73 fans | Vote

#110 : Jeu de piste

 

Des voleurs s’emparent d’un camion transportant un matériau radioactif et demande une rançon de 20 millions de $. S’ils ne l’obtiennent pas, ils menacent de faire exploser le camion dans 12 heures, en plein Los Angeles.

Popularité


4.5 - 4 votes

Titre VO
Dirty Bomb

Titre VF
Jeu de piste

Plus de détails

110 - JEUX DE PISTE

 

 

Loin de la ville.

 

         Deux hommes sortent d'un bar et attendent leur ami. Le conducteur du camion reprend la route sans attendre ses collègues. Ceux-ci se retrouvent ensuite coincés devant le bar car la voiture refuse de démarrer. Lorsqu'ils appellent leur ami par la radio, ce dernier ne répond pas.

         Plus tard, Don et David arrivent sur les lieux où des policiers interrogent les deux chauffeurs qui étaient devant le bar. Terry les rejoint sur les lieux et ils tentent à l'aide de plan de retrouver le camion qui transporte les produits dangereux. Les voleurs pourraient faire avec le contenu des containeurs une bombe sale.

 

Générique de début.

 

Sur le campus.

 

     Charlie développe une équation pour Larry puis le fait tourner en bourrique. Don arrive et veut interroger les deux professeurs sur le césium 137. Larry sait ce que c'est et ne présage rien de bon. Charlie tente de faire comprendre que ce produit est très dangereux est radioactif par le biais de schéma sur son tableau. Il pourrait provoquer des cancers et d'autres maladies immunodéficiences. Si la bombe sale est placé au centre ville, elle pourrait détruire deux quartiers.

 

Au bureau du FBI.

 

     Terry et David interrogent les deux chauffeurs dans les bureaux sur leur travail et sur le chauffeur disparu pensant qu'il est mêlé à cette affaire de vol.

     Don arrive au siège et Terry lui donne un dossier portant sur le chauffeur qu'il soupçonne être impliqué.

     Don et Terry ont fait venir la femme du chauffeur afin de l'interroger. La jeune femme est sous le choc d'apprendre que son mari a disparu mais elle leur dit que son mari a été contacté par un groupe d'opposant au transport de produit nucléaire par la route il y a six semaines. Son mari devait simplement donner son itinéraire afin d'être bloqué par le groupe. Don reçoit un appel.

 

En ville.

 

     Ils se rendent sur les lieux du meurtre de Ray, le conducteur. Il a été tué d'une balle dans la tête. Don et David savent maintenant que les voleurs sont prêts à tuer.

 

Au bureau du FBI.

 

     Terry a le rapport du légiste. Si Ray n'avait pas été tué de la balle, il serait mort de tumeur qui se formait sur sa colonne vertébrale. David leur apprend que deux téléphones portables ont été retrouvés sur le lieu du meurtre. Celui de Ray et un autre.

     Grace à un appareil, ils parviennent à entendre le message sur la boite vocal concernant le camion. Ils poursuivent donc leur recherche car ils apprennent qu'ils ne leur restent que 11 heures avant que la bombe explose.

     Charlie est donc avec son frère à son bureau pour tenter de comprendre la situation. Charlie, grâce aux explications de son frère, va tenter de déterminer l'endroit où sera posée la bombe. Terry intervient alors pour annoncer que deux hommes se sont informés sur le césium 137 dans une compagnie.

 

En ville.

 

     Don et Terry interrogent la femme de la compagnie. Elle leur raconte tout ce qu'elle sait étant donné qu'elle ne s'est pas méfiée d'eux mais elle leur montre un livre que l'un des deux individus à touché. David le prend alors avec des gants pour le faire analyser et peut-être trouver des empreintes.

 

Chez les Eppes.

 

     Larry et Charlie travaillent dans le garage lorsqu'Alan fait irruption pour les saluer et s'intéresse ensuite sur leurs travaux. Larry dévoile l'affaire malgré Charlie qui essaie de l'en empêcher. Au final, les deux hommes finissent par demander l'aide de l'urbaniste à la retraite qui connait très bien les plans de la ville.

 

Au bureau du FBI.

 

         Don ameute tout le monde autour de lui pour dévoiler le nom d'un des deux suspects : Daryl Gearth. Ils apprennent que du C4 a disparu et que c'est le dernier élément pour faire la bombe sale. David part interroger la famille d'accueil de Gearth.

         Plus tard, David et Terry interrogent le père d'accueil de Daryl mais ils apprennent qu'il leur a causé beaucoup de tort et surtout à leur fils. Leur fils travaille dans l'armement de l'armée à l'endroit où ont disparu les explosifs. Don et Terry quittent alors le bureau après avoir obtenu l'adresse du dernier.

 

En ville.

 

         Don et Terry perquisitionne chez le militaire mais ne le trouve pas à son domicile. En revanche, il retrouve les emballages du C4 ce qui prouve qu'il y a bien une bombe en cours de préparation.

 

Au bureau du FBI.

 

         David et Terry expliquent à Don ce qu'ils ont trouvé lorsqu'ils sont appelés par un autre agent. Le téléphone portable trouvé sonne. Ils veulent l'argent dans une heure. Don n'est pas d'accord car il leur reste 6 heures normalement mais la voix raccroche.

         Don appelle alors son frère afin de lui dire les dernières données. Charlie n'a pas eu le temps de tout tester et lui donne alors les deux cibles potentielles qu'il a trouvé mais les agents ne sont pas assez nombreux pour se rendre aux deux endroits. Ils doivent alors choisir une seule destination. Alan prend le téléphone de son fils et leur dit d'aller à Angeles Square car il connait très bien la ville. Après explications, les agents se rendent donc à l'endroit dit par Alan.

 

En ville.

 

         Les agents du FBI évacuent le secteur au plus vite et attendent mais sont surprit de ne plus avoir de nouvelles des voleurs. Nos trois agents discutent puis se séparent lorsque soudainement une poubelle explose emportant deux sapeurs-pompiers.

         Plus tard, un homme les passe au scanner et leur annonce qu'ils n'ont rien de radioactif sur eux. Ils savent donc qu'il ne s'agissait pas d'une bombe sale.

 

Au bureau du FBI.

 

         Les agents reparlent des éléments qu'ils ont et de cette petite bombe qui a explosé à Angeles Square. Ils ont donc une nouvelle théorie. Et si les voleurs n'avaient simplement prit le césium 137 que pour attirer l'attention sans chercher à l'utiliser.

 

Chez les Eppes.

 

         Les trois hommes sont silencieux et pensent avoir fait du bon travail aujourd'hui mais qu'en sera-t-il du lendemain se disent Alan et Larry. Charlie reste silencieux, perdu dans ses pensées. Il se lamente en disant qu'il avait tout faux car il n'allait pas envoyer son frère au bon endroit.

 

Au bureau du FBI.

 

         Les agents se posent beaucoup de questions dont ils ne trouvent pas les réponses mais pensent approcher du but. Il trouve une restauration d'œuvre d'art non loin de l'endroit où a explosé la bombe.

 

En ville.

 

         Ils sont donc accompagnés de la responsable qui les emmène au coffre. Ils découvrent alors qu'il a été dévalisé. Au total, il manque 6 Van Gogh d'un musée de new York, 2 Rembrandt et une Degard. Il y en a pour environ 100 millions de dollars. Ils vont donc faire examiner tout le matériel.

 

Au bureau du FBI.

 

         Les agents découvrent qu'un certain Garethy a loué une camionnette et pouvait se trouver sur les lieux. Terry cherche une adresse où le retrouver.

 

En ville.

 

         L'endroit est sécurisé et non radioactif. Les agents interviennent donc et arrêtent trois individus de sexes masculins. La camionnette est là et présente des traces radioactives. En ouvrant, il ne retrouve pas les conteneurs. En revanche, les toiles sont retrouvées.

 

Au bureau du FBI.

 

         Don interroge Gearth qui refuse de coopérer et qui dit qu'il a placé la bombe sale en ville. Ils ont donc une nouvelle théorie et pense que les conteneurs n'ont pas quitté le camion d'origine.

 

Chez les Eppes.

 

         Don est allé demander de l'aide à son frère pour retrouver le camion. Celui-ci lui expose une idée en la schématisant. Larry est présent et va l'aider. Charlie peut le retrouver mais il lui faut une semaine. Larry et Don lui disent qu'il ne faut pas attendre car il y a des fuites dans les conteneurs. Larry explique les complications sur la santé que cause le césium 137. Pour aller plus vite dans ses recherches, Charlie propose quelque chose à son frère.

 

Au bureau du FBI.

 

         Don entre dans la salle où les trois jeunes détenus sont installés. Charlie le suit et va leur faire une approche mathématique des risques qu'ils encourent en ne disant rien. Charlie met le paquet et Don l'aide. Marc est celui qui a le plus à perdre. Daryll tente de l'empêcher de parler à côté. Mark décide donc de parler malgré les menaces de Daryll.

         Plus tard, Don, David et Terry interrogent Marc dans une salle à part. Ils parviennent à savoir où se trouve le camion et à apprendre qu'il est gardé.

 

En ville.

 

         Les agents sont équipés et sur place. Ils avancent progressivement. Au moment où ils vont pour intervenir, le camion leur fonce dessus. L'homme les menace de jeter les conteneurs s'ils ne reculent pas. Ils parviennent après parlementassions à arrêter l'homme qui est malade à cause des radiations et par récupérer le césium 137.

         En soirée, Don, Charlie et Alan sortent d'un restaurent tout en parlant de la manière de Charlie à faire parler les malfrats en employant les mathématiques.

 

Générique de fin.

Devant un resto-route

 

Trois hommes chargés de convoyer un camion transportant des déchets nucléaires, reprennent la route après une pause. Deux sortent en avance.
Conducteur 1: J'ai une idée, on fait un détour vers le nord et on s'arrête à Las Vegas.

Ray : Ben voyons! Et c'est toi qui leur expliquera la différence de kilométrage?

Le conducteur 1 rit.

Ray : Je pars devant, vous me rattraperez facilement dans la montée.

Conducteur 1 : On fait comme ça! On se retrouve en haut.

Ray monte dans le camion et démarre.

Conducteur 2(arrivant) : Ray est déjà partit?
Conducteur 1 (s'installant au volant) : Il prend juste un peu d'avance.
La voiture ne démarre pas.
Conducteur 2 : Génial! Il manquait plus que ça. (par radio) Ray? Réponds Ray! La voiture démarre pas, il faut que tu attendes.

Pendant quele conducteur 1 regarde dans le moteur, Ray ne répond toujours pas.
Conducteur 2(par radio) : Ray, ici Chris, réponds s'il te plait!(à ...) Eh, j'ai pas de réponse.

Le conducteur 1 essaye lui-aussi d'appeler Ray par radio.
Conducteur 1(par radio) : Tu m'entends Ray, vas-y vieux, réponds-moi!...Et Ray, ça va?...Ray, réponds-moi!

 

Plus tard, Don rejoint les autres agents ainsi que la police sur place.


Don (arrivant) : Bonjour! Qui est le responsable?

Hauser : C'est moi.

Don(serrant la main de Bret Hauser) : Don Eppes, FBI!

Hauser : Enchanté, Bret Hauser, Département de l'Energie.

David(serrant aussi la main) : Agent Sinclair.

Don : Où sont les autres conducteurs?
Hauser(montrant les conducteurs) : Ils sont toujours trois par équipe, quand ils ont voulu suivre le camion, la voiture n'a pas démarré.

David : Ca fait combien de temps?

Hauser : Environ 4 heures.

Don : Quatre heures? Et pourquoi on ne l'apprend que maintenant?

Hauser : Le transport des déchets nucléaires c'est l'affaire du Département de l'Energie.

Don : Oui, sauf quand ils sont volés!

Hauser : Evitons les conclusions trop hâtives, agent Eppes!

David : Vous avez avertit la population, les autorités locales?

Hauser : Et évitons les mouvements de panique, je préfère attendre d'avoir plus d'informations. Retrouvons d'abord le camion, ensuite, si c'est nécessaire, nous prendrons des mesures appropriées à la gravité de la situation.
Policier : Mr Hauser? Le Nouveau Mexique au téléphone pour vous.

Hauser(à Don et David) : Le centre de stockage de Carlsbad qui attendait le convoi!(partant) Excusez-moi.

David : Ce gars là refuse de dire à la population de Los Angeles qu'il a perdu un camion de déchets nucléaires.

Don : Je te parie qu'il attend de le retrouver pour jouer les héros, s'il rate son coup, on va au devant de graves ennuis.

 

A l'intérieur du restau-route, où les agents ont installés leur QG.

 

Terry(montrant une carte) : La cargaison de déchets nucléaires est partie de là, de Ridgeland pour être précise, en direction d'un centre de stockage au Nouveau Mexique. Toute la zone a été bouclée mais seulement 40 minutes après sa disparition.

Don : Le camion peut être n'importe où.

Terry : Selon la police, il ne peut pas être très loin compte tenu des barrages routiers qui ont été mis en place.

David : Et si la cargaison avait été transférée dans un autre véhicule?

Hauser(arrivant) : Nous sommes presque sûrs que ça n'a pas été le cas...
Don : "Presque sûrs!"...
Hauser : Ca aurait causé des fuites radioactives non négligeables. Nous avons plusieurs détecteurs dans cette zone et jusqu'à présent, les test sont négatifs.

Don : Donc, ça ne peut devenir dangereux que si on sort les déchets de leurs containers?

Hauser ne répond pas et baisse la tête.
Don : Monsieur, mon équipe a besoin de savoir à quoi elle s'expose.
Hauser : Les fûts dans lesquels la matière est transportée ne sont pas parfaitement étanches à 100%...
Terry : Vous voulez dire qu'il y a des fuites?

Hauser : Très inférieures aux normes autorisées!

Don : Donc, abandonnées dans la nature, ces containers sont dangereux!

Hauser : C'est tout bonnement une question pratique, des fûts complètement étanches seraient trop lourds pour être transportés.
Don : Supposons que les voleurs aient eus un plan précis, que peuvent-ils en faire?

Hauser : Si on envisage le pire...une bombe sale!

 

Générique de début

 

 

A l'Université

Dans le bureau de Charlie, le mathématicien termine une équation sur son tableau noir.

Charlie : En conclusion, ça nous donne un résultat final de m au cube sur K...c'est ça!

Larry : Ce qui justement se trouvait être...(montrant ses notes) C'est le résultat que j'avais prévu! Charles, j'ai une dette envers toi!

Charlie(regardant une nouvelle fois son tableau) : Non, attends!

Larry : Oh! Oh!

Charlie : Une seconde

Larry : Quoi?

Charlie (faisant signe à Larry de se taire) : Tut, tut, tut...

Larry : Non arrêtes tes "tut, tut, tut"?

Charlie : Une seconde, une seconde...J'ai bien peur...
Larry : Pourquio tu répètes "une seconde"!

Charlie : Mais qu'est-ce que j'avais dans la tête?

Larry : Quoi? Qu'est-ce qu'il y a?
Charlie(montrant une ligne de ses calculs) : Là! Toute cette ligne, depuis là...jusque là...ça repose sur rien...c'est infondé, c'est inutililsable

Larry :C'est une plaisanterie ou quoi???

Charlie : Oui! Je me moque de toi!

Larry : Quoi? Mais comment tu oses me faire une chose pareille?(Charlie éclate de rire) Comme si tu ignorais à quel point cette conférence est importante...
Charlie : Tout va bien Larry...L'équation est juste.
Larry : C'est notre dernière chance d'exposer nos travaux avant Atlanta et toi tu...tu, tu, tu...Ne fais pas plus jamais ça!

Charlie(riant toujours) : Excuses-moi!

Larry : Tu sais ça serait trop facile...

Charlie : Et toi, tu tombes dans le panneau...

Larry : Ah ben alors là!...
Charlie : Je me lasse pas de la tête que tu fais...
Don(arrivant) : Excusez-moi de vous interrompre, Charlie, il faut que je te parle.

Larry : Excuses-moi, je vais vous laisser.
Don : Larry, comme vous êtes physicien, j'aimerais que vous restiez... Que pouvez-vous me dire sur le Cesium 137?
Charlie : Le Césium?
Don : Ouais.
Larry : Et bien, c'est un produit de la fission du plutonium et de l'uranium, sa demi-vie est d'un peu plus de 30 ans...
Don : Sa demi-vie? Le temps où il est dangereux?
Charlie : En terme de radioactivité, pourquoi? Qu'est-ce qui se passe?
Don (regardant si personne d'autre n'est là) : Rien de ce que je dirais ne sort d'ici!

Larry : Oui, oui, oui!

Don : Un camion transportant du Césium a été volé...
Larry : Ca, c'est très ennuyeux!

Charlie : Tu n'as pas été exposé aux radiations?
Don : Non, ni moi, ni personne pour autant que l'on sache.

Larry : Ca, c'est encourageant.
Don : Mais, j'aimerais savoir ce qui se passerait si jamais ça arrivait?

Larry(s'éclaississant la voix) : Et bien, le danger vient de ce qu'on appelle le rayonnement ionisant. En fait, toute sorte d'énergie émet un rayonnement de toutes sorte...
Charlie : Les téléphones portables, les écrans d'ordinateurs, même les ampoules des lampes.
Larry : Si les rayonnements ionisants sont particulièrement nocifs, c'est parce qu'ils ont assez d'énergie pour arracher des électrons aux atomes qu'ils trouvent sur leurs chemins...

Charlie : Par exemple, (se dirigeant vers son tableau)normalement, chaque électron est captif de l'orbite de l'atome autour duquel il tourne (dessinant des cercles)Il est coincé, il tourne...un peu comme ça, tu vois? Mais, quand un atome est exposé à un fort rayonnement ionisant, comme celui des rayons Gamma, alors, ça a pour concéquence (dessinant des lignes qui partent des cercles) de libérer un électron. Une fois que cet électron est perdu, l'atome ne peut plus se combiner avec les autres atomes de façon normale...Ce qui pose de graves problèmes quand ça se produit dans le corps humain...Un atome auquel il manque un électron, ne constitue pas une cellule valable...
Larry : La fonction cellulaire est perturbée, la chaine d'ADN est rompue et la cellule subit des...mutations...
Don : Donc cancer?
Charlie : Cancer, leucémie et un grand nombre de maladies immunodéficientes...
Larry : J'aurais une question. Ceux qui sont en poséssion de ce camion ont-ils fait savoir ce qu'ils ont l'intention de faire avec les déchets?
Don : Rien de bon, ça je peux vous l'assurer. Mais, ils pourraient vouloir en faire une "bombe sale".
Larry : C'est vrai que le terme de "bombe sale" est déjà en soit une abérration, mais le but de ce genre d'engin est la dispersion de matières radioactives...
Charlie : Exactement!

Don : Dans un rayon de combien?

Larry : Tout dépend de la quantité ainsi que de la puissance de l'explosif utilisé...

Charlie(retournant à son tableau noir) : Si on prend un explosif de puissance moyenne, comme 15 ou 20 kg de TNT...Ca fait(faisant le calcul au tableau) ...pour une quantité de matière radioactive de 3 containers, c'est ça?

Don : Oui, 3.

Charlie : Donc, pour 500g de Césium 137, on est bien d'accord?

Larry : Sans oublier de prendre en compte la pluie, le vent et les spécificités topographiques...
Don : S'il ne pleut pas et que la bombe explose au centre ville?

Charlie : Pas de pluie et au centre ville...La zone de dispersion couvrirait à peu près ...26.000 m2 environ!

Don : Donc, entre 25 et 30 km2, on est d'accord?...Tout un quartier?
Charlie : Peut-être même deux, tout dépend de la bombe...

 

 

Au siège du FBI

 

Terry et David interrogent les deux conducteurs restants.

 

Terry : Quel était votre itinéraire?

Conducteur 1 : Direct...jusqu'à Carlsbade.
Terry : Qui l'avait choisit?

Conducteur 1 : Notre compagnie, c'est le chef des transports qui s'en occupe. Il tient compte de la météo, du traffic...
Conducteur 2 : Il évite les zones surpeuplées, les trucs comme ça, vous voyez?
Terry : Hormis le chef des transports, qui le connait?
Conducteur 1 : Personne! On nous le communique seulement deux heures avant qu'on parte.

Conducteur 2 : Ouais! C'est pas du tout un truc du genre camouflage! Au contraire, y'à "attention radioactif" sur tout le camion.
David : Avant de vous arrêter, vous n'avez pas remarqué si on vous suivait?

Conducteur 1: Non! Et ça, ça fait partit de mon boulot, les rétroviseurs...et si j'ai un doute, j'appele.

Terry : Et le chauffeur qui a disparu?

Conducteur 1 : Qui ça? Ray?

Terry : Oui, Ray, est-ce que vous le connaissez bien?

Conducteur 1 : On a fait plusieurs transports avec lui.
Terry : Lequel d'entre vous a voulu faire une halte?

Conducteur 2 : Ben, c'est lui! Mais, je vois pas ce que ça change? Faut bien que y'en ait un qui commence.

David: Vous croyez qu'il a pu retourner à la voiture sans se faire remarquer?

Conducteur 1 : Vous croyez que Ray est impliqué là-dedans?

Terry : On a trafiquer la voiture. Selon vous, Raymond Sites a-t-il eu l'opportunité de le faire?

Conducteur 2 : Il est sortit fumer une cigarette...mais...disons, une minute.

 

Plus tard,

 

Terry(retrouvant Don) : Hé, Don?

Don : Oui!

Terry : Qu'est-ce qu'a dit Charlie?

Don : Il faut retrouver ce camion.
Terry : On a quelque chose sur le chauffeur disparut.
Don : Vas-y.
Terry : Il y a un an, Raymond Sites travaillait dans une autre compagnie de transport. Il a été renvoyé pour consommation de substances illicites...
Don (regardant le dossier de Sites) : Amphétamines.
Terry : Oui, afin de rester éveillé pendant les longs trajets.

Don : Comment les gars de l'Energie ont pu passer à côté de ça?

Terry : Au moment de son renvoi, il ont accepté de ne pas le porter à son dossier...Regardes un peu son compte en banque...

 

Plus tard, Don et Terry interroge la femme de Raymond Sites.

Terry : Merci de vous êtres déplacée, Mme Sites.

Mme Sites : De rien, mais vos agents ne m'ont pas vraiment laissé le choix!

Don : Votre mari vous a appelé aujourd'hui?

Mme Sites: Ray? Non, il est sur la route. Pourquoi vous me parlez de Ray?
Terry : Le camion de votre mari a disparu ce matin.

Mme Sites : Comment ça disparu? Où est Ray?
Don : C'est justement ce que nous aimerions savoir.

Mme Sites : Mais, vous faites ce qu'il faut pour qu'on le retrouve?
Terry : Si on a volé le camion de votre mari, c'est à cause de sa cargaison.

Mme Sites: ...Oh, j'ai toujours été terrifiée par le nucléaire...je m'inquiète toujours pour lui...mais je n'aurais jamais imaginé que je...
Don : Madame, nous pensons que votre mari peut être impliqué...

Mme Sites : Non! C'est impossible, pas Ray!

Don : Nous savons ce qui s'est passé à son poste précédent.

Terry : Nous savons aussi qu'il a déposé un chèque sur votre compte commun d'un montant conséquent...25.000 dollars...
Don : Et ce n'est pas son employeur qui a fait ce chèque.

Mme Sites : Il conduisait jour et nuit, alors, il avait...besoin d'un produit pour ne pas s'endormir...Quand c'est devenu un problème, son patron c'est débarrassé de lui...Vous ne pouvez pas savoir tout ce qu'on a traversé...Il a mis du temps pour retrouver un poste...
Terry : Mme Sites, si votre mari est impliqué et que des personnes sont tuées...
Mme Sites : Non! Ce n'est pas ce que vous croyez...Ils lui ont menti...
Don : Qui lui a menti ?
Mme Sites : Ray a été contacté par les hommes de je ne sais qui...
Terry : Il y a longtemps?
Mme Sites : Peut-être bien 6 semaines, je dirais. Ils ont dit appartenir à un groupe d'opposants au transport des déchets nucléaires par la route, ils voulaient faire une manifestation pacifiste non-violente. Bloquer la route en criant des sloggans...
Don : Et ils lui ont donné 25.000 dollars pour ça?
Mme Sites : Il était supposé les appeler pour leur donner son itinéraire...
Le téléphone de Don sonne.

Don(se levant pour répondre) : Excusez-moi.
Terry : Ray vous a dit comment ils s'appellaient?
Mme Sites: Non.

Don (au téléphone) : Eppes!

Mme Sites : Croyez-moi, vous ne connaissez pas Ray, jamais il ne ferait quelque chose de dangereux pour qui que se soit...C'était juste...on avait tellement besoin d'argent...Je vous supplie de me croire, la victime, c'est lui...

Don(au téléphone) : D'accord. (raccrochant) Terry? (à part à Terry)Le shérif vient de retrouver son mari.

 

 

Sur les lieux du crime

David (au shérif) : Oui, c'est bien le chauffeur que nous recherchons.

Shérif : Je vais voir si on a trouvé quelque chose.
David (à Don qui examine le corps) : Le bureau du shérif a reçu un appel anonyme il y a une heure.
Don : Une seule balle, en pleine tête. Si on se demandait si ces hommes étaient prêts à tuer...on a la réponse.

 

Au siège du FBI

 

Devant le tableau qui rassemble toutes les photos, Don accroche une photo de Ray Sites.
Don : Il s'avère que sa femme avait raison. Raymond est une victime.

Terry(arrivant) : Voilà le rapport du médecin légiste, ça ne consolera pas sa femme, mais la balle qui a tué Raymond Sites n'a abrégé sa vie que de quelques années...Il avait des tumeurs tout le long de la colonne vertébrale.

Don : Quand on passe des mois à respirer des déchets nucléaires...
Terry : Et Hauser qui parle de fuites sans dangers!

Don : Et la balistique, ça donne quoi?

Terry : 9 millimètres. Arme non répertoriée.
David (raccrochant le téléphone) : Y'a du nouveau. Les hommes du shérif ont trouvé deux téléphones portables sur les lieux, celui de Raymond Sites et un autre non enregistré, faux numéro de série mais avec un message dans la boite vocale.

 

Ecoutant le message du portable.


Voix déformée : Nous avons le camion que vous cherchez, ça vous coutera 20 millions de dollars pour le récupérer. Si vous refusez de payer, nous ferons exploser les containers à Los Angeles. Si vous nous forcez à en arriver là, vous connaissez les conséquences. Vous avez 12 heures pour trouver l'argent. Nous vous communiquerons un numéro de compte et la marche à suivre.

David : L'appel a été passé il y a 53 minutes...
Terry : Ce qui nous laisse que 11 heures.
Don(au technicien audio) : On peut en tirer quelque chose?

Technicien: Les téléphones portables posent problème. La transmission est numérique basse résolution ce qui gomme les caractéristiques de la voix...en plus, les compagnies compressent les messages pour ne pas encombrer la mémoire, ça renforce le camouflage.
Don : Tu ne peux rien nous dire?
Technicien : Aucune trace d'accent, homme blanc entre 25 et 45 ans...
Don : Donc ce ne sont pas des étrangers?
Technicien : Non, je ne crois pas. Si j'avais plus de temps, je pourrais...
Don : Non, ça va, je cromprends. Transmet-le et reprends ton travail.

Technicien : Okay.

Terry : S'ils veulent faire exploser une bombe sale, il leur faut plus que des déchets nucléaires.

Don : On va vérifier tous les endroits où on trouve des explosifs...Chantiers de constructions, bases militaires et les grossistes en fertilisants.

 

Au bureau de Don, Charlie retrouve son frère.


Charlie : Donc, c'est bien une bombe sale?

Don : Non, pour l'instant, c'est juste une menace.

Charlie : Mais, on ne sait pas à quel endroit?

Don : De préférence où elle fera le plus de dégâts...On sait juste que ce sera à Los Angeles.
Charlie : Los Angeles!

Don : Est-ce qu'il est possible de prévoir quelle pourrait être leur cible?

Charlie : Y'à des tonnes de variables à considérer...Mais, on en sait plus qu'ils ne croient, par exemple, on sait que leur cible sera urbaine...on sait donc qu'ils vont devoir déplacer les fûts de déchets...
Don : Pour qu'elle explose en zone urbaine, ils vont devoir franchir des barrages, ce qui entre en ligne de compte pour le choix de l'endroit...
Charlie : La souplesse physique peut parfois dissimuler la rigueur mathématique, si tu vois ce que je veux dire?

Don : Non, pas du tout, tu peux expliquer?

Charlie : En étudiant leurs critères de choix de l'endroit, je pense que je vais devoir prendre en compte exactement les mêmes variables qu'eux pour trouver l'objectif idéal...Je dois tenir compte de la météo, mais aussi du vent, du relief, de la densité de population, de la circulation routière et sans oublier la contrainte de temps qui est de 11 heures.

Don : Oui...ou plutôt 10 heures et demi!

Charlie : 10 heures et demi! Oh non, il faudrait qu'on me donne des images satellite de la ville avec les données correspondantes et je te ferais une liste...mais, il me manque une variable...le type d'explosifs qu'ils utiliseront pour quantifier l'impact...
Terry (assise à son bureau) : Don! Un chercheur du Département de l'Energie a appelé après que l'alerte interne ai été donnée. Il y a quelque temps, deux hommes sont venus lui poser des questions sur les déchets nucléaires...
Don : Tu crois que ça a un lien?

Terry : Ils ont parlé essentiellement du Césium 137.

 

 

Au bureau du Docteur Cris Carlyle

 

Terry et David rencontrent l

 

Dr Carlyle : Ils ont posé beaucoup de questions, surtout sur les isotopes.
Terry : Est-ce qu'ils ont dit pourquoi ils voulaient ces informations?

Dr Carlyle : Ils faisaient des recherches pour un scénario...on vit à Los Angeles, je ne me suis pas méfiée...puis, j'ai lu l'alerte interne...

Terry : Et ils ont fait allusion au Césium 137?

Dr Carlyle : Ah non, le Césium c'était mon idée! Mon labo expériemente un générateur au Césium comme source d'énergie pour une sonde spaciale...C'est un isotope qui m'es familier!

L'ordinateur du Dr Carlyle la prévient d'un message.
Terry : Est-ce qu'ils ont touché quelque chose dans votre bureau?
Dr Carlyle(regardant son ordinateur) : L'un deux avait un soda à la main...

Terry : Rien d'autre?
Dr Carlyle : Non...Attendez...un bouquin...Si je me souviens bien c'était la biographie de Louis Slotin(s'approchant de sa bibliothèque).
David : N'y touchez pas, vous pouvez juste nous le montrer.
Le Docteur Carlyle montre le livre.

Terry : Qui est Louis Slotin?

Dr Carlyle : L'un des physiciens de Los Alamos, c'est lui qui s'est occupé de la matière radioactive du projet Manhattan. Il s'intérogeait sur la réaction en chaine accidentelle qu'il déclenchait.

David : Et comment ça c'est passé?
Dr Carlyle : Et bien, Slotin travaillait à séparer deux hémiphères de plutonium instables avec un tournevis. Le tournevis est tombé les hémisphères se sont rejointes et ont généré un flux de radiations...Il s'est servit de son corps pour protéger les autres scientifiques et il est mort neufs jours plus tard...Totale désintégration des fonctions internes.

 

Chez les Eppes

 

Charlie et Larry travaillent sur les données fournies par le FBI et les plans d'Alan.
Alan(arrivant) : Charlie? Tu es là? Salut, alors les génies, qu'est-ce que vous faites?

Charlie : Salut papa.
Alan : Dites donc, qu'est-ce que mes vieux plans de la ville font sur ce bureau? (devant l'air alarmé de Charlie) Qu'est-ce qui s'est passé?
Charlie: Et bien...on est censé en parler à personne.

Larry : Charles, peut-être qu'il vaudrait mieux informer ton père de l'imminente Armageddon...
Alan : Armageddon?
Charlie(à Larry ) : Je te rappele qu'on ne doit rien dire...
Alan : Vous avez repéré un astéroïde qui fonce droit vers la terre?

Larry : Il y en a des milliers mais on dispose de dizaines d'années pour s'en occuper...

Alan : Charlie, tu peux me dire de quoi il parle?
Charlie : Quoi, tu sais...
Larry : Y'a un camion transportant des déchets nucléaires qui a été volé, c'est arrivé hier.

Alan : Quoi?... Une petite minute!...Pourquoi personne n'en a parlé aux infos?
Charlie : Parce que personne n'est au courant!

Alan : Comment ça personne n'est au courant? Et comment ils vont faire les gens pour pouvoir se protéger?

Charlie : D'abord, pour commencer, on est pas encore sûr qu'il s'agisse d'une bombe...

Alan : Une bombe!

Charlie(lancant un regard noir à Larry ) : ...Et on ignore où elle explosera, s'il elle explose!

Alan : J'espère bien que non! Mais, si tous les gens s'en allaient le plus vite possible, le plus loin de cette ville, ça leur permettrait peut-être de sauver leur peau!

Larry : Mais, ce n'est pas si évident. Il faut connaitre la direction des vents...
Charlie : Evacuer la ville sans informations provoquerait une énorme panique...
Alan : Et bien moi je parle ici au nom des masses laborieuses et je refuse qu'un obscur gratte-papier décide de ça à ma place. (reprenant ses plans)Merci de votre attention...A quoi vous jouez avec mes plans(Alan s'éloingne pour regarder ses plans).
Charlie(à Larry) : Toi, on peut dire que tu en rates pas une...On ne devait rien dire...
Larry : Ce n'est pas...
Charlie : Ca relève de la Sécurité Nationale...

Larry(montrant Alan qui examine sa carte) : C'est un urbaniste que je sache!

Charlie : Et papa?...On a besoin de toi!

Alan : Comment ça, besoin de moi?...J'suis pas physicien moi! Et encore moins un expert en contamination.
Charlie : Mais, tu es un urbaniste...tu sais comment se répartit la population...et tu connais ces plans par coeur.

 

Au siège du FBI

 

Don arrive et briefe toute son équipe.

Don : Votre attention s'il vous plait, approchez-vous. (montrant la photo d'un homme) On a un suspect éventuel, on a retrouvé ses empreintes sur un livre. Il s'appele Daryl Greth, G-E-R-T-H, homme de race blanche, 25 ans. Il a pris 5 ans pour attaque de fourgon blindé. Je veux la liste de tous ses anciens associés, complices du moindre braquage. On doit le retrouver le plus vite possible. Au boulot!

Terry : Don? Viens voir. 2 Kg et demi de C4 ont disparus de la base navale de Seal Beach.
Don : Et on sait depuis quand?
Terry : Ils font l'inventaire tous les 15 jours, le dernier remonte à 8 jours, donc une semaine.

Don : Bon, qui a accès aux explosifs sur cette base?

Terry : Des civils sous contrats, des soldats, la maintenance...ils y ont tous accès.

Don : Il me faut la liste. Imagines que ce soit les mêmes, ils ont les déchets nucléaires et l'explosif...donc, ils ont une bombe sale.

David(arrivant) : Le contrôleur judiciaire de Gerth ne l'a pas vu depuis une semaine. Pas d'adresse connue, mais on a retrouvé son ancienne famille d'acceuil.

Don : Bien, amène-les ici et interrogue-les. Je préviens Charlie pour le C4, c'est la variable qui lui manquait.

 

Terry et David interrogent Mr Watson, le père de la famille d'accueil de Gerth.
Mr Watson : Parfois, quand on les sort de là où ils sont, le mal est déjà fait et quoi qu'on fasse, ça change rien.

David : Darryl se conduisait mal.

Mr Watson : Tout le temps! Et comme ça suffisait pas, il fallait qu'il entraine les autres. Y'en a à qui ils a fait avoir de gros ennuis...y compris notre fils. Mark a été arrêté à 16 ans pour avoir aider Darryl a voler de l'argent.
Terry : Nous recherchons Darryl, votre fils est resté en contact avec lui?

Mr Watson : Non! Heureusement, ils n'ont plus le droit de se voir, injonction du juge! Mark est dans la marine, ça va le remettre dans le droit chemin.

David : Sur quelle base navale se trouve votre fils?
Mr Watson : Euh, Seal Beach, stock d'armement je crois...
David(à Terry) : C'est la base où les explosifs ont été volés.

Mr Watson : Quoi? Vous pouvez me dire ce qui se passe?
Terry : Où habite votre fils? Sur la base?
Mr Watson : Non, il a un appartement à Fullerton.

Terry : Merci beaucoup.

A l'appartement de Mark Watson

 

David et Terry entrent en défonçant la porte.

David : Rien en vue!

Terry : Rien en vue!

David : Terry, viens voir. Tu sens cette odeur, un peu mentholée? Y'a de la cellophane gaisseuse et (ramassant un papier dans la poubelle) regardes un peu ça! Du C4!

 

Au siège du FBI

 

Terry(arrivant) : L'existence de la bombe ne fait aucun doute.
Don : Bien comme ça, on le sait.
Le portable retrouvé sur le lieu du meurtre de Ray Sites sonne.
Technicien : Agent Eppes! C'est le portable.

Don(au technicien) : Mets le haut parleur. (au téléphone) Ici l'agent Eppes.
Voix déformée au téléphone: Prenez un stylo, Eppes. Je vais vous donner un numéro de compte. Faites le transfert dès que j'aurais raccroché.
Don : Une seconde, vous aviez dit 12 heures, ça fait à peine 6 heures. Il nous faut plus de temps....(personne ne répond) Vous êtes là?

Voix : Y'a peut-être aussi un peu plus de motivation...
Don : Non! Ecoutez!

Voix : Au centre-ville...dans une heure.

Don : Il nous faut un peu plus de temps...
Voix : Une heure, on reste en contact. (la communication est coupée)

Don (au téléphone avec Charlie) : Charlie, il me faut une réponse maintenant.

Charlie(au téléphone, en train de travailler dans le garage de la maison) : Je croyais qu'on avait encore 6 heures devant nous?
Don (au téléphone) : Ils ont modifié leurs plans.

Charlie(au téléphone) : Quoi! (à Alan et Larry) Don veut une réponse maintenant.

Larry : Il nous reste des algorithmes à tester, des variables à explorer...
Charlie : Oui, je sais.

Don(au téléphone) : Charlie?
Charlie(au téléphone) : D'accord, on a pu déterminer 7 cibles potentielles...une à Westwood, deux à Century City...
Don (au téléphone) : Au centre-ville! Uniquement au centre!

Charlie(au téléphone) : Que le centre! Alors, au centre-ville, on en a déterminé deux...La première, c'est le Driscoll Plaza et l'autre, c'est Angeles Square.

Don : Angeles Square? (à Charlie) Une minute...(entourant les cibles sur un plan) Le Driscoll Plaza et Angeles Square...
Hauser : Deux, c'est trop. On n'a pas assez d'hommes ni de temps pour évacuer deux zones à la fois.
Don : C'est vrai.
Hauser : Même si on bloquait les feux, on ne pourrait pas évacuer tout le monde à temps.
Don (au téléphone) : Charlie, il faut en sélectionner une. Tu dois nous en donner qu'une!

Charlie(à Alan et Larry) : Il leur en faut une seule!

Larry : Statistiquement, on a quasiment obtenu les mêmes probabilités...
Charlie(au téléphone) : Mathématiquement, on n'a aucune raison de choisir l'une plutôt que l'autre...(à Alan qui prend le téléphone des mains de Charlie)Mais qu'est-ce que tu fais?

Alan(au téléphone) : Don, tu prends Angeles Square.
Don(au téléphone) : Papa? Mais, qu'est-ce que tu en sais? Charlie dit que les deux sont mathématiquement...
Alan(au téléphone) : Je sais ce que dit Charlie, mais, je connais cette ville. Je choisirais Angeles Square!

Don(au téléphone) : Et tu peux me dire pourquoi?
Alan (au téléphone) : A cause de la hauteur des immeubles! Ca crée un sorte de couloir urbain...un canyon. L'air qui s'engouffre entre les buildings emportera les radiations bien plus loin...Moi, si je voulais faire le plus de dégâts possibles, c'est ce que je choisirais! Angeles Square, je te dis!

Don : D'accord, on évacue Angeles Square, c'est partit.

 

A Angeles Square

 

Les pompiers, les policiers, les agents du FBI évacuent toutes les personnes présentes sur place.

 

Don(devant l'espace vide) : Tous les bâtiments ont été évacués, plus que 15 minutes, c'est bizarre qu'ils ne nous ait pas rappelé.

David : C'est vrai, l'équipe de démineurs est à pied d'oeuvre mais, la bombe peut-être cachée n'importe où.
Terry : Ca fait une sacrée surface.
Don : On n'a pas le choix. On doit faire tout ce qu'on peut.
Hauser(arrivant) : Surveillez vos montres. Il faut quitter la zone au moins 5 minutes avant l'heure prévue, d'accord?
Don : Tout le monde à compris, on part dans un quart d'heure quoi qu'il arrive.
Terry(repartant) : OK.
David(repartant) : Entendu.

 

Sous les yeux de Don, une bombe explose dans une poubelle que les démineurs approchaient.

 

Don(se faisant examiner pour détecter une présence radioactive) : On connait l'étendue des dégâts?

Agent du Département de l'Energie : Deux de nos hommes sont mal en point...Etat critique. A qu'elle distance vous trouviez-vous de l'explosion?

Don : Entre 25 et 30 mètres

Terry : Nous étions proches.
David: Nos oreilles sont encore bouchées.
Agent du Département de l'Energie: Je ne détecte pas la moindre radiation sur aucun d'entre vous.

Terry : Merci.
Don : Ce qui veut dire que ce n'était pas une bombe sale.

Au siège du FBI

 


Terry (raccrochant) : Les experts ont terminé l'analyse de la bombe. Ils n'ont trouvé aucune trace de Césium 137, ou autre matière radioactive.
Don : Ils ont toujours les déchets.

David: Alors, pourquoi ne pas les avoir utilisés? Raymond Sites a été assassiné, ils ont tué pour obtenir la cargaison de ce camion.

Don : C'est vrai, en plus, tout ce qu'ils ont fait, a été prévu de longue date...et ils ont bousculé le timming. D'abord, ils disent 12 heures, ensuite 1 heure et ils font exploser la bombe avant.
Terry : Et pourquoi ils n'ont pas rappelé? On n'avait pas de chance de les payer?
Don : Et s'ils n'avaient jamais voulu disperser le Césium? Si je pointe une arme entre tes omoplates tu m'obéis...Ce qui compte, ce n'est pas l'arme, mais que tu crois que j'en ai une.

Terry: Ils voulaient qu'on pense qu'ils avaient une bombe sale.

Don : Ils ont volé le camion dans le but d'attirer notre attention afin d'avoir ce qu'ils voulaient.

David: C'est à dire? Obtenir quoi?

Don : Qu'on évacue Angeles Square.

 

Chez les Eppes

 

Alan : On s'en ai pas trop mal sortis aujourd'hui?

Larry : Aujourd'hui était un bon jour, mais que dire de demain?

Alan : Certes...je crois que je comprends mieux pourquoi vous aimez tellement collaborer avec Don. C'est plutôt agréable. (regardant Charlie complètement éteint) Ca va pas Charlie? Tu as ta tête des mauvais jours, quand tu es obsédé par quelque chose?
Larry : Je suis d'accord, tu es un peu perturbé?

Alan : Tu m'en veut de t'avoir...arraché le téléphone?

Charlie : J'allais lui dire le Driscoll Plaza...Avant que tu m'arraches le téléphone, je voulais...j'avais choisis le Driscoll Plaza et j'avais tord.

Alan : Oh, c'est pas étonnant, vu que je ne t'avais pas donné les variables qu'il fallait...Ouais, la hauteur des bâtiments...S'il t'arrive de te tromper, c'est que ta tête n'est pas celle d'un criminel...Evidemment, c'est différent pour moi.

Charlie : J'avais tout faux.

 

Au siège du FBI

 

Devant une carte du quartier.

David : Pourquoi voulaient-ils qu'on évacue Angeles Square?

Terry : Et pourquoi ne pas nous le dire directement?

Don : Parce qu'en nous parlant du Centre-ville, ils nous le disait, mais ne faisant monter la pression. Y'a forcément quelque chose dans le quartier.
David: Gerth est un voleur, alors qu'est-ce qu'il convoitait?

Terry : Y'a bien le diamantaire, il faut que ça justifie une histoire pareille.
David(regardant la carte) : Il se trouve en dehors de la zone évacuée.

Don : Y'a pas que des banques (pointant un immeuble sur la carte) C'est quoi ce bâtiment? Le numéro 2215?
David(sortant les infos) : Voilà, y'a des bureaux, deux agents de change et l'entreprise Aronson, restauration d'oeuvres d'art.

Chez Aronson

 

Terry : Si j'en crois votre assistante, personne ne sait sur quoi vous travailler.

Mme Aronson: Etant donné l'importance des toiles, mieux vaux éviter toute publicité. Tous les grands musées le savent, ainsi que les plus grands collectionneurs. (tapant son code pour entrer dans une salle sécurisée)

La porte s'ouvre, au fond de la pièce, le coffre-fort est ouvert.
Mme Aronson : Oh non! J'ai fermé la salle des coffre moi-même, malgré la bombe et les hurlements absolument insensés du policier!

Terry : Vous en êtes sûre?

Mme Aronson : Je vous dis que j'ai fermé moi-même.
Don : D'accord, surtout ne touchez à rien!

Mme Aronson(arrivant dans le coffre) : Oh non! C'est pas possible! Ils ont tous disparus, tous!

Don : Mme Aronson, dites-nous précisément.
Mme Aronson: Toutes les toiles ont disparues.
Don : J'aimerais savoir précisément ce qui manque?
Mme Aronson : Six Van Gogh du musée de Los Angeles, ainsi que deux Rembrandt, un Degas.

Terry : Pour quel montant?

Mme Aronson : Peut importe l'argent, les toiles sont assurées, mais symboliquement...
Don : Il nous faut une approximation du montant.

Mme Aronson : Je ne sais plus...je dirais environ 100 millions de dollars.

David : Le système de sécurité passe par le sous-sol. L'évacuation leur a permis de faire tout ce qu'ils voulaient.

Terry : Les rues étaient barrées, comment ont-ils pu faire passer tout ça en zone sécurisée?
Don : Ils devaient déjà être sur place.(sortant du coffre et observant le matériel utilisé par les casseurs) Bon, il faut examiner tout ça.

 

Au siège du FBI

 

David : Une des agences immobilières du bâtiments où le vol a eu lieu a formellement identifié Gerth. Il y a deux mois, elle lui a loué un local au rez-de-chaussée. Le bail a été établit au nom de Donald Garrity.
Terry : Garrity? C'est le nom qui figurait sur le chèque de Ray Sites.
Don : Il a utilisé le même pseudonyme. Où est la liste des loueurs de véhicules.
David : Ils devaient surveiller par la fenêtre en attendant que tout le monde s'en aille...et ils n'avaient qu'a se servir! On s'est fait rouler.

Don (épluchant la liste des loueurs de voitures) : Bingo! Garrity a loué un fourgon de plus de 7 mètres à Homewood en Californie.

Terry : Plus de 7 mètres? De quoi transporter les containers.

Don(donnant la liste à Terry) : Tiens, s'il te plait, téléphones pour voir s'il y a une adresse sur le contrat.


A l'adresse trouvée par Terry

 

Policier(à la radio) : A toutes les équipes, soyez très vigilants, présence éventuelle de matières radioactives sur la zone.
Agents du Département de l'Energie (à la radio) : Bien reçu... Rien à signaler.
Don : Bien, rien à signaler. On y va.

Les agents du Département à l'Energie s'en vont et laissent la place à l'équipe de Don. Devant la porte, tout le monde est prêt à entrer.
Don : Trois, deux, un...On y va!(entrant) FBI, personne ne bouge, pas un geste...Allongez-vous par terre!

Les hommes du FBI parviennent à arrêter trois hommes et trouvent la camionnette louée.
Terry (ouvrant la porte après que les agents du Département de l'Energie aient vérifié qu'il n'y avait pas de radioactivité) : Y'a rien!

David: Les containers n'y sont pas.

Don( à un homme à qui il met les menottes) : Où est le Césium?
Terry : Don, j'ai les toiles.
Don(au même homme) : Regardez-moi. Où est le Césium? Dites-moi où sont les containers?
Homme(souriant) : Je sais pas de quoi tu parles, mon vieux.

Don(mettant l'homme debout) : Allez en route...par là.

 

Au siège du FBI

 

Don interroge Daryl Gerth

 

Don : Je peux aussi bien vous mettre sur le dos le meurtre de Raymond Sites, le vol des déchets nucléaires et l'attentat à la bombe. Si vous avez de la chance, vous finirez vos jours dans une prison haute sécurité.
Gerth : Vous croyez ça?

Don : Si vous avez de la chance! Je veux savoir où sont les déchets.
Gerth : Ca tombe bien. Moi aussi, je veux quelque chose.

Don : Et qu'est-ce que vous voulez?
Gerth : D'abord,je veux que vous me laissiez partir...
Don : Vous pouvez toujours rêver!

Gerth : Dommage! ...Parce que c'est pas facile de trouver une bombe sale...Quoi?...Vous croyez que j'avais pas de plan de secours?

 

Terry interroge Mark Watson

 

Terry : Les explosifs ont été volés au Centre Naval d'Armement, c'est la base dont vous dépendez. Raymond Sites, le chauffeur du camion, a été tué d'une balle dans la tête. C'est un meurtre particulièrement horrible.
Watson : J'ai rien à voir avec ça, j'étais même pas là.
Terry : Là ou pas, vous êtes complice...Mark, le seul moyen de vous en sortir, c'est de nous aider à retrouver les déchets.

 

En dehors des salles d'interrogatoire.
Terry : Le petit marin est mort de peur, mais rien.
David : Le mien non plus, il parle pas.
Don : Et Gerth croit qu'il va pouvoir échanger les fûts contre une autorisation de sortie...Je viens d'avoir une idée. Depuis le début, on considère que les déchets ne sont plus dans le camion...mais, si on se trompait? Si les containers étaient toujours dans le même camion que le jour où ils ont été volés?

David : Comme tu disais, il suffit qu'on croit qu'ils les en ont sortis pour qu'on croit qu'ils aient une bombe.
Terry : Ce qui expliquerait pourquoi le fourgon n'était pas irradié.

David : Le camion est toujours dans le périmètre, il a pas pu sortir.

 

Chez les Eppes

Charlie : Larry et moi, on a fait des recherches sur la détection de la radioactivité, à partir de détecteurs installés sur des hélicos et à partir de divers endroits au sol, on pourrait délimiter la zone où sont cachés les déchets nucléaires.
Don : Oh, c'est formidable ça! En combien de temps?

Charlie : Oh, un truc comme une semaine, ou peut-être deux.

Don : Une semaine? Le camion a des fuites radioactives, tu comprends?

Larry : Il a raison Charles. Ces fûts n'ont pas été conçus pour contenir du Césium 137 sur une période aussi longue. Et cette matière a une très insidieuse manière d'attaque.
Don : Laquelle?
Larry : Et bien, même en très petite quantité, les particules ingérées ou inhalées se répandent dans tout le corps humain. Elles envahissent et détruisent les tissus. Plus longue est l'exposition et plus le poison de la radioactivité se répand...On devient un mort-vivant!

Don : Comment ça un "mort-vivant"?
Larry : Comme les gens de Technobyl...On a des nausées, des vomissements, ensuite on se sent mieux...on pense que ça va mieux, mais c'est juste...une période de rémission...Une semaine plutard, c'est l'hémorragie interne...Et la mort certaine.

Charlie : Tu as dis que tu avais arrêté ceux qui avaient volé le camion, c'est ça?
Don : Ouais.
Charlie : Ils ne savent pas où il est?

Don : Charlie, ils refusent de le dire.
Charlie : C'est sans appel?

Don : Non, ils essaient de s'en servir comme monnaie d'échange.

Charlie : Ca veut dire qu'ils ont un plan de secours.
Don : On les a séparés, on essaye de les monter les uns contre les autres, mais...
Charlie : Et si vous les remettiez ensemble?
Don : Non Charlie! Les suspects sont seuls dans la pénombre, c'est comme ça que ça marche.

Charlie : Je comprends, mais je ne te parles pas de ça moi. Je fais allusion à quelque chose de complètement différent...Moi, je te parle de ce qu'on appelle le "dilemme du prisonnier"...
Larry : "La théorie des jeux".
Charlie : Exactement. Les mathématiques comme critères de choix...Comment tirer le maximum d'une situation complexe...Bien, par exemple...Disons que deux personnes ont commis un crime. Si aucune d'elle ne parle, elles prendront un an. Si l'une d'elles parle, elle ne sera pas condamnée et l'autre prendra...5 ans...Si les deux parlent, elles prendront deux ans chacune...Sauf si elles se font assez confiance pour ne rien dire...Parler est la meilleur stratégie.

Don : Je viens de te dire qu'ils refusent tous de parle!

Charlie : Oui, mais peut-être seulement parce qu'aucun d'entre eux ne voient pas ce que les autres ont à perdre.

 

 

Au siège du FBI

 

Don entre dans la salle d'interrogatoire où les trois suspects sont installés.
Don : Bien, écoutez-moi, on va faire les choses différemment.(montrant Charlie qui entre avec un tableau) Voici Charlie Eppes, il est professeur de mathématique et grand pédagogue. On va essayer de savoir si parmi vous, il y a un bon élève.

Gerth : C'est quoi ce plan foireux?
Don : Toi, tu la fermes d'accord?

Charlie : Bonjour, messieux. Ce que je vais faire aujourd'hui, c'est vous montrer une estimation mathématique des risques que vous encourez. C'est à dire en fait, quantifier les différents choix que vous avez...et leurs conséquences respectives.

Gerth : La seule conséquence c'est le nombre de gens contaminés par les radiations!

Don : Gerth, je te le dirais pas deux fois.

Charlie(montrant le tableau qu'il a établit) : D'accord, mettons que "G" c'est Gerth, "W" c'est Watson et "F" c'est Fitchmann. J'ai bien sûr tenu compte des variables comme l'âge respectif de chacun de vous, votre casier judiciaire et de vos proches à l'extérieur.
Watson : Attendez, qu'est-ce que ça vient faire la-dedans?

Charlie : Avoir de la famille à l'extérieur affecte votre motivation, non? Votre désir de ne pas aller en prison?
Don frappe Gerth qui essayait d'intimider Watson.

Charlie(commençant des équations) : On y va.
Gerth rit très fort mais Don le fait taire d'un simple regard.
Charlie(entourant trois nombres) : Très bien, nous y voilà. Je commence. Fitchman, votre estimation est de 14,9.
Fitchman : Sans rire.
Charlie : W, la votre est de 26,4 et G...votre estimation des risques encourus est de 7,9.
Fitchman: On peut savoir ce que ça veut dire?

Don : Ca veut dire que Mark est celui qui a le plus à perdre à aller en prison.
Charlie: C'est exactement ce que ça veut dire.

Gerth (à Watson) : Les écoutes pas, Mark. Eh, regardes-moi.
Charlie: Mark, c'est la vérité, les mathématiques le prouvent. Vous risquez le plus gros, vous êtes le plus jeune, vous avez vos parents, vous avez su trouver une place dans la société, votre casier est le moins chargé...
Gerth : Economisez votre salive, d'accord?

Charlie (à Watson) : Vous êtes le plus jeune, vous avez le plus fort potentiel à réussir à changer de cap...
Don : Et le plus à y gagner!

Gerth : Mark, les écoutes pas, vieux.
Don : Mark, j'ai parlé à votre père...
Gerth : Mark?
Don :...Pour lui, vous n'êtes pas un gangster, c'est Daryl qui a eu une mauvaise influence sur vous. Mark, prouvez-le lui, c'est votre dernière chance.
Gerth rit.
Watson :Ok, je vais tout vous dire.

Gerth (ne riant plus): Mark?
Watson : T'avais dis qu'on ferait de mal à personne et tu as tué ce type sans aucune raison.

Gerth : Chut! Je te tuerai si tu parles! Je te tuerai...

Don : Eh, (aux agents qui maitrisent Gerth) Sortez-le d'ici.
Fitchman : Eh, moi aussi je parlerai...j'ai eu 14,9, moi, je trouve ça plutôt pas mal...j'ai une chance, non?

Don (à Gerth) : Alors, tu croyais que j'avais pas de plan de secours?

 

A part, Mark Watson parle.

Watson : Le camion est dans une usine désaffectée dans la 6ème rue.
Terry : J'alerte les équipes de recherches.
Watson : Non, une minute!

Don : Quoi?
Watson : Y'a un mec qui surveille. Il s'appelle Baker, il a fait de la prison avec Gerth, avant.

David(ressortant le dossier de Gerth) : Je l'ai, Carl Baker, un associé de Gerth.
Watson (voyant la photo de Baker): Oui, c'est lui.
Don : Quels sont ses ordres?
Watson : Attendre les instructions de Gerth...
Don : Très bien, on y va.

 

 

Devant l'usine de la 6ème rue

Don(à Hauser) : Le camion est ici?
Hauser : On est trop loin pour en savoir plus.
David (regardant avec des jumelles) : Aucun mouvement. La porte de la cabine est ouverte...
Don : Bon, on y va. (à la radio) A toutes les unités on avance. Approchez avec d'extrêmes précautions. Notre objectif premier est de sécuriser les containers.
Agents(par radio) : Bien reçu.
Don(aux agents près de lui) : Tout le monde sait ce qu'il a à faire?
Agent : Oui, monsieur!

Don : Ok, on avance...allez, allez.(devant la porte) Prêts? A mon ordre...Trois, deux, un...en avant.

Avant qu'ils aient pu entrer le camion fonce sur eux.
Don : Ecartez-vous!

Le camion défonce la porte et fini par s'arrêter dehors.
Don : Mains en l'air! Je veux les voir!

Baker : Reculez!

Don : Mains en l'air!

Baker : Reculez ou je les balance!

Don : Ok, calmez-vous!

Baker (actionnant le relevage du camion) : J'ai pas envie de me calmer

Les fûts penchent dangereusement vers le sol.
Don : Calmez-vous, d'accord! (lâchant son arme) : Attendez (aux agents présents) : Reculez, baissez vos armes...(à Baker) Carl, je veux juste qu'on discute.
Baker : Vous allez me laisser partir.
Don : C'est impossible Carl.
Baker : Il le faut.
Don : Non, non, c'est impossible.
Baker : Où est Gerth?

Don : C'est Gerth qui vous a balancé.
Baker : Non!

Don : Si Carl.
Baker : Non, il a rien dit.
Don : Si réfléchissez, comment on aurait pu vous trouver?

Baker se tord de douleur.
Don : Ca va? Vous êtes malade? Hein? Vous vomissez!

Baker : Comment vous le savez?

Don : Ce sont les radiations.
Baker : Ca allait vraiment pas bien avant, mais je vais mieux.

Don : Ecoutez-moi. Vous n'allez pas mieux. Vous devenez un "mort-vivant". Cette saloperie vous tuera si vous refusez de vous soigner. Une équipe médicale va s'occuper de vous.
Terry : Ecoutez ce qu'il vous dit. C'est votre seule chance de sauver votre vie.

Baker arrête le moteur.
Don : C'est ça. Sortez de la cabine doucement. Je veux voir vos mains. (Baker lève ses mains) C'est ça, montrez-moi vos mains. C'est ça continuez comme ça, (Baker descend du camion) Vous allez devoir vous agenouiller (Baker s'écroule) Tenez-le.
Baker : Pitié, il me faut un médecin!

Don : Oui, d'accord Carl, on s'en occupe...On y va. (à Hauser) Il est à vous.
Hauser : Merci milles fois, allons-y.

 

Devant un restaurant

 

Don, Charlie et Alan sortent d'un restaurant.

Don : Ah, je t'assure, c'était vachement impressionnant ces trois durs à cuire et Charlie qui gribouillait toutes ses équations hallucinantes.

Charlie : "Hallucinantes"? T'entends ça, papa, des équations hallucinantes! J'ai fait une estimations selon le modèle qu'on utilise dans les banques pour évaluer la prise de risques dans les obligations. C'est ça que j'ai fait!

Don : Attends, c'est un compliment! Le fait est qu'ils y ont cru dur comme fer.

Alan : Don a raison, l'important, c'est d'avoir retrouvé les containers.
Don : Tu devrais être récompensé pour une performance pareille.

Charlie : C'était pas une performance...C'était pas du bluff, mais des maths...
Don : Oh allez!

Charlie : Des maths pures et dures...
Alan : Vous en voulez des maths(sortant son porte-feuilles) Le diner a couté 92 dollars, ça fait 30 chacun.
Don(sortant aussi son porte-feuilles) : Combien? Faut que je passe au distributeur...
Charlie : Désolé, j'ai pas pris mon porte-feuilles...

Alan : Ah c'est du bluff? Moi, j'ai toujours sur moi....

 

Générique de fin

Hunt

 

Before a resto-road

 

Three men of conveyor chargés a truck carrying nuclear waste, take the road after a pause. Two out ahead.

Driver 1: I have an idea, we made a detour to the north and stops in Las Vegas.

Ray: Well see! And it is that you explain the difference in mileage?

1 The driver laughs.

Ray: I go before you catch me easily in the climb.

Driver 1: It was like that! It is at the top.

Ray climbed into the truck and starts.

Driver 2 (arriving): Ray is already left?

Driver 1 (moving at the wheel): It takes just a little advance.

The car will not start.

Driver 2: Brilliant! He missed more than that. (radio) Ray? Answer Ray! The car boot, you have to wait.

1 driver for what looks in the engine, Ray still does not respond.

Driver 2 (radio): Ray, Chris here, answer Please! (To ...) Hey, I have no answer.

The driver 1 as he tries to call Ray by radio.

Driver 1 (radio): You get Ray, go old, answer me! ... And Ray, how are you? ... Ray, answer me!

 

Later, Don joined other officers and police on the spot.


Don (arriving): Hello! Who is responsible?

Hauser: That's me.

Don (shaking hands with Bret Hauser): Don Eppes, FBI!

Hauser: Nice, Bret Hauser, Department of Energy.

David (also shaking the hand): Agent Sinclair.

Don: Where are the other drivers?

Hauser (showing drivers): They are always three per team, when they want to follow the truck, the car would not start.

David: That's how long?

Hauser: About 4 hours.

Don: Four hours? And why not learn now?

Hauser: The transport of nuclear waste that is the case of the Department of Energy.

Don: Yes, except when they are stolen!

Hauser: avoid too hasty conclusions, Agent Eppes!

David: You have warned the population, local authorities?

Hauser: And avoid public panic, I prefer to wait for more information. First, find the truck, then, if necessary, we will take appropriate measures to the seriousness of the situation.

Policeman: Mr Hauser? New Mexico on the phone for you.

Hauser (Don and David): The clearing Storage Carlsbad waiting convoy! (From) Excuse me.

David: This guy is not telling the people of Los Angeles that he lost a truckload of nuclear waste.

Don: I bet he expects to recover to play the hero, he misses his shot, it goes to serious trouble.

 

Within the restoration route, where officials have installed their headquarters.

 

Terry (showing a map): The shipment of nuclear waste is part of this, of Ridgeland to be accurate in the direction of a storage center in New Mexico. The entire area was sealed off but only 40 minutes after his disappearance.

Don: The truck can be anywhere.

Terry: According to police, it can not be very far given the roadblocks that have been established.

David: And if the cargo was transferred to another vehicle?

Hauser (arriving): We are almost sure that it was not the case ...

Don: "Almost sure !"...

Hauser: It would have caused significant radioactive leaks. We have several sensors in this area and so far the test are negative.

Don: So it can become dangerous if they sort their waste containers?

Hauser and does not drop his head.

Don: Sir, my team needs to know what it is exposed.

Hauser: drums in which the material is transported are not fully sealed 100% ...

Terry: You mean there are leaks?

Hauser: Very sub-standard allowed!

Don: So, abandoned in the wild, these containers are dangerous!

Hauser: It is simply a practical matter, completely sealed drums are too heavy to be transported.

Don: Suppose that the thieves have had a clear plan, what can they do?

Hauser: If we consider the worst ... a dirty bomb!

 

The beginning

 

 

At the University

In the office of Charlie, the mathematician concluded an equation on his blackboard.

Charlie: In conclusion, it gives us a final score of cubic meters on K. .. that's it!

Larry: What exactly happened to be ... (showing his notes) This is the result I expected! Charles, I have a debt to you!

Charlie (again watching his table): No, wait!

Larry: Oh! Oh!

Charlie: A second

Larry: What?

Charlie (as Larry sign of silence): Tut, tut, tut ...

Larry: Not your stop "tut, tut, tut"?

Charlie: One second, one second ... I'm afraid ...

Larry: Why you repeat a "second"!

Charlie: But what I had in mind?

Larry: What? What is there?

Charlie (showing a line of its calculations): There! All this line, since there ... until then ... it is ... nothing is unfounded, it inutililsable

Larry: This is a joke or what?

Charlie: Yes! I do not care about you!

Larry: What? But how dare you give me such a thing? (Charlie bursts of laughter) As if you know how important this conference is ...

Charlie: Everything is fine ... Larry The equation is right.

Larry: This is our last chance to expose our work before Atlanta and you ... you, you, you ... Do not ever do that!

Charlie (still laughing): Excuse me!

Larry: You know it would be too easy ...

Charlie: And you, you fall into the trap ...

Larry: Ah well then there! ...

Charlie: I am not tired of the head are you doing ...

Don (arriving): Excuse me for interrupting you, Charlie, I have to talk to you.

Larry: Excuse me, I will leave.

Don: Larry, as you are physicist, I would like you to stay ... What can you tell me about the Cesium 137?

Charlie: The Cesium?

Don: Yeah.

Larry: Well, it is a product of fission of plutonium and uranium, its half-life is a little over 30 years ...

Don: The half-life? The time it is dangerous?

Charlie: In terms of radioactivity, why? What's happening?

Don (looking at whether anyone else is here): Nothing that I say comes out of here!

Larry: Yes, yes, yes!

Don: A truck carrying cesium was stolen ...

Larry: It is very annoying!

Charlie: You have not been exposed to radiation?

Don: No, neither I nor anyone in so far as is known.

Larry: It is encouraging.

Don: But I know what would happen if it ever happened?

Larry (s'éclaississant voice): Well, the danger comes from the so-called ionizing radiation. In fact, any kind of energy radiation of any kind ...

Charlie: Mobile phones, computer monitors, even the lamp bulbs.

Larry: If ionizing radiation are particularly dangerous because they have enough energy to pull electrons from the atoms they find in their paths ...

Charlie: For example, (heading to his table) normally, each electron is captive of the orbit of the atom around which it revolves (drawing circles) It is caught, it rotates ... just like that, you see? But when an atom is exposed to high radiation like gamma rays, then it's concéquence (drawing lines that leave circles) to release an electron. Once the electron is lost, the atom can not be combined with other atoms in a normal way ... This poses serious problems when it occurs in the human body ... An atom which is missing an electron , Is not a valid cell ...

Larry: The cellular function is disrupted, the DNA chain is broken and the cell undergoes changes ... ...

Don: So cancer?

Charlie: cancer, leukemia and a large number of diseases Immunocompromised ...

Larry: I have a question. Those in possession of the truck did they know what they intend to do with the waste?

Don: Nothing good, that I can assure you. But they might want to make a "dirty bomb".

Larry: It's true that the term "dirty bomb" is already an aberration, but the purpose of this kind of gear is the dispersal of radioactive material ...

Charlie: Exactly!

Don: In a radius of how many?

Larry: It depends on the quantity and the power of the explosive used ...

Charlie (returning to his blackboard): Taking an explosive power average, as 15 or 20 kg of TNT ... It's (making the calculation in table) ... for a quantity of radioactive material containers of 3, right?

Don: Yes, 3.

Charlie: So for 500g of Cesium 137, there is much agree?

Larry: Without forgetting to take into account rain, wind and specific topographical ...

Don: If it does not rain and that the bomb exploded in the center?

Charlie: No rain and the city center ... The dispersal area covers approximately 26,000 m2 ...!

Don: So, between 25 and 30 km2, we agree ... A whole neighborhood?

Charlie: Maybe even two, depending on the bomb ...

 

 

At the headquarters of the FBI

 

Terry and David interview the two remaining drivers. 

Terry: What was your route?

Driver 1: Direct ... up to Carlsbad.

Terry: Who chose him?

Driver 1: Our company is the leader of employs transport them. It takes into account weather, traffic ...

Driver 2: It avoids crowded areas, stuff like that, you see?

Terry: Apart from the transport chief, who knows?

Driver 1: Nobody! We shall communicate only two hours before we leave.

Driver 2: Yeah! It is not at all something camouflage! On the contrary, there's "radioactive attention" throughout the truck.

David: Before you decide you do not notice if you followed?

Driver 1: No! And that it's part of my job, mirrors ... and if I have a doubt, I call.

Terry: And the driver who disappeared?

Driver 1: Who? Ray?

Terry: Yes, Ray, do you know?

Driver 1: It was several transport with him.

Terry: Which of you wanted to stop?

Driver 2: Well, it's him! But I see what things change? Y'en that must be a beginning.

David: Do you think he could return to the car without being noticed?

Driver 1: You think Ray is involved here?

Terry: It was the car traffic. In your opinion, Raymond sites he had the opportunity to do so?

Driver 2: It is out smoking a cigarette ... but ... say, one minute.

 

Later, 

Terry (back Don): Hey, Don?

Don: Yes!

Terry: What was said Charlie?

Don: We must find the truck.

Terry: It was something about the driver disappeared.

Don: Go ahead.

Terry: A year ago, Raymond Sites worked in another airline. He was referred for consumption of illicit substances ...

Don (looking at the record of sites): Amphetamines.

Terry: Yes, to stay awake during long journeys.

Don: How guys of Energy were to miss that?

Terry: Upon his return, he agreed not to bring to his record ... Look at his bank account ...

 

Later, Don and Terry questioned the wife of Raymond Sites.

Terry: Please be moved, Ms. Sites.

Ms. Sites: From nothing, but your staff does not really let me choose!

Don: Your husband called you today?

Ms. Sites: Ray? No, it is on the road. Why you talk about Ray?

Terry: The truck your husband has disappeared this morning.

Ms. Sites: How it disappeared? Where is Ray?

Don: That is precisely what we want to know.

Ms. Sites: But you do what it takes to find that?

Terry: If you stole the truck from your husband, because of its cargo.

Ms. Sites: ... Oh, I was always terrified by nuclear power ... I am always for him ... but I never imagined that I ...

Don: Madam, we believe that your husband may be involved ...

Ms. Sites: No! It is impossible, not Ray!

Don: We know what happened to his former position.

Terry: We also know that he deposited a check on your joint account in the amount of $ 25,000 ... Therefore ...

Don: And this is not his employer who did this check.

Ms. Sites: He led day and night, then he need ... a product for not asleep ... When it became a problem, his boss is rid of him ... You can not know everything we went through ... It has taken time to find a job ...

Terry: Ms. Sites, if your husband is involved and that people are being killed ...

Ms. Sites: No! This is not what you think ... They lied ...

Don: Who has lied?

Ms. Sites: Ray was contacted by men I do not know who ...

Terry: There has long?

Ms. Sites: Maybe 6 weeks, I would say. They said they belonged to a group of opponents of the transport of nuclear waste by road, they wanted a peaceful non-violent. Blocking the road shouting sloggans ...

Don: And they gave him $ 25,000 for that?

Ms. Sites: It was supposed to call them his itinerary ...

The phone rings Don.

Don (rising to meet): Excuse me.

Terry Ray told you how they called?

Ms. Sites: Not.

Don (by telephone): Eppes!

Ms. Sites: Believe me, you do not know Ray, it never does something dangerous for anyone else ... It was just ... it was so needed money ... I beg you to believe me, the victim, he is ...

Don (by telephone): Okay. (hanging) Terry? (from Terry) The sheriff has just discovered her husband. 

  

At the scene of crime

David (the sheriff): Yes, it is the driver that we seek.

Sheriff: I'll see if we found something.

David (Don examining the body): The sheriff's office received an anonymous call there an hour.

Don: A single bullet in the head. If we were wondering if these men were ready to kill ... we have the answer.

 

At the headquarters of the FBI

 

Before the table that gathers all the pictures, Don hangs a picture of Ray Sites.

Don: It turns out that his wife was right. Raymond is a victim.

Terry (arriving): This is the forensic report, it does not console his wife, but the bullet that killed Raymond Sites has shortened his life a few years ... He had tumors along the column vertebral.

Don: When we spent months breathing nuclear waste ...

Terry Hauser And speaking of leaks safe!

Don: And ballistics, what happens?

Terry: 9 millimeters. Weapon not listed.

David (hanging up the phone): There's something new. Sheriff's men have found two mobile phones at the scene, that of Raymond Sites and another unregistered, fake serial number but with a message on the voicemail. 

Listen to the message of the laptop.

Distorted voice: We have a truck you need, it will cost you $ 20 million to recover. If you refuse to pay, we will explode containers in Los Angeles. If you force us to get there, you know the consequences. You have 12 hours to find the money. We'll give you an account number and how to proceed.

David: The appeal was past it are 53 minutes ...

Terry: This leaves us only 11 hours.

Don (audio technician): You can draw something?

Technician: Mobile phones are a problem. Digital transmission is low resolution which blurs the characteristics of the votes ... and more, companies compress the message not to memory, it strengthens the camouflage.

Don: You can not tell us?

Technician: No trace of accent, white man between 25 and 45 years ...

Don: So they are not foreigners?

Technician: No, I do not think so. If I had more time, I could ...

Don: No, it's going, I cromprends. Forwards it and resume your work.

Technician: Okay.

Terry: If they want to detonate a dirty bomb, they need more than nuclear waste.

Don: We will check all places where there are explosives ... construction sites, military bases and wholesalers fertilizer.

 

At the office of Don, Charlie finds his brother.


Charlie: So this is a dirty bomb?

Don: No, for now, it's just a threat.

Charlie: But we do not know where?

Don: Preferably where it will take more damage ... We just know that it will be in Los Angeles.

Charlie: Los Angeles!

Don: Is it possible to predict what would be their target?

Charlie: There's tons of variables to consider ... But we know more than they believe, for example, we know that their target is urban ... we know that they will have to move drums waste ...

Don: If it explodes in urban areas, they will have to cross dam, which is taken into account in the choice of the place ...

Charlie: The physical flexibility can sometimes hide the mathematical rigor, if you know what I mean?

Don: No, not at all, can you explain?

Charlie: By studying their criteria for choosing the place, I think I will have to take into account exactly the same variables they aim to find the perfect ... I must take into account the weather, but wind , Topography, population density, traffic and road not forgetting the time which is 11 hours.

Don: Yes ... or rather 10 hours and a half!

Charlie: 10 hours and a half! Oh no, that would give me satellite images of the city with the data and I'll make a list ... but I miss a variable ... the type of explosives they use to quantify the impact ...

Terry (sitting at his desk): Don! A researcher in the Department of Energy called the alert after internal've been given. Some time ago, two men came to ask him questions on nuclear waste ...

Don: You think it's a link?

Terry: They talked mainly of Cesium 137. 

  

At the office of Dr. Cris Carlyle

 

Terry and David meet l 

Dr. Carlyle: They asked many questions, especially on isotopes.

Terry: Is that why they said they wanted this information?

Dr. Carlyle: They were researching a scenario ... we live in Los Angeles, I did not suspicious ... then I read the internal alert ...

Terry: And they have alluded to Cesium 137?

Dr. Carlyle: Oh no, Cesium was my idea! My lab expériemente Cesium in a generator as a source of energy for a probe Space ... It's an isotope that m'es familiar!

The computer of Dr. Carlyle warns of the message.

Terry: Are they hit something in your office?

Dr. Carlyle (looking at his computer): One had a soda in his hand ...

Terry: Nothing else?

Dr. Carlyle: No ... Wait ... a book ... As I recall it was the biography of Louis Slotin (approaching its library).

David: Do not touch it, you can just show us.

Dr. Carlyle shows the book.

Terry: Who is Louis Slotin?

Dr. Carlyle: One of physicists from Los Alamos, he took care of the radioactive material Manhattan Project. It s'intérogeait on the chain reaction it triggered accidentally.

David: And how it went?

Dr. Carlyle: Well, Slotin worked to separate two hémiphères plutonium unstable with a screwdriver. The screwdriver fell hemispheres were joined and have generated a stream of radiation ... He used his body to protect other scientists and died nine days later ... Total disintegration of the internal functions.

 

Among Eppes

 

Charlie and Larry working on data provided by the FBI and the plans of Alan.

Alan (arriving): Charlie? Are you there? Salvation, then the geniuses, what do you do?

Charlie: Hi Dad.

Alan: Say So, what my old city maps are on that office? (to air alarmed Charlie) What happened?

Charlie: Well ... it is supposed to talk to anyone.

Larry: Charles, maybe it would be better to inform your father of the impending Armageddon ...

Alan: Armageddon?

Charlie (Larry): I remember that owes nothing to say ...

Alan: You have spotted an asteroid that darkens toward the earth?

Larry: There are thousands but there are tens of years for them ...

Alan: Charlie, you can tell me what he's talking about?

Charlie: What, you know ...

Larry: There's a truck carrying nuclear waste which has been stolen, it happened yesterday.

Alan: What? ... A minute! ... Why nobody has talked to about?

Charlie: Because nobody is aware!

Alan: How is this person know? And how do the people to protect themselves?

Charlie: First, to begin with, we are not sure whether a bomb ...

Alan: A bomb!

Charlie (launching a black light to Larry): ... And we know where it will explode, if it explodes!

Alan: I hope not! But if all people were going as fast as possible, the farther from the city, that they might save their skin!

Larry: But it's not so obvious. We must know the wind direction ...

Charlie: Evacuate the city without the information would cause a huge panic ...

Alan: Well I speak here on behalf of the masses and I refuse a dark scratch paper decides in my place. (incorporating its plans) Thank you for your attention ... What you play with my plans (Alan s'éloingne to watch his shots).

Charlie (Larry): You can tell you that rates not ... We should not say anything ...

Larry: This is not ...

Charlie: It is the National Security ...

Larry (Alan showing that examines the card): This is an urban planner as I know!

Charlie: And Dad? ... We need you!

Alan: What do you need me ... I'm not physicist me! And even less an expert in contamination.

Charlie: But you're a planner ... you know how to divide the population ... and you know them by heart.

 

At the headquarters of the FBI

 

Don arrives and briefe his team.

Don: Your attention please, you are approaching. (showing a photo of a man) was a suspect possible, we found his fingerprints on a book. It is named Daryl Greth, Gerth, white male, 25 years. It took 5 years for attack armored van. I want a list of all his former partners, accomplices of the lesser robbery. We must find as soon as possible. On!

Terry: Don? Come see. 2 kg of C4 and a half have disappeared from the naval base in Seal Beach.

Don: And we know since when?

Terry: They are inventory every 15 days, the last dating back to 8 days, so a week.

Don: Well, who has access to explosives on that basis?

Terry: Civilians under contract, soldiers, maintenance ... they all have access.

Don: I need the list. Imagines that this is the same, they have the nuclear waste and explosives ... So they have a dirty bomb.

David (arriving): The controller judicial Gerth has not seen for a week. No known address, but found his old family home.

Don: Well, bring them here and interrogue them. I warn Charlie for the C4 is the variable that was missing. 

Terry and David interview Mr Watson, the father of the family home Gerth.

Mr Watson: Sometimes, when the fate of where they are, the damage is already done and what we do, it changes nothing.

David: Darryl behaved badly.

Mr Watson: All the time! And like that enough, it had to other causes. A Y'en that they did have a lot of trouble ... including our son. Mark was arrested 16 years for aiding a Darryl steal money.

Terry: We are looking for Darryl, your son has remained in contact with him?

Mr Watson: No! Fortunately, they have no right to see, in order of the judge! Mark is in the navy, it will return to the right path.

David: What naval base is your son?

Mr Watson: Uh, Seal Beach, stock weapons I think ...

David (Terry): This is the base where the explosives were stolen.

Mr Watson: What? You can tell me what happens?

Terry: Where your son lives? On the basis?

Mr Watson: No, he has an apartment in Fullerton.

Terry: Thank you very much.

 

At the apartment by Mark Watson 

 
David and Terry come into broke through the door.

David: Nothing in sight!

Terry: Nothing in sight!

David Terry, come see. You smell that smell, a little mint? There gaisseuse of cellophane and (picking up a paper in the trash) just watching that! Of C4!

 

At the headquarters of the FBI 

 
Terry (arriving): The existence of the bomb is no doubt.

Don: Even like that, you know.

The mobile phone found at the scene of the murder of Ray Web rings.

Technician: Agent Eppes! This is the laptop.

Don (the technician): Put the loudspeakers. (by telephone) Here Agent Eppes.

Distorted voice on the phone: Take a pen, Eppes. I'll give you an account number. Make the transfer as soon as I hung up.

Don: A second, you said 12 hours is barely 6 hours. We need more time ....( nobody answers) Are you there?

Voice: There may be a little more motivation ...

Don: No! Listen!

Voice: Downtown ... in an hour.

Don: We need a little more time ...

Voice: One hour, we stay in contact. (Communication is cut)

Don (on the phone with Charlie): Charlie, I need an answer now.

Charlie (on the phone, currently working in the garage of the house): I thought we still had 6 hours ahead?

Don (by telephone): They have changed their plans.

Charlie (on phone): What! (Alan and Larry) Don wants an answer now.

Larry: We have algorithms to test variables to explore ...

Charlie: Yes, I know.

Don (by telephone): Charlie?

Charlie (by telephone): Okay, it was found 7 ... a potential target in Westwood, two in Century City ...

Don (by telephone): In downtown! Only the center!

Charlie (by telephone): That center! So downtown, we identified two ... The first is the Driscoll Plaza and the other is Angeles Square.

Don: Angeles Square? (to Charlie) a minute ... (surrounding targets on a plane) and The Plaza Driscoll Angeles Square ...

Hauser: Two is enough. It does not have enough men or time to evacuate two areas at once.

Don: That's true.

Hauser: Even if we blocked the traffic lights, could not evacuate everyone in time.

Don (by telephone): Charlie, you must select one. You have to give us that!

Charlie (Alan and Larry): They need one!

Larry: Statistically, it has almost achieved the same probability ...

Charlie (on phone): Mathematically, there is no reason to choose one over the other ... (to Alan who takes the phone from the hands of Charlie) But what are you doing?

Alan (on phone): Don, you take Angeles Square.

Don (by telephone): Dad? But what do you know? Charlie said that the two are mathematically ...

Alan (on phone): I know what Charlie, but I know this city. I choose Angeles Square!

Don (by telephone): And you can tell me why?

Alan (on phone): Because of the height of buildings! It creates a sort of corridor ... an urban canyon. The air rushing between the buildings prevail radiation much further ... If I wanted to do the most damage possible is what I choose! Square Angeles, I tell you!

Don: Okay, it evacuates Angeles Square is left.

 

A Angeles Square

 

Firefighters, police, FBI agents evacuate all persons on the ground. 

Don (to empty space): All buildings were evacuated, more than 15 minutes is strange that they had not reminded us.

David: Yes, the demining team is hard at work, but the bomb can be hidden anywhere.

Terry: It's a pretty surface.

Don: There was no choice. We must do everything we can.

Hauser (arriving): Watch your watches. We must leave the area at least 5 minutes before the scheduled time, right?

Don: Everyone has understood, it is in minutes what happens.

Terry (leaving): OK.

David (leaving): Heard.

 

Under the eyes of Don, a bomb exploded in a garbage can that deminers approached.

 

Don (being examined to detect radioactive presence): One knows the extent of the damage?

Agent of the Department of Energy: Two of our men are in bad shape ... critical condition. At that distance you find yourself in the explosion?

Don: Between 25 and 30 meters

Terry: We were close.

David: Our ears are still blocked.

Agent of the Department of Energy: I do not detect any radiation on any of you.

Terry: Thank you.

Don: That means it was not a dirty bomb.



At the headquarters of the FBI 

 
Terry (hanging): The experts completed analysis of the bomb. They found no trace of Cesium 137 or other radioactive material.

Don: They always waste.

David: So, why not have used? Raymond Sites was assassinated, they have killed to get this cargo truck.

Don: It's true, and more, all they have done, was planned long ... and they have pushed the timming. First, they say 12 hours, then 1 hour and detonate the bomb before.

Terry: And why have not they recalled? We had no chance to pay?

Don: And if they never wanted to disperse the Cesium? If I point a gun between your shoulder blades you m'obéis ... What counts is not the weapon, but that you think I have one.

Terry: They wanted think they had a dirty bomb.

Don: They stole the truck in order to attract our attention in order to get what they wanted.

David: That's to say? Get what?

Don: Let evacuates Angeles Square.

 

Among Eppes

 

Alan: We do not have too bad out today?

Larry: Today was a good day, but what about tomorrow?

Alan: Of course ... I think I understand better why you love so much working with Don. It is rather nice. (watching Charlie completely off) Charlie Ca va pas? You have your head on bad days, when you're obsessed with something?

Larry: I agree, you are a little disturbed?

Alan: You want me to have you ... ripped the phone?

Charlie: I was going to tell him the Driscoll Plaza ... Before you m'arraches the phone, I wanted ... I had chosen the Plaza Driscoll and I wrong.

Alan: Oh, it's not surprising, since I do not t'avais variables that ... Yeah, the height of buildings ... If you happen to deceive is that your head is not a criminal ... Obviously, it's different for me.

Charlie: I was wrong.

 

At the headquarters of the FBI

 

Before a map of the area.

David: Why do we want evacuates Angeles Square?

Terry: And why not tell us directly?

Don: Because we are speaking of City Center, they told us, but not raising the pressure. There's always something in the neighborhood.

David: Gerth is a thief, then what they wanted?

Terry: There is the diamond, it is necessary that it justifies such a story.

David (looking at the map): It is outside the evacuated area.

Don: There's not only banks (pointing a building on the map) What is this building? The number 2215?

David (outgoing info): Well, there's offices, two agents of change and Aronson company, restoration of works of art.



At Aronson

 

Terry: If I think your assistant, nobody knows what you work.

Ms. Aronson: Given the importance of paintings, works better avoid publicity. All major museums are aware, as well as the most avid collectors. (typing code into a secured room)

The door opens at the back of the room, the safe was opened.

Ms. Aronson: Oh no! I closed room safe myself, despite the bomb and the screams of the police absolutely insane!

Terry: You're sure?

Ms. Aronson: I tell you that I closed it myself.

Don: Okay, especially not touch anything!

Ms. Aronson (arriving in the trunk): Oh no! It is not possible! They have all disappeared, everyone!

Don: Ms. Aronson, tell us precisely.

Ms. Aronson: All the paintings were missing.

Don: I know precisely what is missing?

Ms. Aronson: Six Van Gogh Museum in Los Angeles, and two Rembrandt, a Degas.

Terry: For how much?

Ms. Aronson: Whatever money, the paintings are insured, but symbolically ...

Don: We need an approximation of the amount.

Ms. Aronson: I do not know ... I would say about 100 million dollars.

David: The security system through the basement. The evacuation has allowed them to do whatever they wanted.

Terry: The streets were blocked, how have they been able to get it all in secure area?

Don: They were already there. (Outgoing trunk and observing the equipment used by the rioters) Well, we must examine everything.

 

At the headquarters of the FBI

 

David: One of the real estate agencies of buildings where the theft took place formally identified Gerth. Two months ago, she rented a room at ground floor. The lease was established on behalf of Donald Garrity.

Terry : Garrity? This is the name that appeared on the check by Ray Sites.

Don: He used the same pseudonym. Where is the list of rental vehicles.

David: They should monitor through the window until everyone would go ... and they had to use that! We got rolling.

Don (peeling the list of rental cars): Bingo! Garrity has rented a van over 7 meters in Homewood, California.

Terry: More than 7 meters? What transporting containers.

Don (giving the list to Terry): Oh, please, phones to see if an address on the contract.


At the address found by Terry

 

Police (on radio): To all the teams, be very vigilant presence of radioactive material over the area.

Agents of the Department of Energy (on radio): Roger ... Nothing to report.

Don: Well, nothing to report. Come on.

Officers from the Energy Department to go and leave room for the team of Don. At the door, everyone is ready to enter.

Don: Three, two, one ... Here we go! (Entering) the FBI, nobody moves, not a gesture ... Lie flat on the floor!

FBI men manage to arrest three men and found the rented truck.

Terry (opening the door after officials of the Department of Energy have verified that there was no radioactivity): There's nothing!

David: The containers are not.

Don (a man who puts handcuffs): Where is the Cesium?

Terry: Don, I have the paintings.

Don (the same man): Look at me. Where is Cesium? Tell me where are the containers?

Man (smiling): I do not know what you talking about, man.

Don (putting man standing): Go ... en route there.

 

At the headquarters of the FBI

 

Daryl questions don Gerth 

Don: I can also put you back on the murder of Raymond sites, theft of nuclear waste and the bombing. If you're lucky, you finish your days in a maximum security prison.

Gerth: You believe that?

Don: If you're lucky! I want to know where the waste.

Gerth: It's good. I also want something.

Don: And what do you want?

Gerth: First, I want you to let me leave ...

Don: You can always dream!

Gerth: Too bad! ... Because it is not easy to find a dirty bomb ... What? ... You think I had no backup plan?

 

Terry interviews Mark Watson

 

Terry: Explosives were looted from the Center for Naval Armament is the basis which you live. Raymond Sites, the truck driver, was shot in the head. It is a particularly horrible murder.

Watson: I have nothing to do with it, I was not even there.

Terry: Here or not, you are complicit ... Mark, the only way to get away, is to help us find the waste.

 

Outside the interrogation rooms.

 
Terry: The small marine died of fear, but nothing.

David: Mine either, he speaks not.

Don: And Gerth believes he will be able to exchange drums against an exit permit ... I just had an idea. From the beginning, considering that the waste are no longer in the truck ... but if we were wrong? If the containers were still in the same truck that day they were stolen?

David: As you said, simply believed that they have thought out to have a bomb.

Terry: This would explain why the van was not irradiated.

David: The truck is still in the perimeter, he could not escape.

 

Among Eppes

Charlie: Larry and I were doing research on the detection of radioactivity, from sensors installed on helicopters and from various locations on the ground, could delineate the area are hidden nuclear waste.

Don: Oh, it's that! How long?

Charlie: Oh, something like a week, or perhaps both.

Don: A week? The truck has leaking radioactive, you know?

Larry: He is right Charles. These drums were not designed to contain Cesium-137 over a long period. And this material has a very insidious way of attack.

Don: Which?

Larry: Well, even in very small quantity, ingested or inhaled particles spread throughout the human body. They invade and destroy tissue. The longer the exposure and the poison of radioactivity is spreading ... It becomes a living dead!

Don: How it a "living dead"?

Larry: As people Technobyl ... We have nausea, vomiting, then you feel better ... we think it is better, but ... it's just a period of remission ... A week plutard is the internal bleeding ... And death.

Charlie: You say that you had arrested those who had stolen the truck, right?

Don: Yeah.

Charlie: They do not know where he is?

Don: Charlie, they refuse to say.

Charlie: This is without appeal?

Don: No, they try to use them as bargaining chips.

Charlie: It means they have a plan.

Don: They were separated, we try to mount against each other, but ...

Charlie: And if you can put them back together?

Don: Not Charlie! The suspects are alone in the darkness, this is how it works.

Charlie: I understand, but I do not you talk about that myself. I refer to something completely different ... Me, I'll talk about the so-called "prisoners' dilemma" ...

Larry: "The Game Theory".

Charlie: Exactly. Mathematics as selection criteria ... Getting the most out of a complex situation ... Well, for example ... Let's say two people have committed a crime. If none of it does, they will take one year. If one of them speaks, it will not be condemned and will take another 5 years ... ... If both talk, they take two years each ... Unless they are confident enough not to say ... Talking is the best strategy.

Don: I just tell you they all refuse to talk!

Charlie: Yes, but perhaps only because none of them do not see what others have to lose. 

  

At the headquarters of the FBI

 

Don entered the interrogation room where the three suspects are installed.

Don: Well, listen to me, we will do things differently. (Showing that between Charlie with a table) Here is Charlie Eppes, he is a professor of mathematics and eminent educator. We will try to know if among you, there is a good student.

Gerth: What's the plan suck?

Don: You, the firm you agree?

Charlie: Hi, messieux. What I will do today is show you a mathematical estimate of the risks you face. Ie actually quantify the different choices you have ... and their respective consequences.

Gerth: The only consequence is the number of people contaminated by radiation!

Don: Gerth, I tell you not twice.

Charlie (showing the table he sets): Okay, say that "G" is Gerth, "W" is Watson and "F" is Fitchmann. I of course take into account variables such as the respective ages of each of you, your record and your loved ones abroad.

Watson: Wait, what does that have to do that?

Charlie: Have the family abroad affects your motivation, right? Your desire not to go to jail?

Don: Gerth strikes trying to intimidate Watson.

Charlie (starting equations): Come on.

Gerth laughs very hard but the Don silenced with a single glance.

Charlie (around three numbers): Very well, we go. I begin. Fitchman, is your estimate of 14.9.

Fitchman: No laughing.

Charlie: W, yours is 26.4 and G. .. your estimate of risk is 7.9.

Fitchman: You can know what that means?

Don: It means that Mark has the most to lose to go to jail.

Charlie: That's exactly what it means.

Gerth (Watson): The not listening, Mark. Hey, look at me.

Charlie: Mark, it's the truth, mathematics prove it. You may the bigger you are the youngest, you have your parents, you have to find a place in society, your locker is the least responsible ...

Gerth: Save your saliva, right?

Charlie (Watson): You are younger, you have the greatest potential to succeed in changing course ...

Don: And the most to gain!

Gerth: Mark, tapping not old.

Don: Mark, I talked to your father ...

Gerth: Mark?

Don: ... For him, you're not a gangster, it's Daryl who had a bad influence on you. Mark, prove it to him, this is your last chance.

Gerth laughs.

Watson: Ok, I'll tell you.

Gerth (no more laughing): Mark?

Watson: t'avais saying that would harm anyone and you killed this kind without any reason.

Gerth: Shhh! I will kill you if you speak! I will kill you ...

Don: Hey, (agents who master Gerth) Get him out of here.

Fitchman: Hey, me too I will speak ... I had 14.9, I find it rather a lot ... I have a chance, right?

Don (to Gerth): So you thought I had no backup plan?

 

Besides, Mark Watson spoke.

Watson: The truck is in a disused factory in the 6th street.

Terry: I alerting the research teams.

Watson: Not a minute!

Don: What?

Watson: There's a guy who monitors. He called Baker, he has been in prison with Gerth before.

David (the resulting file Gerth): I, Carl Baker, an associate of Gerth.

Watson (see the photo of Baker): Yes it was.

Don: What are his orders?

Watson: Wait instructions Gerth ...

Don: Well, here we go. 

  

Given the factory in the 6th Street

Don (at Hauser): The truck is here?

Hauser: We're too far to know more.

David (looking through binoculars): No movement. The cabin door is open ...

Don: Well, here we go. (on radio) All units on advance. Approach with extreme caution. Our first objective is to secure containers.

Agents (radio): Roger.

Don (to officials close to him): Everyone knows what to do?

Agent: Yes, sir!

Don: Ok, you get ... go, go. (Front door) Loans? I order ... Three, two, one ... forward.

Before they could enter the truck driving over them.

Don: Move up!

The truck broke through the door and eventually stop outside.

Don: Hands up! I want to see!

Baker: Get back!

Don: Hands up!

Baker: Back off or I balance!

Don: OK, calm down!

Baker (operating the lift truck): I did not want me calm

The drums look dangerously toward the ground.

Don: Calm down, okay! (dropping his weapon): Wait (the officers): Back off, turn down your weapons ... (Baker) Carl, I just want to discuss that.

Baker: You let me go.

Don: It is impossible Carl.

Baker: It must.

Don: No, no, it is impossible.

Baker: Where is Gerth?

Don: It Gerth to you swinging.

Baker: No!

Don: If Carl.

Baker: No, he said nothing.

Don: If think, how could you find?

Baker twists in pain.

Don: Are you okay? You are sick? Huh? You vomit!

Baker: How do you know?

Don: These are radiation.

Baker: It really was not long before, but I'm going better.

Don: Listen to me. You will not better. You become an "mort". This shit will kill you if you are unwilling to treat. A medical team will take care of you.

Terry: Listen to what you said. It's your only chance to save your life.

Baker stops the engine.

Don: That's right. Exit the cabin gently. I want to see your hands. (Baker raises his hands) That is, show me your hands. That's still like that, (Baker down the truck) You will have to kneel (Baker collapses) Hold it.

Baker: Please, I need a doctor!

Don: Yes, OK Carl, we take care ... we go. (at Hauser) It's yours.

Hauser: Thank you a thousand times, let's go.

 

Before a restaurant

 

Don, Charlie and Alan leaving a restaurant.

Don: Oh, I assure you, it was really impressive these three tough Charlie and all that scribbling equations hallucinantes.

Charlie: "hallucinantes"? Thee it, Dad, equations hallucinantes! I made a model estimates used in banks to assess risk-taking in bonds. That's what I did!

Don: Wait, it's a compliment! The fact is they have thought hard as iron.

Alan: Don reason, the important thing is to have found containers.

Don: You should be rewarded for such performance.

Charlie: It was not a performance ... It was not bluff, but math ...

Don: Oh come on!

Charlie: The pure maths and hard ...

Alan: You want math (leaving his portfolios) The dinner cost 92 dollars, it is 30 each.

Don (also outgoing portfolios): How? Should I go to the dealer ...

Charlie: Sorry, I have not taken my portfolios ...

Alan: Oh it's bluff? I have always on me ....

 

End Credits

Kikavu ?

Au total, 31 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Emmalyne 
15.09.2022 vers 20h

whistled15 
20.01.2022 vers 17h

isadu35 
21.03.2019 vers 10h

kazmaone 
27.09.2017 vers 21h

miss1110 
11.11.2016 vers 23h

sanct08 
Date inconnue

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 5 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Angelgym34 
dangie 
loveseries 
nenette 
pretty31 
Activité récente
Actualités
Rediffusion sur Paris Première

Rediffusion sur Paris Première
Hé oui, la série Numbers est rediffusée à partir d'aujourd'hui sur Paris Première ! À partir de...

Charlie Eppes en danger chez Reign

Charlie Eppes en danger chez Reign
Ce mois-ci dans le duel du quartier Reign, Charlie Eppes se retrouve emprisonné avec Ben Stone...

Charlie dans la course sur The X-Files !

Charlie dans la course sur The X-Files !
Charlie est nominé pour obtenir un poste au célèbre service des Affaires Non Classées de la série...

Nouveau design

Nouveau design
Après plus de 4 ans passé avec un design violet, place au changement ! Cette fois, le design se pare...

Nouveau sondage

Nouveau sondage
Un nouveau sondage vient d'être publié sur le quartier ! On s'intéresse aux chiffres et à la...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
HypnoRooms

choup37, Hier à 11:18

Nouveau sondage Doctor Who, on vous attend

mnoandco, Hier à 15:05

Bonjour, 2 bannières sont en vote pour la dernière saison de Blacklist. Un p'tit clic, merci

sanct08, Hier à 19:19

Bonsoir, sondages et calendriers vous attendent chez Le Caméléon et The X-Files !

Luna25, Aujourd'hui à 10:26

Bonjour, nouveau mois sur le quartier Reign.

Luna25, Aujourd'hui à 10:27

Legends of tomorrow et Supernatural ont un nouveau calendrier, avec pdm et sondage en cours. N’hésitez pas à passer faire un tour.

Viens chatter !