73 fans | Vote

#205 : Le condor

Titre en vo: Assassin.

1ère diffusion dans le pays d'origine : 21/10/2005.

1ère diffusion en France : 11/08/2006.

Réalisateur : Bobby Roth.

Scénaristes : Cheryl Heuton, Nicolas Falacci.

Synopsis :

          Don découvre un code secret qui déclenche la poursuite du FBI contre un assassin déterminé à tuer un exilé colombien vivant maintenant à Los Angeles.

Popularité


3.75 - 4 votes

Titre VO
Assassin

Titre VF
Le condor

Vidéos

Petite partie en vo

Petite partie en vo

  

Plus de détails

205- Le Condor.

 

Los Angeles. Résidence troisième âge.

 

     Don et un agent entrent dans la résidence. Il est six heures et demie du matin et beaucoup de pensionnaires sont déjà levés. Dans un appartement, un homme d'environ quarante ans est assis à un bureau, en train d'étudier des documents parsemés de photos de différentes personnes. Une vieille femme, sa mère, l'appelle pour qu'il mange, il lui demande de ne pas l'interrompre dans son travail. Don et son agent sonnent à cet instant. Ils ont un mandat et pénètrent dans l'appartement malgré les protestations de la mère. Seulement, l'homme, Henry, après avoir mis le feu aux papiers, s'est enfui.

     Tout en éteignant les flammes, Don prévient Colby et David, à l'extérieur, qu'Henry Korfelt s'est enfui. Colby et David courent vers le parking, où la voiture d'Henry Korfelt s'apprête à quitter la résidence. Colby se place devant la voiture et tire deux coups dans le pare-brise. Henry s'arrête et les agents, rejoints par Don, le menottent.

 

Résidence troisième âge, plus tard.

 

      Dans l'appartement de Korfelt, Colby s'étonne de cette fuite ridicule qui ne pouvait aboutir. Korfelt risque deux ans pour falsification, quel besoin d'aggraver ainsi son cas ? David survient avec peut-être la réponse à cette question : il montre à Don tout ce que fabriquait Henry Korfelt. Pas que des passeports, aussi des cartes grises, des permis de port d'armes...un autre agent apporte à Don un carnet rempli de lettres et de chiffres. Un code, probablement. Don sait déjà comment en découvrir la clé.

 

A CalSci.

 

      Dans le bureau de Charlie, Larry s'essaye à la fabrication d'avions en papier qui ne volent pas très bien. Il ne comprend d'ailleurs pas pourquoi, Charlie affirme que c'est sur le onzième pli que ça cloche. C'est pour le concours d'Avions en Papier du Département de Physique, et Charlie interdit formellement à Larry d'abandonner, de faire son « Fleinhardt ». Larry n'aime pas ce nouveau terme, et Charlie, tout sourire, révèle que ses propres étudiants l'utilisent. Le cadet Eppes fait un autre avion et le tend à Larry, qui le lance...aux pieds de Don qui entre à cet instant dans le bureau. Il critique l'avion de Charlie, qui conteste, mais Don affirme que des heures de colle au lycée sont plus utiles que des heures de maths appliquées pour pouvoir faire un avion. Larry quitte le bureau pour étudier les conseils de Don, tandis que ce dernier se met à parler travail. Il veut savoir si Charlie peut trouver le code du carnet. Le mathématicien pense que oui, mais avec un peu de temps, c'est un code par transposition. Il en a déjà vu de ce type en travaillant pour la NSA : c'est un plan pour une opération d'assassinat.

 

Générique du début.

 

Au FBI.

 

      Don, David, Colby et Megan écoutent Charlie. Ils ne sont pas convaincus de son hypothèse d'assassinat sur le territoire américain, car il n'a décodé qu'une partie du carnet de Korfelt. Mais Charlie en est persuadé, il connaît la structure de ce code. Pour lui, l'assassinat prévu devait passer pour un accident. Le trafic de passeport de Korfelt suggère par ailleurs que l'assassin serait étranger, selon Megan. Ou le tueur doit entrer dans le pays, ou il y'est déjà.

 

Chez les Eppes.

 

      Charlie travaille dans la salle à manger sur le code d'assassinat, quand son père vient lui parler. Il tente de le convaincre de venir avec lui à l'anniversaire pour les 80 ans de la tante Irène, la tante de la mère de Don et Charlie. Ce dernier refuse catégoriquement : déjà Irène n'aime pas Alan, ensuite, la dernière fois qu'ils sont allés à son anniversaire, Charlie a dû danser un slow avec elle, et enfin, il a un concert ce jour-là. Alan est désespéré, il va devoir danser avec Irène.

 

Au FBI.

 

      Colby mène l'interrogatoire d'Henry Korfelt sous le regard de Megan, bientôt rejointe par Don qui veut savoir ce qu'elle pense du suspect, avec ses études du comportement : Korfelt vit encore chez sa mère, c'est un sujet intéressant. Megan se moque un peu en répliquant qu'elle en pense la même chose que deux frères qui vont dîner plusieurs fois par semaine chez leur père...Don le prend bien et rigole. Il rejoint Colby en salle d'interrogatoire.

      Korfelt affirme ne rien savoir à propos d'un meurtre. Mais les deux agents ont tôt fait de le faire craquer : Don annonce qu'ils ont compris, avec le code, qu'il a fourni véhicule, arme et passeport à un assassin, et Colby menace d'aller parler à la mère de Korfelt, qui est cardiaque et doit éviter les émotions. Korfelt avoue : il ne connaît pas de noms, juste un nom de code : le Condor. Et la cible est un jeune Colombien, dont le père militant a été tué dans leur pays.

 

Au FBI, plus tard.

 

      Grâce à la liste des immigrants colombiens, Megan a retrouvé l'homme correspondant à la description d'Henry Korfelt : il s'agit de Gabriel Ruiz, vingt-quatre ans, étudiant en cinéma, sans problèmes. S'il est une cible, c'est parce que son père Raul Ruiz, militant réformateur, et son frère aîné Estevan, ont disparu trois ans plus tôt, et que leurs corps ont été retrouvés il y'a un mois. La découverte des corps a fait ressurgir l'affaire, et réapparaître le fils survivant...qui se retrouve en danger, le tueur de son père et son frère pourrait vouloir en finir avec sa famille.

 

Chez Gabriel Ruiz, Los Angeles..

 

      David et Don rencontrent le jeune Colombien, qui habite une maison au bord d'un canal. Gabriel avoue ne pas souhaiter retourner en Colombie, et de toute façon, il ne le pourrait pas, il a été exilé par le gouvernement, tout simplement parce qu'il est le fils de son père. Ce n'est un secret pour personne que le gouvernement colombien est corrompu par les cartels qui peuvent tuer tous ceux qui leur sont opposés. Le frère et le père de Gabriel sont morts à Bogota alors qu'il avait vingt-et-un ans. Il n'a aucun désir de revanche, aucune famille en Colombie, ses amis ont eu peur, il n'avait pas d'argent...il a refait sa vie aux Etats-Unis.

 

A CalSci.

 

       Charlie continue à étudier le code d'assassinat, écrivant au tableau toutes les variables. Amita vient le voir pour savoir s'ils mangent toujours ensemble. Charlie confirme, et annonce qu'il a les deux places pour le concert des White Stripes. Amita est étonnée par son tableau, et demande où il a appris tout ça quand il lui explique les variables d'un assassinat. Cependant, si Charlie lui dit, il doit l'éliminer. Amita pense qu'il plaisante, mais il est sérieux.

 

Au FBI.

 

       Don rencontre un agent de l'Etat Colombien, Maître Sonya Benavides, une femme sûre d'elle qui refuse d'aborder certains sujets comme le Condor. Mais elle finit par dire que le Condor est un protocole du passé, un pacte conclu dans les années 70 par six nations sud-américaines, pour tuer leurs opposants réciproques. Don est surpris. Le Condor utilise des tueurs formés, et selon Benavides, s'il a pour cible Gabriel Ruiz, la raison est simple. Ruiz est un nom puissant en politique colombienne, porteur d'espoir. Si Gabriel Ruiz doit être tué, c'est parce qu'il pourrait prendre la suite de son père dans la politique. Cependant, son meurtre ferait scandale en Colombie. Conclusion : il faut le déguiser en accident.

 

A CalSci.

 

       Megan et Don surgissent dans le bureau de Charlie pour lui annoncer que l'assassinat devra ressembler à un accident. Charlie s'en doutait, mais peut ainsi ajuster ses variables. Le déchiffrage prend une allure de cache-cache version mathématiques. Après une explication que Megan et Don ne suivent pas vraiment, Charlie parvient à leur faire comprendre que le tueur est limité en lieux et méthodes, s'il doit faire passer le meurtre pour un accident. Il faut ensuite trouver ses opportunités et calculer les probabilités qu'il les saisisse. Charlie pourra mieux les calculer s'il connaît les capacités du Condor. Megan  et Don doivent pour cela parler à Korfelt.

 

Prison fédérale.

 

       Korfelt, encadré de policiers, doit être transféré. Il semble pressé de gagner la véritable prison. Malheureusement, à peine est-il sorti du bâtiment qu'un coup de feu retentit et le touche. Un sniper attendait.

 

Devant la prison, plus tard.

 

      David annonce à Don qu'ils n'ont trouvé aucune trace du sniper. Colby les rejoint, déclarant que la balle a traversé le gilet pare-balles de Korfelt qui pouvait pourtant arrêter les balles rapides. Celle-ci a été tirée d'un Tungstène de 308, genre d'arme quasi impossible à trouver dans le coin. Le Condor attendait que Korfelt sorte, personne n'a rien vu venir. Don veut que quelqu'un reste avec Gabriel Ruiz pour le protéger.   

 

A CalSci.

 

       Larry, comme Amita tantôt, s'étonne que Charlie ait autant de données et de connaissances sur l'assassinat. Charlie réplique qu'il a un ami à la NSA qui a un ami à la CIA...Larry comprend qu'il ne faut pas poser de questions. Il reprend les données : la mort devant sembler accidentelle doit être donnée par des méthodes ancestrales : noyade, asphyxie...même la défenestration, rappelle Larry. Charlie ne connaît même pas ce mot, Larry jette donc une boulette de papier par la fenêtre pour lui montrer ce que c'est. Charlie y avait bien sûr pensé, même, il avait calculé que pour être certain de tuer un homme ainsi, il fallait le faire tomber d'au moins vingt-trois mètres sur une surface dure. Mais Larry remarque un manque de données : ils ont l'emploi du temps de Gabriel Ruiz, mais pas ses habitudes, ses manies...Charlie doit aller lui parler et se lève aussitôt.

 

Au FBI.

 

      Colby et David étudient le profil de Korfelt. Il n'avait pas utilisé ses cartes bancaires depuis trois semaines, comme s'il avait fait profil bas. Au fil de la conversation, David interroge Colby sur l'Afghanistan. Colby avoue que ses diplômes lui ont évité le front, et qu'il a rejoint le FBI grâce à sa solide expériences en techniques d'interrogatoire, utilisées en Afghanistan...

        David remarque soudain un oubli de leur part : ont-ils vérifié les cartes bancaires de la mère de Korfelt ? Colby répond oui, mais qu'ils ne l'ont pas étudié. David sort le dossier, et découvre la même librairie de Melrose cinq fois en deux semaines dans la liste des paiements. La librairie est à quelques rues du consulat colombien. Korfelt y avait-il un contact ? David propose de relever la liste des employés du consulat, pour voir si Gabriel Ruiz y trouve des noms liés au meurtre de sa famille.

 

Devant le FBI.

 

       Don ne veut pas laisser Charlie aller voir Gabriel Ruiz à cause du danger, mais son frère insiste tellement qu'il finit, à bout, par céder, néanmoins Charlie devra être accompagné d'un agent. La discussion bascule vers leur père et l'anniversaire d'Irène. Charlie reproche presque à Don d'être toujours occupé, si bien que leur père ne lui demande jamais rien. Don proteste. Ils se disputent à moitié, Charlie essayant de convaincre Don d'aller avec Alan à l'anniversaire, et Don rétorquant qu'il a un assassin à arrêter, alors que Charlie n'a qu'un concert en vue. Charlie plante Don devant le FBI en lui demandant d'y réfléchir.

 

Chez Gabriel Ruiz.

 

       Charlie, carnet en main, note ce qu'il remarque sur le terrain. Gabriel Ruiz n'est pas encore convaincu qu'il est réellement en danger. Au fil des questions de Charlie sur ses hobbies, ses habitudes, que le mathématicien pense toutes problématiques (en randonnée il y'a les accidents de chasse, les risques de chute, au café que Gabriel possède il y'a une chambre froide...), Gabriel finit par comprendre que quelqu'un lui en veut vraiment. Il engage la conversation avec Charlie, et après avoir compris que Don et lui sont frères, lui demande s'il n'est pas inquiet pour Don, agent du FBI. Charlie répond qu'il préfère ne pas penser aux dangers de ce métier. Gabriel réplique que lui non plus n'y pensait pas. Il était le frère cadet, comme Charlie, et son grand frère, Estevan, le tenait toujours éloigné de son travail. Gabriel comprend qu'il ne sera jamais en sécurité, quoiqu'il fasse, mais il ne veut pas de ça, de cette protection, de tout ce danger. Il laisse Charlie là en répétant qu'il ne veut pas de ce genre de vie.

 

Chez les Eppes.

 

      Dans le garage, Charlie ajuste les paramètres avec ce que lui a dit Gabriel. Larry s'intéresse à ce qu'il fait, mais Charlie trouve cela difficile. Dire à quelqu'un qu'il risque d'être assassiné...il a l'impression, en ayant parlé à Gabriel, de lui avoir enlevé tout espoir. Larry réplique qu'il a le choix entre avoir un résultat plus précis, donc sauver Gabriel, ou abandonner pour avoir moins d‘implication. Alan surgit, affirmant que Don a de la chance d'avoir les meilleurs cerveaux de Los Angeles à ses côtés. Mais le compliqué n'est pas vraiment les maths, ce serait plutôt l'humain, d'après Larry. Charlie, lui, s'interroge sur Don. Il réalise que le métier d'agent au FBI n'est pas facile, et demande à Alan s'il a déjà songé à dissuader Don de faire cela. Alan pense qu'on doit laisser les enfants faire ce qu'ils veulent...ce qui est difficile aussi.

 

Chez Gabriel Ruiz.

 

        David arrive à la maison, montrant sa plaque à l'agent de surveillance. Il demande où sont Gabriel et Charlie. L'agent répond que le mathématicien est parti, quant à Gabriel, il est dans la maison. David rentre mais ne trouve personne, et ressort. L'agent est surpris. David avise soudain le canal : un homme en combinaison, au milieu du cours d'eau, semble soutenir Gabriel Ruiz. David se précipite dans l'eau pour aider le plongeur, qui passait par là par hasard et ne sait absolument pas comment Gabriel s'est retrouvé ici, à sortir le Colombien de l'eau. Une fois sur la rive, David demande à ce qu'on appelle les secours. Gabriel est heureusement toujours vivant.

 

Au FBI.

 

       Don a réuni son équipe. Gabriel avait 0,2 grammes d'alcool dans le sang, avec des traces de diazépam, un relaxant musculaire. Charlie surgit en coup de vent et demande des nouvelles de Gabriel. Don le rassure : même s'il était inconscient au milieu d'un canal, il est vivant. Quand Charlie apprend qu'un plongeur le sortait de l'eau au moment où David est intervenu, il énonce la première règle d'un assassinat secret : être le premier à réagir. Charlie affirme que David a été face à face avec le Condor.

 

Chez Gabriel Ruiz.

 

       Remis de son « accident », Gabriel est interrogé par Don et David. Don lui reproche d'avoir faussé compagnie à l'agent qui le surveillait, tout ça pour aller au café qu'il possède pour manger et boire, et absorber une quantité assez grande de diazépam pour l'assommer. Gabriel réplique qu'il voulait juste se vider la tête, mais que maintenant il comprend à quel point c'était insensé. Il ne se rappelle de rien, pas même d'un éventuel agresseur. Don lui tend la liste des employés du consulat colombien. Gabriel la lit, prêt à entourer un nom en rapport avec sa famille assassinée.

 

Dans un café/librairie de Los Angeles.

 

       Don rencontre une nouvelle fois Sonya Benavides, la femme travaillant au consulat colombien, à laquelle il affirme que le Condor, le pacte, est réel, et qu'un assassin se trouve dans la ville. Il veut le nom de la personne en charge de l'opération. Car il n'a pas de doute : le bureau de Benavides est relié à l'affaire. Pour preuve, les relevés de cartes bancaires de Korfelt : il a payé cinq fois un café pour lui et une autre personne. A mots couverts, Don accuse Benavides. Elle rétorque qu'elle ne sait rien d'un complot, et qu'en aidant Don, de toute façon, elle trahirait un compatriote. Don réplique qu'au contraire, elle en sauverait un. Benavides s'en va.

 

A CalSci.

 

      Dans son bureau, casque de baladeur sur les oreilles, Charlie réfléchit, écrivant parfois au tableau. Don frappe à la porte mais avec sa musique, Charlie ne l'entend pas. Don l'appelle, le sortant de ses idées, et lui donne le nouvel emploi du temps de Gabriel Ruiz. Il a une routine plus stricte, mais cela ne sera peut-être pas suffisant pour contrer le Condor, qui va sans doute changer ses méthodes et chercher à dépasser ce qu'a prévu le FBI. Tout dépend du nombre de personnes impliquées, et de celles qui savent que le FBI est sur le coup. Don espère que Benavides va parler, mais il n'en est pas certain.

      Puis il demande à Charlie qui se remet au travail s'il s'est arrangé par rapport à son concert et à l'anniversaire d'Irène. Tout en cachant discrètement les billets, Charlie ment en disant ne pas avoir réussi à en avoir. Don lui reproche de ne pas mener sa propre vie, de trop prendre soin de leur père. Il lui propose un marché : Charlie l'aide à arrêter l'assassin, et Don va à l'anniversaire.

 

Au FBI.

 

       Megan rejoint Colby et David qui travaillent sur un nouveau nom trouvé par Charlie dans le carnet : W.Wells, un associé de Korfelt apparemment, seulement, ils ont trouvé quarante-sept personnes portant ce nom, dont trois avec casiers. L'un d'eux arrêté pour possession illégale d'armes semble le plus à même d'être lié à l'affaire, mais il ne semble pourtant pas avoir de rapport avec Korfelt. Mais Megan se demande si le Condor ne s'est pas procuré l'arme par Wells, ce qui explique que celui-ci soit dans le carnet de contacts de Korfelt. David annonce que ce Wells, Warren, n'a pas d'adresse, cependant le dossier mentionne un frère, possédant un magasin informatique à Los Angeles.

 

A CalSci.

 

       Charlie trouve Amita dans un couloir et lui apprend qu'il ne peut pas aller au concert pour obligation familiale. Amita semble un peu déçue mais, après que Charlie ait voulu lui offrir quand même les tickets, avoue qu'elle comptait se rendre à un séminaire à San Diego, ne pensant pas que Charlie allait avoir les billets. Tous deux semblent désolés de passer à côté d'un moment ensemble, puis ils se rendent à leurs bureaux respectifs.

 

Los Angeles West.

 

       Colby et David entrent dans le magasin informatique du frère de Wells. Tout en montrant sa plaque, David demande au jeune homme à l'accueil si Warren Wells se trouve dans les parages. Alors que l'homme se lève pour aller voir, Colby bondit par-dessus le comptoir et lui demande de rester assis. Les deux agents dégainent leurs armes.

       Pendant que David tient en respect le frère de Wells, Colby se rend dans l'arrière-boutique, et se trouve nez-à-nez avec Warren qui le tient en joue. Colby le menace et lui ordonne de poser son arme, mais Warren ne cède pas. David vient aider Colby, se plaçant juste derrière lui. Face à deux armes, Warren capitule et pose la sienne. Colby le menotte aussitôt en faisant remarquer à David que si celui-ci avait tiré, il l'aurait rendu aveugle. David plaisante en répliquant qu'il n'aurait eu qu'à fermer les yeux. Ouvrant une boîte, il découvre deux armes, de toute évidence illégales.

 

Au FBI.

 

       Megan et Don observent Colby mener l'interrogatoire de Warren Wells. Celui-ci a fait l'armée, puis a travaillé dans une fabrique d'armes, avant de mener un trafic pour particuliers, d'armes rares et sur mesure. David survient avec les photos d'une arme très particulière dont il a retrouvé les balles chez Wells. Des cartouches de FRAG-12, explosives, à haute fragmentation. Cependant, pas de trace de l'arme, un fusil automatique de combat avec piston à gaz. Pour un assassinat rapide et aisé, l'arme semble prédestinée. Tout indique que le Condor la possède.

 

Au FBI, plus tard.

 

       Le fait que le Condor possède et veuille utiliser cette arme change toutes les données. Voilà la conclusion de Don et Charlie, qui discutent tous deux des nouvelles possibilités du Condor. Utiliser une arme comme celle-ci multiplie les opportunités et ne fait plus de l'assassinat un secret. Les chances de réussite du Condor sont aussi décuplées.

       Megan arrive avec un rapport : la boutique de Wells -informatique- a eu un nouveau client deux semaines auparavant : le consulat colombien, qui a acheté six ordinateurs. Il y'a un lien entre le fournisseur d'armes du Condor et le consulat. Une personne de là-bas dirige peut-être l'opération. Charlie pense qu'il y'a là un lien à exploiter. Utilisant comme exemple le jeu d'échecs, il montre à son frère et Megan qu'il faut jouer avec le Condor mais en faussant les données de l'assassin. En conclusion, monter une embuscade. En utilisant Benavides, ils peuvent fournir une fausse information à l'organisateur caché au consulat, et ainsi pousser le Condor dans un piège. En admettant bien sûr que quelqu'un du consulat soit à la base du complot contre Gabriel Ruiz.

 

Dans une rue de Los Angeles.

 

       Don informe Benavides que Gabriel Ruiz rentre en Colombie. Elle ne comprend pas comment, il a un mandat d'exil. Don réplique que ce mandat sera levé dans 48h suite à un arrangement et lui donne tous les détails de l'opération inscrits sur un papier officiel, déclarant qu'en attendant, Gabriel est sous protection du FBI.

 

Au FBI.

 

        L'équipe prépare son embuscade. En espérant que Benavides ou quelqu'un d'autre au consulat soit le contact du Condor, ils ont réduit les possibilités et le temps pour agir de celui-ci. Le temps, et l'espace. Il va forcément se montrer. Des agents seront placés stratégiquement pour faire croire à un accès dégagé. Ils entrent dans le jeu du Condor et souhaitent bien gagner.

 

Dans une rue de Los Angeles.

 

       Des agents sont postés autour d'immeubles à l'aspect assez pauvre, et dans la rue. Dans un appartement de ces immeubles, David et Colby surveillent Gabriel, qui est nerveux. Il craint que le tueur ne se montre, mais a aussi peur que le FBI se trompe et que le Condor ne surgisse pas. Colby le rassure, le lieu est protégé.

 

Dans l'appartement, plus tard.

 

       La nuit est tombée. Un homme vêtu de noir et muni d'un fusil accroché dans le dos est sur le toit de l'immeuble. Regardant autour de lui, il descend une échelle, jusqu'à l'appartement de Gabriel Ruiz. Il utilise une gouttière pour se glisser par la fenêtre. Epaulant son fusil, il observe l'intérieur de l'appartement plongé dans le noir, s'avance...Don, David et Colby surgissent, lui ordonnant de lâcher son arme. Mais le Condor n'est pas décidé à obéir et Don est obligé de l'abattre au terme d'une fusillade. Le Condor meurt sans avoir lâché le nom de son commanditaire.

 

Dans la librairie/café.

 

        Don retrouve Sonya Benavides. Elle affirme être ravie que le FBI ait tué l'assassin et ait sauvé la vie de Gabriel Ruiz. Don ne la croit pas une seconde. Ils savent tous les deux que tant que le commanditaire est dans la nature, Gabriel Ruiz n'a aucune chance de s'en sortir. Don déclare que le gouvernement est prêt à partager ses informations avec le gouvernement colombien. Mais Sonya Benavides n'est pas d'accord, pour la bonne raison que les meilleurs tueurs de Colombie sont formés par la CIA américaine...les problèmes incombent aux deux pays.

 

Au FBI.

 

        Megan, Don, Colby et David s'interrogent sur l'identité du Condor. Ses empreintes ne sont pas plus dans leurs fichiers que ceux d'Interpol. On dirait presque un fantôme. Il est mort, mais il y'en a d'autres comme lui. Peut-être que Gabriel n'a réellement aucune chance de s'en tirer...

 

Chez Gabriel Ruiz.

 

        Charlie et Gabriel discutent tout en marchant sur un pont au-dessus du canal. Gabriel remercie Charlie et lui annonce sa décision de partir en Colombie maintenant que son mandat a été levé. Charlie est étonné : ce n'est pas parce que l'assassin a été tué aux USA que Gabriel sera en sécurité en Colombie. Ses probabilités de survie sont plus grandes aux USA. Mais Gabriel ne cède pas. Il n'est ni son frère, ni son père, mais il sait à présent ce qu'il veut faire de sa vie : raconter celle de sa famille par sa caméra, et ainsi construire la sienne. Charlie ne proteste pas et se contente de sourire.

 

Chez les Eppes.

 

        Charlie, ajustant son costume, retrouve Don, déjà habillé sur son trente-et-un, dans le salon. Les deux frères s'étonnent chacun de la présence de l'autre. Charlie avoue qu'Amita est à San Diego, et que Larry a les tickets, ce qui amuse Don. Alan, aussi en costume, survient, content qu'ils aillent tous à l'anniversaire d'Irène. Il prévient qu'elle a engagé un orchestre de swing et qu'il va falloir danser. Charlie conseille à son frère de se cacher au moment des slows. D'un commun accord, ils décident que leur père sera le danseur attitré d'Irène, mais Alan rétorque qu'elle le déteste. Ils quittent la maison dans la bonne humeur.

 

Générique de fin.

Kikavu ?

Au total, 30 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Emmalyne 
20.09.2022 vers 19h

whistled15 
17.02.2022 vers 16h

isadu35 
28.03.2019 vers 13h

kazmaone 
27.09.2017 vers 21h

Illusion 
Date inconnue

sanct08 
Date inconnue

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 3 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

loveseries 
pretty31 
Welga 
Activité récente
Actualités
Rediffusion sur Paris Première

Rediffusion sur Paris Première
Hé oui, la série Numbers est rediffusée à partir d'aujourd'hui sur Paris Première ! À partir de...

Charlie Eppes en danger chez Reign

Charlie Eppes en danger chez Reign
Ce mois-ci dans le duel du quartier Reign, Charlie Eppes se retrouve emprisonné avec Ben Stone...

Charlie dans la course sur The X-Files !

Charlie dans la course sur The X-Files !
Charlie est nominé pour obtenir un poste au célèbre service des Affaires Non Classées de la série...

Nouveau design

Nouveau design
Après plus de 4 ans passé avec un design violet, place au changement ! Cette fois, le design se pare...

Nouveau sondage

Nouveau sondage
Un nouveau sondage vient d'être publié sur le quartier ! On s'intéresse aux chiffres et à la...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
HypnoRooms

choup37, Hier à 11:18

Nouveau sondage Doctor Who, on vous attend

mnoandco, Hier à 15:05

Bonjour, 2 bannières sont en vote pour la dernière saison de Blacklist. Un p'tit clic, merci

sanct08, Hier à 19:19

Bonsoir, sondages et calendriers vous attendent chez Le Caméléon et The X-Files !

Luna25, Aujourd'hui à 10:26

Bonjour, nouveau mois sur le quartier Reign.

Luna25, Aujourd'hui à 10:27

Legends of tomorrow et Supernatural ont un nouveau calendrier, avec pdm et sondage en cours. N’hésitez pas à passer faire un tour.

Viens chatter !