est évident.
Charlie : Donc si c'est évident, c'est que ce n'est pas une science, c'est de l'interprétation. C'est un art si vous préférez.

Experte : Notre service a un taux d'exactitude de 99,7%...
Chalie : Ce qui fait 3000 erreurs pour un millions de recherche.
Don : Faites-moi plaisir, faites un test avec toutes les empreintes de Salazar...
Experte : Ca serait du temps perdu. (montrant un détail de l'empreinte) Ce sillon de forme caractéristique, dit "crochet de boucher" est très rare et Salazar ne l'a pas...(fusillant Charlie du regard) sur aucun de ses doigts!

 

Chez les Eppes

 

Don joue seul au basket dehors, Charlie le regarde par la fenêtre. Larry fait des calculs sur la table de salle à manger.
Larry : Ah seigneur, faites que ce soit juste! Je viens de réussir à exprimer une variété complexes de Calibri-You de façon à dépasser l'existence d'un spineur harmonique non nul...et je...Charles!

Charlie : Il compte passer toute la soirée dehors?

Alan : Voyons les choses du bon côté, ton frère a retrouvé de l'intérêt pour le sport.
Charlie : C'est comme si les preuves lui donnait raison et tort à la fois.

Larry : Oui, le bon vieux chat, le vieux paradoxe du chat de Schrödinger...

Alan : Le chat qui squatte notre garage?

Charlie : C'est une sorte de défi intellectuel.
Alan : Ah! Tu crois?

Larry : Une version très simplifiée...Un chat est enfermé dans une boite, il y a une chance sur deux qu'il ait été empoisonné, mais et c'est là le paradoxe, tant que personne n'a ouvert la boite, et observé le chat, celui-ci est potentiellement à la fois vivant et mort!

Charlie : Désolé, mais j'ai du mal à voir où est l'analogie? Parce que dans la réalité, Don ne peut pas avoir raison et tort en même temps?

Alan : Bien sûr que non, si on a la fois tort et raison, c'est que forcément y'a un truc qui cloche.

Larry : Non! Le principe du chat de Schrödinger, c'est que la question en elle-même n'a aucun sens...jusqu'à ce qu'on regarde dans la boite.

 

Charlie rejoint Don dehors et arrive à subtiliser le ballon à son frère.

Charlie(prenant le ballon des mains de Don et dribblant) : On va dire que je suis Allen Iverson.

Don : Charlie, je suis pas d'humeur...
Charlie : Je suis la seule la seule personne au monde capable de te battre...(dribblant et marquant un point) d'un point...Je viens de prouver que je suis Iverson.
Don : Non, tu viens juste de prouver qu'au bout de 20 ans, je me fais encore avoir.
Charlie : C'était un raisonnement sylogique...qui s'appuie sur une fausse information.

Don : C'est ça.

Charlie : A l'évidence, je ne suis pas Allen Iverson...
Don : Sans blagues!

Charlie : ...Et dire que c'est moi et proposer un test qui le prouve n'y changera rien...
Don : Je vois pas le rapport avec mon dossier.

Charlie : Tu cherches un rapport entre Salazar et Liza Bayle parce que tu le crois coupable. Mais si tu te trompe...Trouver un lien avec Liza Bayle ne te donnera pas raison pour autant. Peut-être qu'établir d'autres liens t'en apprendrais plus.

Don : Un lien éventuel entre les victimes? Ce qui pourrait nous mettre sur la piste d'un autre assassin...qui ne serait ni Howard, ni Salazar?

Charlie : C'est ça!

Don : C'est mathématique ou c'est logique?

Charlie : C'est pareil.

 

Au club de baseball de Salazar

 

David et Don montrent des photos à un membre du club.

 

Joueur: Non...non...non...

David (montrant la photo de Salazar) : Et celui-là?

Joueur : Lui, il prend toujours la cage 4, il vient tous les mardis et les jeudis. Moi, je viens en moyenne 5 ou 6 fois par semaine.
Don : Pouvez-vous nous dire si vous vous souvenez avoir vu cet homme le jeudi 8 en début de matinée?
Joueur : Le 9, je suis allé à Las Vegas...Le 8, il était là!

Don : C'est sûr?

Joueur : Oui, certain.

Don et David sortent du club.

David : On a deux témoignages contradictoires. Lui nous dit que Salazar était là au moment du meurtre de Riley et son voisin Andric nous affirme qu'il était sur les lieux.
Don : Marc Andric enseigne la musique à Westmore. Je pense qu'on doit encore pouvoir le trouver, on va aller lui demander quelques éclaircissements.

David : Entendu...Eh, tu veux toujours pas jouer dans l'équipe du FBI?

Don : Non, c'est fini! J'ai fais partie d'une équipe pro, les Stockton Rangers. Lors de mon dernier match, le lanceur était en place et il m'a envoyé une balle fourchette, bien lancée, bien tombante du genre qu'on envoie hors champs...
David : Et tu l'as manqué?

Don : Non, j'ai passé deux bases...
David : Super!

Don : Oui, mais quand je suis arrivé à la première, j'ai su au fond de moi que je n'irais jamais plus loin que cette équipe locale...et le lendemain, je me suis inscrit au concours du FBI.

A l'école Westmore

 

Les élèves sortent habillés avec leur uniforme. Don remarque la veste d'une élève.
Don : J'ai déjà vu cet écusson! La fille de Liza Bayle est venue ici, elle apprenait le violon! On l'a trouvé notre lien. Andric lui a surement donné des cours de musique...
David : Donc, Bayle et Riley connaissaient le même homme et on les a tués de la même façon.
Don : C'est pas un coïncidence!
David : Non, je crois pas...

 

A l'intérieur de l'école, dans la salle de musique.

Don (entrant) : Excusez-moi, nous sommes du FBI, c'est la salle de cours de Marc Andric?

Professeur : Oui, il est souffrant, je suis son remplaçant.

David : Nous aimerions fouiller son bureau, ça vous ennuie?

Professeur : Non, allez-y.

Don : Vous êtes là depuis longtemps?

Professeur : Oh, il y a une semaine.

Don : Une semaine?

 

Au domicile de Marc Andric

 

Une équipe du FBI défonce la porte et entre en force.

Don : FBI! Personne ne bouge...

Terry : Je vais de ce côté.
Don : FBI, Andric! ...Rien en vue!

Terry : Rien en vue!

L'appartement est vide.
Terry : Rien dans la chambre.
David : Il s'est envolé.
Don remarque une empreinte sur une glace...

 

Au siège du FBI

 

Devant le dossier de Marc Andric.

 

Don : Notre homme est bien Marc Andric, il a débarqué de Bosnie il y a de ça 10 ans. Cependant, ses empreintes sont celles d'un ancien lieutenant de l'armée serbe, Ramus Zeljada...et l'empreinte de son index droit présente un sillon dit "crochet de boucher" comme celle retrouvée sur le corps de Liza Bayle.

Terry : Trevor avait du découvrir sa véritable identité...
Don : Et tel qu'on le connait, il a du vouloir le faire chanter en échange de son silence...

Terry : Mais, Zeljada étant un sociopathe, il a préféré l'étrangler...

David : Et il nous a donné Salazar pou pouvoir disparaitre...

Don : Deux innocents sont en prison et il a une semaine d'avance sur nous. Il faut se plonger dans sa vie et voir ce qu'on peut en tirer.

 

Plutard,

Don : Les dix dernières années, Andric a vécu dans 4 villes, Sydney, New York, Chicago et Los Angeles...Où a-t-il bien pu choisir d'aller?

Terry : Il se déplace vers l'ouest...San Francisco? Honolulu?
David : En tout cas, il sait comment passer inaperçu. Rien, même pas un ticket de stationnement.

Un agent apporte une feuille.
Agent : On l'a trouvé.
Terry : Sa carte bancaire a été utilisée pour louer une chambre d'hôtel à Washington...Un groupe d'intervention est sur les lieux.

Don : Parfait.

En liaison par Webcam avec le groupe d'intervention de Washington.

Policier de Washington : On a entamé les négociations, depuis environ 10 minutes. Les suspects ne sont pas armés.
Don : Une seconde! "Les suspects"? Pourtant, on le croyait seul?

Policier de Washington : Un type est reparti avec lui d'un resto route de Bakesfield, dans les 20 ans, race blanche, très sale. Leur chambre d'hôtel est pleine de substances hallucinogènes bas de gamme. Ils s'installaient on dirait.(amenant un homme qui n'est pas Andric devant la caméra) Voilà, votre homme!

Don : Mais qui est-ce?...D'où vient la carte de crédit, d'où la sortez-vous?

Suspect : C'est Marc je sais pas quoi, je l'ai rencontré dans un bar à Los Angeles. Il fallait que je quittes la ville, alors, il me l'a vendue pour 200 dollars.

 

Plutard, devant une carte.
Don (pointant les villes où est passé Andric): Sydney...New York...Chicago...Los Angeles...
Terry : Ce sont des villes de passages, des villes d'art, d'architecture...
David : Au bord d'océans ou de lacs, faciles d'accès par tous les moyens...
Don : Charlie, t'as une idée, mathématique...ou logique?

Charlie : Non, aucune...Je n'ai pas votre expérience pour retrouver les fugitifs.(voyant un trophée de baseball sur le bureau de Don) Don...tu te rappelles que tu frappais toujours toutes tes balles, toutes y compris les mauvaises...
Don : Quoi?
Charlie : Même celles qui étaient hors cadre? Tu pouvais pas t'empêcher de les frapper toutes. Tu te fichais pas mal que ça fasse baisser ta moyenne...
Don : Mais enfin...de quoi tu parles?
Charlie : Tout le monde a un truc qu'il adore, qui ne peut pas s'empêcher de faire...comme toi, pour ce qui était des balles hors cadre. Pour Andric, c'est la même chose...il doit y avoir quelque chose qu'il aime?

Terry : La fois où on l'a interrogé, il écoutait de l'opéra et il a dit être aller à l'opéra le soir où Liza Bayle a été assassinée...
David : Et toutes les villes où il a vécu sont réputées pour leurs opéras.

Charlie : C'est vrai, tu as raison.

Don : Regardes s'il y a un opéra sur scène ici en ce moment.

David : C'est pour ça qu'il a vendu sa carte de crédit pour trois fois rien...
Charlie : Oui, pour créer une fausse piste et vous faire croire qu'il était déjà loin. Il est encore ici, c'est évident et il ne veut pas qu'on le découvre.
Terry : Il y avait une photo de la cantatrice Magdalena Urnatova dans son appartement. Ce soir, elle va chanter Aïda de Verdi au Pavillon Dorothy Chandler.
Don : Bon, très bien...Alors, qui aime l'opéra?

 

Devant l'opéra

Les agents sont répartis à chacun des chemins possibles.

Don (par radio) : Il est là?

David(par radio): Pas encore.

Agent(par radio) : Ca y est, j'ai un suspect en visuel, je le prend en filature.

Don (par radio) : Ne le lâchez pas.

Terry(par radio) : David, tu le vois?

David(par radio) : Non, toujours pas.

Andric semble avoir repérer le dispositif et s'enfuit en courant.

Agent (par radio): Le suspect traverse la place...
David(par radio) : Ca y est je le vois! Je le prends en chasse...Stop! Andric!...

Don intercepte Andric et le plaque au sol.

Don : Ne faites pas un geste.
David: On ne bouge plus, à plat ventre.
Don : Ca y est, c'est bon...


Au siège du FBI

Terry, Don et David observent Andric qui attend dans une salle d'interrogatoire.
Terry : Il faut le reconnaitre, il sait résister à un interrogatoire.

Don : C'est vrai que comparer aux usages bosniaques, nous c'est du gâteau.

David : Je comprends toujours pas pourquoi il a tué Liza Bayle? Quel était son mobile?

 

Chez Jonas Bayle

 

Jonas : Marc Andric? Oui. Liza le connaissait, elle passait pas mal de temps avec lui comme bénévole au lycée. Ils travaillaient ensemble sur l'histoire de l'établissement.
Don : Jonas, je sais que c'est très difficile pour vous...et croyez-moi, ce n'est pas une question facile...

Jonas : Vous voulez savoir si je les soupçonnaient d'avoir une liaison, Mr Eppes?
Don : C'est ça!

Jonas : Oui, c'était le cas...enfin, j'en était pas sûr.

Don : Ce que j'ai du mal à comprendre, c'est pourquoi, vous ne me l'avez pas dit? Vous n'avez pas pensé que le fait qu'elle ait une liaison pouvait avoir un lien avec ce qui lui est arrivé?

Jonas : Pour commencer, c'était moi, votre suspect numéro un...si vous aviez su que je pensais qu'elle me trompait...vous...vous auriez été convaincus que c'est moi qui l'ait tuée...et de toute façon, vous avez arrêté Cliff Howard presque aussitôt...et il a fait des aveux.

Don : D'accord...J'ai encore une dernière question plutôt délicate...Liza était enceinte de trois mois...
Jonas : Je crois que le bébé n'était pas de moi...mais, après sa mort...ça n'avait plus d'intérêts...et ça me semblait n'avoir aucun lien avec cette histoire...et vous venez me dire que ça aurait un lien?

Don : Oui, je le crains.

 

A la prison de Fullerton

 

Don retrouve Cliff Howard

Don : Le témoin s'est trompé et le technicien des empreintes a commis une erreur...
Cliff : A commis une erreur? Comment c'est possible?

Don : De nos jours, on s'appuie vraiment beaucoup...sur la science, quel que soit le secteur où on travaille et je crois que, dans la mesure où des personnes participent au processus, y'aura toujours...des petites erreurs...c'est injustifiable, mais...toutes mes excuses...
Cliff : Pourtant, je vous l'ai dit au début...que je ne l'avais pas tuée.

Don : Je sais, je me souviens que vous me l'aviez dit.

Garé devant la prison, Don observe satisfait, Cliff Howard qui retrouve son fils et sa femme.

 

Au club de baseball

 

Charlie retrouve Don qui s'entraine.

Charlie : Qu'est-ce que tu fabriques? Hors cadre et tu refuses de cogner?

Don : Si on te le demande...
Charlie : Je me suis amusé à établir des statistiques sur ta période chez les pros, pour voir quel type de balles...
Don : Oh Charlie, j'ai pas vraiment envie de me prendre la tête.
Charlie : Pourquoi? Si tu analyses tes performances, tu peux t'améliorer.

Don : Quelques fois, il faut se fier à ce qu'on ressent.

Charlie : Je crois que je peux quantifier ce que tu ressens d'après ta frappe de balle.

Don frappe une balle qui s'envole très loin.
Don : Oh, génial! Je sens que le FBI va avoir un batteur de choc cette saison!

Charlie : C'a c'est sûr!

 

Générique de fin

 

 The ideal guilty

Among Eppes 

Charlie, Don, David and friends play poker. Charlie is winning.

David (Charlie): Should we even ask you the question?

Charlie returns his game, he still won.

Other: Oh no, that's not true!

Don: That's not what you believe, I promise you.

Friend: You scam us?

Charlie: It was only the second time I played poker.

Friend: Yeah.

Charlie: I had a chance to win eight with only a pair in hand at the start and with two cards that follow a two finish with a full according to those rejected. I assess my chances, I multiplied by two, and I added a wholesale this time, it was good.

Alan (making peanuts): Hold!

David: Mr Eppes, take my place, we murdered Charlie.

Alan: Oh no, not me. The only time we made a poker, I realized that we must never sit at the table of a math.

Charlie: But wait, we played capsules beer.

Alan: Yes, otherwise I would have had to leave my home on foot and slip ... remember?

Charlie: Chance holds an important place in there and it is not impossible that I'm feeling lucky.

Friend: Marres up Sinclair, baseball Rira property that Rira the last.

Charlie: In baseball? The FBI has a team?

David: Yeah, we played against the sheriff, the criminal brigade stupas ...

Friend: They have a team of hell and now that Kraft is in San Diego was over batteur.

Charlie: You forget Don?

Don: No, it does tell me anything.

Friend (Don): You know hold a bat?

Charlie: The baseball has almost finance his higher education as second base in the pros, is not nothing.

Don: That there's half a million years, Charlie.

Friend: Great, your place is any found.

Don: No! Sorry, I'm interested not.

David: Don Oh, please, you must play with us! 

The phone rings Don.

Don: Excuse me. (by telephone) Eppes! I arrive.

 

At Trevor Riley

 

Policeman: And then what did you do madam?

Mikell: I knocked on the door ... and I heard nothing ... I went in and ...

Terry (who happens to Don): Good evening.

Don: Hi Terry.

Terry (indicating the young woman): The girlfriend of the victim. According to the Law, death dates back to eight o'clock in the morning. The victim called Trevor Riley, 27 years. He was wanted for embezzlement.

Don: Circumstances of death?

Terry: The same as a previous case, you have closed the case a year ago.

Don: What?

Terry, Don and David entering the room where the victim.

Don (watching Trevor's neck): It has been strangled, the rope was cut skin ... as in the case of Lisa Bayle.

Terry: Lift his shirt.

A big brand covers the back of the victim.

Don: I see, the murderer has to lean on his back.

Terry: In Case Bayle too. (Showing a rope on the floor) and look at that.

David: Looks like the rope which he used to kill and that would wrap around his gloves.

Agent: We may be finding traces of his DNA?

Don: Not if wearing latex gloves underneath. Cliff Howard has confessed to the murder of Lisa Bayle. We found his fingerprints on the body and a witness has acknowledged.

Terry: That may be a copier that has followed the case in the newspapers?

Don: No, we never said nothing to journalists on the gloves. I would have done to jail an innocent?

 

The beginning

 

At the headquarters of the FBI

Don showed the case file Lisa Bayle.

Don: We have two victims and modus operandi.

Terry: One dead a year ago and the other half and a few hours ago.

Don: Trevor Riley was apparently move to an agent of change. Prosecuted for embezzlement and arrested twice for blackmail.

Terry: There are files full accounting of his computer, one of our experts will peel. In what area blackmail?

Don: Listen to that, he slept with a married woman and threatened while swinging her husband.

Terry: What class!

Don: Yeah, a good man.

Terry: Don, there was a strong case on the case Bayle, fingerprints, an eyewitness and confession.

Don: It is found in his car but I am almost sure that the killed elsewhere. Trevor, he died in his apartment. Apart from this detail, everything else is fine.

 

In the house Eppes

 

Don (incoming): Hi! There someone?

Alan (arriving): I'm here Donnie.

Don: Hi Dad, you know where is Charlie?

Alan: Hey well just wish we had discussed. He said the FBI team was looking for a player. Put yourself in baseball with them.

Don: You really think I have to do it. (seeing his brother's happening) Oh, oh Charlie!

Charlie: You should play with them. It's stupid to waste so much experience, they need you.

Alan: That is exactly ...

Don: Dad! (Charlie) Got a minute?

Charlie: Not really, I have a seminar, which begins in half an hour, then ...

Don: I ask you just a minute (showing a USB key) I have a copy of the records that they think are fraudulent. The trouble is that our experts floundering in a massive laundering case and that they will not get started until eight days.

Charlie: I see. Let me help you but I prepare a speech on the interlacing of the roots of polygons and that is something quite sharp ...

Don: Please, do me this service. Y'a 15 months, I investigated the murder of a pregnant woman. The murderer is in jail, but the owner (showing the USB key) from the computer where they were found, was killed in the same way.

Charlie: And you think the two are linked?

Don: Let's say I try to know.

Charlie: Okay, I'll see what is.

Don: Thank you.

Charlie fate quickly.

Alan: Don, you think that you have not done the right thing on the first investigation?

Don: Well, the record was solid, there was evidence, but the similarities between the two cases are ... really blatant.

Alan: And .. one in jail is that?

Don: Cliff Howard, he had a locker, burglary, car theft. In addition, we found the body near his home.

Alan: The jurors have thought they were the culprit?

Don: No, there's been no trial. He pleaded guilty to avoid the death penalty.

 

At home Trevor Riley

 

Agent 1 (looking at the breakdown): When we evacuate the body of Trevor, I noticed that the grid took ill and when I removed ...

Behind the gate, many sets of tickets are hidden.

Terry: How can it be? Several thousand dollars?

Agent 2: Sir! (showing the chimney) There are other here.

Hidden in different places in the apartment, agents found full of bundles.

Agent 1 (dropping a set): This is the last.

Terry: A rule of thumb, $ 525,000.

Don: he could never explain it to his bank.

David: There's no mail, telephone line cut and all its furniture is rented.

Terry: The scam should come to an end.

Don: Without doubt.

They hear the music.

Don: deaf They are next door or what?

David: The neighbors!

Don: We'll see.

 

 

At the neighbor, Marc Andric

 

Andric: I was at the opera last night, when they found the body.

Terry: He was killed at around eight o'clock in the morning. Is it that you were there?

Andric: I am about to go underway. I heard fighting. I listened to music very strong but they were even more noisy.

Don: Who "they"?

Andric: Trevor ... and electrician.

David: You might recognize if you see it?

Andric: Yes, I think. It is a Hispanic, bald ... on his pickup truck, y'avait writing "Electrician connection."

Terry: Are you a teacher?

Andric: Yes, I taught courses in music Westmore.

Terry: You were in business with him, he managed your interests?

Andric: No, I knew that Trevor worked in the field of finance ... but I did not really means. You know what a teacher earns?

 

In the workplace Salazar

 

David: Have you ever delivered at Trevor Riley, Mr. Salazar?

Salazar: Yes, I checked the electrical installation. The lamps inoperative.

David: Yesterday? In the morning?

Salazar: There's two months of this.

David: Do you have done other work for Mr Riley?

Salazar: Why? What this?

David: Nothing else, Mr Salazar?

Salazar: ... I have installed on his computer taken.

David: Your company has no record of that.

Salazar: If my boss learns, I'm fired. I have three children, I am compelled to work in black, but still outside of my hours.

David: When did you installed these taken?

Salazar: I spent three times, the last, there's a week. What does the FBI ...

David: you have never argued with Mr Riley ... even once?

Salazar: When I had finished the work, ... he refused to pay me ... It's talk.

David: But it was not yesterday morning?

Salazar: I played baseball yesterday! ... Like every Thursday and every Tuesday.

 

In baseball club Salazar

 

Manager: Club members parade all day.

Terry: They do not have to register?

Manager: No, they have the combination of entry. They clap when they want between 6 am and 11 pm and midnight on weekends.

Don: You have surveillance cameras, I could see the records.

Manager: All bousillées! Ca tape drive.

Terry and Don leave the club.

Terry: So Salazar argued with the victim and his alibi does not hold.

Don: And, it is clear that an electrician has access to the kind of cable that was used in both killings.

Terry: Yes.

Don: If it is, he worked with Lisa Bayle.

Terry: You say that if you manage to prove that Salazar killed Trevor Riley ...

Don: We will succeed.

Terry: ... There is a link between Salazar and Lisa Bayle ...

Don: I tell myself that we must find why we killed Riley.

Don watching a hit batter and smiled.

 

At university


Charlie: Riley had actually mounted a scam. A pyramid scam!

Don: Tell us what you discovered.

Charlie: He sent e-mails to investors Smith and Waterson as if it was a very official email.

Terry: From spouffing!

Charlie: That's right! He claimed working relationship with Smith and Waterson and called all sorts of information as identification codes former Catera to access all their accounts.

Don: Wait! Nobody has ever complained of being robbed?

Charlie: Mr Riley was an extremely intelligent man rather than a block away large sums, which would attract attention, he found a ploy ... to achieve a soft landing. At first he just steal $ 2 on one of the accounts, he returned after a few days by stealing another 2 dollars on 2 other accounts. He was able to replenish the first account and kept the other 2 dollars he has pushed for bank errors. 2 unfortunate dollars! Nobody recount.

Terry: And how $ 2 comes there half a million?

Charlie: Yes, wait ... good question! (taking a leaf and folding) I folded the paper twice, it is four times thicker than it was, if I managed to fold 50 times on itself, which would be the thickness this sheet of paper?

Don: I do not know ... say at least 50 centimeters!

Terry: No, I would like a building.

Charlie: It would go until the sun!

Don: Waouw!

Charlie: It's a geometric progression! Of course, we can not fold this paper 50 times ... A young schoolgirl, Britney Gallivan has shown how the fold 12 times and has done so with real paper ... It has established a record!

Terry: It measured how?

Charlie: Uh, 45 centimeters. The same principle for this diversion of funds, except that it requires double the number of accounts at each level. That pyramid! It never lasts long because arrived at the 19th levy, Riley has already poached 524,288 dollars ...

Don: And he needed twice that amount to continue ...

Charlie: It depletes resources and the pyramid collapses .... The time it collapses, dear Riley is already far.

Don: You said it sought investors from Smith and Waterson, but how he managed to have their addresses?

Terry: It should not be difficult to know ... (outgoing) I occupied.

Don and Charlie are left alone.

Don: You know the case Lisa Bayle, you could read the file to see if I do not miss out on something?

Charlie: What? I do not know what to do with an investigation report!

Don: This is only the logic! It's your field. You know identify inconsistencies, right?

Charlie: Yeah.

Don: Well, it's the same as when a mathematician establishes a new theory, he called on his peers, is not it? And one of them verify his theory.

Charlie: Yes!

Don: So, do me a flower and verify that I have not committed any errors.

Charlie: What Y'a as evidence in this case?

Don: For starters, we had a full confession and fingerprints and in addition to an eyewitness.

Charlie: I consider the methodology for each.

Don: Great, thank you!

Charlie: No problem!

Terry (arriving in common): It may be a track for investors to Smith and Waterson. His girlfriend, Mikel Peters, working in society.

 

In an interrogation room at FBI

 

Terry: You've provided Trevor Riley email addresses of your customers.

Mikell: He said that nobody would know, it's not true! ... He said that if I refused, he tells everything to my employers.

Don: So did you sing? ... You realize that you may accomplice to fraud? And yet, this is just the beginning.

Mikell: He said he had discovered God alone knows how, that I had no university degree. I wrote a false resume to get the job.

Terry: It threatens you swing and you go out with him?

Mikell: It was super rich and super generous with me.

Don: Do you know a certain Jose Salazar?

Mikell: Who?

Don : José Salazar?

Mikell: Ah yes, the electrician! I also think that Trevor wanted to rip off.



At the headquarters of the FBI

 

The neighbor Trevor Riley, Marc Andric, examines photos of suspects.


Don: Do you recognize any of them, especially take your time.

Andric reflects length.

Don: So?

Andric: The second from the right.

Don: Show me.

Andric (showing the photo of Salazar): This one.

Don: I need your signature below the photo to certify that it is the man you saw Trevor Riley in the morning where he was assassinated.

Andric sign below the picture of Salazar.

 

In the workplace Salazar.

 

Don (arriving): Hello Jose, we would have a few questions.

Salazar ran away.

Don (reaching to its continuation): Oh no, not again!

While David continued the suspect, Don took a different direction.

Don: The not cowards.

David: count on me.

Don Salazar manages to catch up and cuff.

Don: Do not move!

 

At the headquarters of the FBI

 

Terry and Don Salazar interviews.

Salazar: He said he could add a zero.

Terry: What?

Salazar: In my 8000 dollars. 17 years of savings.

Terry: And you discovered that he would fly with?

Salazar: No! You ca me learn. I did not know he was going to leave.

Terry: It was your fingerprints. It was found the same cable in your truck and you have a witness who refutes your alibi.

Salazar: The morning when we killed Riley, I was at baseball club. Ask anyone.

Terry: That's what we did. The manager does not remember you.

Don: You know some Bayle Liza?

Salazar does not.

Don: Where were you on 9 April 2004?

Salazar: A San Diego! I worked an entire week to connect apartments and I track not at all what you want to talk. 

 

Later.

 



Don: I do not know, you think he knew?

Terry: Hard to say.

Don: Yeah.

Terry: But he responded.

Don: He had a motive, a witness saw at the crime scene, he threatened the victim and he has lied about his alibi.

Terry: Yeah, but everything fits in the case Bayle is not enough.

Don: I know!

Terry: It might be a coincidence.

Don: Yeah! It's true! ... I feel. I'll see if Charlie had found something new.

Terry: OK

 

Before the FBI building

 

Don finds Charlie.

Don: Is it possible that these two murders have been committed by two different people?

Charlie (leaving his notebook): Wait, according to the FBI and especially its statistics across the country, 3 or 4 people die garrotées each year and about 5% of all crimes committed in the United States take place in Los Angeles ... Assuming that the second killer was the first copy, there are 4.9% that is an concidence.

Don: I knew it would be minimal.

Charlie: You know what you gonna do?

Don: I'll Jose Salazar charged with the murder of Trevor Riley and I will see if I find a link with Liza Bayle and Cliff Howard is innocent, I would release.

 

A prison Fullerton

 

Don Howard meets Cliff.

Cliff: Why I should tell you yet?

Don: Because it must finally tell me the truth about what happened to Liza Bayle.

Cliff: As I said before, I told everyone, I killed and I regret that.

Don: Okay! Tell me again, Cliff.

Cliff: I needed a car, she was lost, she asked me the way. I did as if I do nothing to ensure the car. I went behind her, I wrapped the cable around his neck, I put my knee in the middle of his back ... and I learned as a patient, it does not even touched the ground. Then I put the body in the back seat and now I regret what I did.

Don: At first you deny having killed. You claimed to be alone at home.

Cliff: I lied.

Don: Are you tore a confession?

Cliff: Not.

Don: You protect an accomplice?

Cliff: I've just killed ... and I regret that.

Don : José Salazar, it tells you something?

Cliff: Nothing at all.

Don: And Trevor Riley?

Cliff: Never heard of it.

 

At Cliff Howard

 

Don knocks on the door. Cliff's wife opens. 

 
Don: Mrs. Howard, you remember me, Don Eppes. Here is the official Sinclair.

Ms. Howard: What do you want?

Don: You ask a few questions about your husband, that's all.

Ms. Howard left enter

Ms. Howard: Cliff confessed his crime and said he regretted. What do you want more?

Don: I know, but it is another thing I do know. Be honest with me. Does he told you he was innocent of this crime?

Ms. Howard: Agent Eppes, Liza Bayle was three months pregnant, she came from the beautiful neighborhoods. We lived next to where they found his body. You had his fingerprints and a witness saw at the crime scene ...

Don: You do not answer my question.

Ms. Howard: He followed the advice of his lawyer, he confessed. It is a model prisoner, he expressed remorse and in 27 years, it is possible that so when my son will be 30.

David: Mrs. Howard, it reopens the file on his case, if you know what that was, we must say.

Ms. Howard: Excellent idea! Reopen, but Cliff can not for you. It must stick to his story, otherwise it loses all chance of parole.

Ms. Howard returned to care for his son who calls.

Don (from): Okay ... thank you.

 

At the headquarters of the FBI

 

Charlie arrives to see Don. It falls on Terry.

Terry: Hi Charlie.

Charlie: Hello.

Terry: What's new?

Charlie: I would have liked to know more about the witness of the case Liza Bayle.

Terry: Yes.

Charlie: He identified Cliff Howard in the same way as the witness that I saw yesterday on the suspect of the murder of Trevor Riley?

Terry: Yes, identifications always happen like that, why?

Charlie takes a towel and began to write the numbers between 1 and 6.

Charlie: Go ahead, choose a number at random.

Terry: Three.

Charlie: Another number.

Terry: Six.

Charlie: One more.

Terry: I warn you, this is the last one.

Charlie: When I asked thee to pick a number, three times, you choose between one and six. Why in the meantime? Why not 0 or 3000? Or 7?

Terry: You had not the writing.

Charlie: I brought you not say to choose among those that I wrote.

Terry: No, but I assumed ...

Charlie: Exactly! The witness also assumes that a person must choose among those he met in the nose. Yes or no? His decision is based on this assumption.

Terry: This is a procedure regulated by law. The Department of Justice is proceeding in this way for years.

Charlie: It's not a reason.

Terry: What is mathematics?

Charlie: It's not mathematically, it is logical. Mathematicians are strong in logic.

Terry: There is another way to make an identification. It shows the pictures one by one and asked "Is that him?". Studies show that it prevents more errors while reducing the rate of success, including in the presence of the offender.

Charlie: If identifying Cliff Howard held by the traditional method, maybe ... I mean, we can consider that the witness was wrong. Yes or no?

Terry: ... Okay, I reconvene the witness.

Charlie: Thank you.

 

At the home of Liza Bayle

 

Don meets Jonas Bayle, the husband of Liza and it shows a picture of Salazar.

Jonas: I have never seen this man.

Don: You sure? It is possible that he came to work at home.

Jonas: Maybe, I can not tell you is Liza who was responsible for this kind of thing.

Don: I'm trying to find out if he possibly could be that this man has seen your wife.

Jonas: Why?

Don: You do not like what I say, but the guilt of Cliff Howard is challenged.

Jonas: But this has confessed bastard!

Don: Yes, I know.

Jonas: It has not been seen since a year. The last time was when you asked me for 48 hours ...

Don: Sorry ...

Jonas: I had to call the funeral handcuffed to a table.

Don: I had to find the murderer of your wife by all means at my disposal ...

Jonas: And now you want to reopen these wounds?

Don: No, it's not that ...

Don draws a picture on the fireplace.

Don: It's your daughter? What is she already? Paula?

Jonas: Yeah.

Don: I can?

Jonas: Please.

Don took part and looks the picture of Paula Bayle in his school uniform.

Jonas: She's at university now.

Don (based photo): You do not want to know the truth about the death of your wife?

Jonas: I know the truth is Cliff Howard.

 

In the office of Charlie at university

 

Amita and Charlie are working, between Larry.

Larry: Ah, I see we are in full very exciting research in the field of criminology.

Charlie: Exactly. Don thinks he's sent to prison for killing the wrong person and me, I try to determine whether the case has a flaw.

Larry: To restore the principles equations of criminology American?

Charlie: I am developing an application of statistical analysis on the methods of identifying witnesses.

Amita: And it is clear that the basic procedure of the six men side by side is inherently flawed.

Larry: Yes, that's what I see, but in the case where you work here is not the right suspect has been identified?

Charlie: We are not sure, but if we believe our calculations, the witness may well identify the wrong person.

Larry: Yes! It is certain that it is possible, but there is this really happen? Do you have developed a test to find out?

Amita: No, we study the methodology itself.

Larry: Why not study the accuracy and relevance of this result?

Charlie: You are now telling us we should not call into question the traditional mode of identification of suspects facing together, even if it is not very reliable?

Larry: What I am saying is that ... I urge you to measure the implications very carefully ... because ... this is a real murder that someone actually murdered ... It is true that you have demonstrated that there is a risk that identification could be wrong ... But you have not proved that it was éronnée.

 

At the headquarters of the FBI

 

Ms. Terry Malloy interviews, the witness of the case Liza Bayle. 

Terry: Ms. Malloy, is he running toward you or in the opposite direction?

Ms. Malloy: Opposed.

Terry: And it was dark.

Ms. Malloy: Yes, but he returned, it was about 1m80, it seart wearing a sweatshirt and jeans.

Terry: And the man you saw in the identification?

Ms. Malloy: Of course he was there, I identify even the first blow.

Terry: Yes! (exiting the photo of Jose Salazar) You recognize this man?

Ms. Malloy: Yes! This is the man that I saw.

Terry: Yes, thank you! 



Terry Don and David found at the building.

Terry Malloy Janice Salazar identified as the murderer of Liza Bayle after acknowledging Cliff Howard. It hardly inspires confidence.

Don: There has never been against-examination that he confessed.

David: With an eye witness as unreliable, his confessions are rather dubious. The only evidence available now, have his fingerprints.

Don: We will recheck and several times if necessary.

Terry: Okay.

 

In laboratory analysis of fingerprints

 

Expert (showing fingerprints Cliff Howard on the computer): Here's a comparison of the fingerprints of Cliff Howard (showing another screen) with those found on the body of Liza Bayle ... Only 25% are visible, the rest is indistinct.

Don: It would be a chance that will not be his mark?

Expert: Not really. (Outgoing similarities on the screen) 7 I found similarities between those found on the body and those of Cliff Howard. Look, the same arrangement of paths and there, the same junctions. From this, I would say that the fingerprint found on the body is that of Cliff Howard.

Don: This means that he has killed. 

Charlie: How do we know that everyone has unique fingerprint? How can we be sure?

Expert: Because we had never seen two people with the same fingerprint.

Charlie: We examined the fingerprints of everyone? On the whole planet?

Expert: Well, it is an assumption based on more than 100 years of reasoning empire ...
Charlie: Indeed, is it frequent that part of the impression of someone similar to someone else?

Expert: I can not tell you. We've never done this kind of surveys among the population.

Charlie: You Do not rate probability when you do a comparison?

Terry: It is not practical for DNA research.

Charlie: Yes, when experts determine a match, they do not safe. They give a percentage chance that DNA comes from the same person.

But no fingerprints estimates? It is yes or no?

Expert: Two technicians before me have also determined that the fingerprint of thumb was that of Cliff Howard.

Charlie: What! How do you know that one inch? Why not instead left the index, for example?

Expert: Because it has arches, spirals and curves of an inch. (showing on the screen) you can see the center of the spiral is like a clock and there is noon.

Charlie (taking a cone in hand): What is the shape of this?

Expert: It is a cone.

Charlie: It depends where you look. Okay, from a different angle, it is a circle or a triangle ... ... a Penrose triangle, impossible in reality ... or a stopper capable of filling an opening triangular square ... .. . or round. (turning the cone in all directions) It depends on what angle it is seen. And in this case, you assume that a footprint of an inch because you first as such, but it is possible that another person has left the index (by turning the imprint on the screen ) An impression that if you rotated, the lower has similarities with that of the thumb by Cliff Howard?

Expert: It's been 8 years that I do this work.

Charlie: You are better today than 8 years ago.

Expert: That is obvious.

Charlie: So if that is clear is that this is not a science, is interpretation. It is an art if you prefer.
Expert: Our service has an accuracy rate of 99.7% ...

Chalie: What makes mistakes 3000 for a million research.

Don: Do me a favor, do a test with all the fingerprints Salazar ...

Expert: That would be a waste of time. (showing a detail of the fingerprint) This path characteristic shape, said "hook butcher" is very rare and Salazar did not ... (Charlie shot eyes) on any of his fingers!

 

Among Eppes

 

Don only plays basketball outside, Charlie looked out the window. Larry makes computations on the dining table.

Larry: Oh Lord, let it be fair! I just manage to express a variety of complex Calibri-You so than the existence of a harmonic spineurs non-zero ... and I ... Charles!

Charlie: It has to spend the evening outside?

Alan: Let the good side of things, your brother has found an interest in the sport.

Charlie: It is as if the evidence he gave right and wrong at once.

Larry: Yes, the old cat, the old paradox of Schrödinger cat ...

Alan: The cat that squatter our garage?

Charlie: It is a kind of intellectual challenge.

Alan: Ah! You think?

Larry: A very simplified version ... A cat is locked in a box, there is a chance that two had been poisoned, but and this is the paradox, as no one opened the box, and observed the cat, it is potentially both living and dead!

Charlie: Sorry, but I find it hard to see where is the analogy? Because in reality, Don can not be right and wrong at the same time?

Alan: Of course not, if it was both wrong and right, is that there's necessarily anything wrong.

Larry: No! The principle of Schrödinger cat is that the question itself makes no sense ... until you look in the box. 

Charlie joined Don reaches out and steal the ball to his brother.

Charlie (taking the ball from the hands of Don and dribbling): We'll say that I'm Allen Iverson.
Don: Charlie, I'm in no mood ...

Charlie: I am the only person in the world that can beat you ... (dribble and scoring a point) a point ... I just prove that I am Iverson.

Don: No, you just prove that after 20 years, I am still have.

Charlie: It was an argument Sylog ... based on false information.

Don: That's right.

Charlie: Of course, I'm not Allen Iverson ...

Don: No Way!

Charlie: ... And to think that me and propose a test that proves not change anything ...

Don: I see no connection with my file.

Charlie: Looking for a relationship between Salazar and Liza Bayle because you feel guilty. But if you're wrong ... Find a link with Liza Bayle you do not give reason for it. Perhaps establishing more links worry learn more.

Don: A possible link between the victims? This could put us on the trail of another murderer ... which would be neither Howard nor Salazar?

Charlie: That's right!

Don: It is mathematical or logical?

Charlie: It's the same.

 

In baseball club Salazar

 

David and Don show photos to a club member. 

Player: No ... no ... no ...

David (showing the photo of Salazar): And this one?

Player: He always takes the cage 4, he comes every Tuesday and Thursday. I averaged just 5 or 6 times a week.

Don: Can you tell us if you remember seeing this man on Thursday 8 in the morning?

Player: On 9 I went to Las Vegas ... On 8, he was there!

Don: Sure?

Player: Yes, sure.

Don and David outside the club.

David: We have two contradictory testimony. He said that Salazar was there at the time of the murder of Riley and his neighbor we Andric said he was on the scene.

Don: Marc Andric teaches music Westmore. I think we must still find it, we'll go ask some clarification.

David: OK ... Hey, you always want to play in the team from the FBI?

Don: No, it's over! I belong to a pro team, the Stockton Rangers. During my last game, the pitcher was in place and he sent a bullet range, well under way, although falling of its kind that sends out fields ...

David: And you have failed?

Don: No, I spent two bases ...

David: Great!

Don: Yes, but when I came to the first, I knew at the back of me that I would never further than this team ... and the next day, I entered into the FBI.



At school Westmore

 

Students dressed out with their uniforms. Don notes the jacket of a student.

Don: I've seen this patch! The daughter Liza Bayle came here, she learned the violin! We found our link. Andric has probably taught music ...

David: So, Bayle and Riley knew the same man and they were killed in the same way.

Don: It's not a coincidence!

David: No, I think so ...

 

Within the school, in the music room.

Don (incoming): Excuse me, we FBI, the classroom Marc Andric?

Teacher: Yes, it is suffering, I am his replacement.

David: We would like to search his office, it annoys you?

Teacher: No, go ahead.

Don: You're there for a long time?

Teacher: Oh, a week ago.

Don: A week?

 

At the home of Mark Andric 

 
A team of FBI broke the door and enter into force.

Don: FBI! Nobody move ...

Terry: I'm going there.

Don: FBI, Andric! ... Nothing in sight!

Terry: Nothing in sight!

The apartment is empty.

Terry: Nothing in the room.

David: It flew.

Don noticed a mark on an ice cream ...

 

At the headquarters of the FBI 

Given the record of Marc Andric. 

Don: Our man is Marc Andric, he landed in Bosnia ago that 10 years. However, his fingerprints are those of a former army lieutenant Serbian, Ramus Zeljada ... and the imprint of his right index provides a path called "hook butcher" as is found on the body of Liza Bayle.

Terry: Trevor had discovered his true identity ...

Don: And as we know, he's willing to sing in exchange for his silence ...

Terry: But Zeljada being a sociopath, he preferred to strangle ...

David: And we gave Salazar power could disappear ...

Don: Two innocent people in prison and a week ahead of us. We must delve into his life and see what can be learned. 

 

Later,

Don: The last ten years, Andric lived in 4 cities, Sydney, New York, Chicago and Los Angeles ... Where he could well choose to go?

Terry: It is moving west ... San Francisco? Honolulu?

David: Anyway, he knows how to pass unnoticed. Nothing, not even a parking ticket.

An officer makes a sheet.

Agent: It has been found.

Terry: His credit card was used to rent a hotel room in Washington ... An intervention group was on the scene.

Don: Good.

Webcam in connection with the intervention group in Washington.

Washington police: We began negotiations for about 10 minutes. The suspects are not armed.
Don: A second! "Suspects"? Yet we thought alone?

Washington police: One type is returned with him to a restaurant Bakesfield road within 20 years, white, very dirty. Their hotel room is full of hallucinogens low end. They settled it seems. (Bringing a man who is not Andric camera) Well, your man!

Don: But who is this? ... Where does the credit card, where you exit?

Suspect: It's Marc I do not know what, I've met in a bar in Los Angeles. I had to leave the city, then, I was sold for $ 200. 

  

Later before a map.


Don (pointing cities where past Andric): Sydney ... New York ... Chicago ... Los Angeles ...

Terry: These are the passages cities, cities of art, architecture ...

David: At the edge of oceans or lakes, easily accessible by all means ...

Don: Charlie, you have an idea, mathematical or logical ...?

Charlie: No, no ... I have no experience to find the fugitives. (Seeing a baseball trophy on the desk of Don) Don ... you remember what you always hit all your balls, including all bad ...

Don: What?

Charlie: Even those who were out of context? You could not stop you from beating them all. Do you not care less that it would lower your average ...

Don: But ... what are you talking about?

Charlie: Everyone has something he loves, who can not help but like you do ... for what was ungraded bullets. For Andric, the same thing ... there must be something he loves?

Terry: The time was questioned, he listened to opera and he said to be going to the opera the night Liza Bayle was murdered ...

David: And all the cities where he lived are known for their operas.

Charlie: Yes, you're right.

Don: Look where an opera on stage here at this time.

David: That's why it sold its credit card for next to nothing ...

Charlie: Yes, to create a false trail and you believe it was already far. It is still here is clear and it is not being discovered.

Terry: There was a photo of the singer Magdalena Urnatova in his apartment. Tonight, she will sing Verdi's Aida at the Dorothy Chandler Pavilion.

Don: Well, well ... So who loves the opera?

 

Before the opera

Agents are distributed to each of the possible ways.

Don (radio): There is this?

David (radio): Not yet.

Agent (radio): OK, I have a suspect in sight, I take spinning.

Don (radio): Do not let go.

Terry (radio): David, you see?

David (radio): No, not yet.

Andric seems to have locate the device and ran away.

Agent (radio): The suspect through the place ...

David (radio): That's it I see! I take hunting ... Stop! Andric! ...

Don Andric intercepts and the ground plate.

Don: Do not make a gesture.

David: It does not move, flat belly.

Don: OK, it's good ...


At the headquarters of the FBI

Terry, Don and David observe Andric waiting in an interrogation room.

Terry: We must admit, he knows resist interrogation.

Don: It is true that compare practices Bosnian us is the cake.

David: I still not understand why he killed Bayle Liza? What was his mobile?

 

At Jonas Bayle 

 
Jonas Marc Andric? Yes. Liza knew, she spent some time with him as a volunteer in college. They worked together on the history of the institution.

Don: Jonas, I know it is very difficult for you ... and believe me, this is not an easy question ...
Jonas: You want to know if I suspected him of having an affair, Mr Eppes?

Don: That's right!

Jonas: Yes, this was the case ... finally, I was not sure.

Don: What I find difficult to understand is why you do not have me say? You do not think that the fact that a link could have a link with what happened to him?

Jonas: For starters, it was me, your number one suspect ... if you knew I thought she deceived me ... you ... you would have been convinced that it is me who has killed ... and anyway, you stopped almost immediately Cliff Howard ... and he made a confession.

Don: Okay ... I have one last question rather delicate ... Liza was three months pregnant ...
Jonas: I think the baby was not me ... but after his death ... it had more interest ... and it seemed to have no link with this story ... and you tell me that it would have a link?

Don: Yes, I fear.

 

A prison Fullerton

 

Cliff found Don Howard

Don: The witness was wrong and the fingerprint technician erred ...

Cliff: Has committed a mistake? How possible?

Don: Today, it is very much ... on science, whatever the area where you work and I think, to the extent that people participate in the process of y'aura always ... small errors ... is unjustifiable, but ... my apologies ...

Cliff: But I told you at the beginning ... that I had not killed.

Don: I know, I remember you had told me.

Parked outside the prison, Don observes satisfied, Cliff Howard who found her son and his wife.

 

In baseball club

 

Charlie who trains with Don.

Charlie: What are you made? Ungraded and slamming you refuse?

Don: If you ask ...

Charlie: I am amused to compile statistics about your time with the pros, to see what kind of bullets ...

Don: Oh Charlie, I did not really want me to take the lead.

Charlie: Why? If you analyzes your performance, you can t'améliorer.

Don: Sometimes, we must rely on what we feel.

Charlie: I think I can quantify what you feel after your ball striking.

Don hits a ball that far off.

Don: Oh, great! I feel that the FBI will have a drummer impact this season!

Charlie: It's for sure!

 

End Credits

Kikavu ?

Au total, 31 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Emmalyne 
14.09.2022 vers 13h

whistled15 
13.01.2022 vers 17h

isadu35 
20.03.2019 vers 10h

kazmaone 
27.09.2017 vers 21h

miss1110 
11.11.2016 vers 23h

sanct08 
Date inconnue

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 5 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Angelgym34 
dangie 
loveseries 
nenette 
pretty31 
Activité récente
Actualités
Rediffusion sur Paris Première

Rediffusion sur Paris Première
Hé oui, la série Numbers est rediffusée à partir d'aujourd'hui sur Paris Première ! À partir de...

Charlie Eppes en danger chez Reign

Charlie Eppes en danger chez Reign
Ce mois-ci dans le duel du quartier Reign, Charlie Eppes se retrouve emprisonné avec Ben Stone...

Charlie dans la course sur The X-Files !

Charlie dans la course sur The X-Files !
Charlie est nominé pour obtenir un poste au célèbre service des Affaires Non Classées de la série...

Nouveau design

Nouveau design
Après plus de 4 ans passé avec un design violet, place au changement ! Cette fois, le design se pare...

Nouveau sondage

Nouveau sondage
Un nouveau sondage vient d'être publié sur le quartier ! On s'intéresse aux chiffres et à la...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
HypnoRooms

choup37, Hier à 11:18

Nouveau sondage Doctor Who, on vous attend

mnoandco, Hier à 15:05

Bonjour, 2 bannières sont en vote pour la dernière saison de Blacklist. Un p'tit clic, merci

sanct08, Hier à 19:19

Bonsoir, sondages et calendriers vous attendent chez Le Caméléon et The X-Files !

Luna25, Aujourd'hui à 10:26

Bonjour, nouveau mois sur le quartier Reign.

Luna25, Aujourd'hui à 10:27

Legends of tomorrow et Supernatural ont un nouveau calendrier, avec pdm et sondage en cours. N’hésitez pas à passer faire un tour.

Viens chatter !